Lectur Analytique Les Misérables

Lectur Analytique Les Misérables

1erS3 Capucine Lacroix-BIum Candice De Lapparent Maximilien Théobald Nicolas Soldini LA Les Mlsérables. Victor Hugo, est un auteur engagé français. Surtout homme de lettre, il touche un peu à tous les domaines : théâtre, poésie, roman, et même à la politique où il s’oppose à Napoléon Ill. Il fut exilé à Guernesey ou il écrit la majeure partie de son œuvre. Il écrit les Misérables en 1862, siècle dans lequel le réalisme et le romantisme sont au cœur de la société.

Dans cet extrait de ce roman, Cosette recu de l’eau dans la forêt. ors pour elle. Nous avon to nextÇEge Nous allons donc par Cosette pour ensuite jusqu’au lecteur. l/La Frayeur de Cosette 1) Un décor propice à la Peur , doit aller chercher comme une épreuve rite dans rextrait. ps de ‘effroi de rselle qui se propage Hyperbole « une épaisse couche de brume qui lui donnait une rougeur horrible. » La rougeur de l’horizon pourrait être qualifiée de magnifique, magique, mais l’auteur a ici choisi de qualifier cette rougeur dhorrible.

Chaque élément est qualifié afin d’être rendu terrifiant, chaque partie du décor a une dimension ténébreuse, jusqu’à la couleur de Pharizon. Comparaison « Les hautes herbes fourmillaient sous la bise

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
comme des anguilles. » La nature qui ento entoure Cosette dans l’extrait est rendue effrayante, ici, par l’intermédiaire d’une comparaison qui associe les herbes ? des êtres vivants. La nature rendue vivante est d’autant plus inquiétante. Comparaison « Les ronces se tordaient comme de longs bras armés de griffes cherchant à prendre les proies. ? Termes relatif à la mort « brume, ugubrement, empourpré » Par l’intermédiaire du champ lexical de la mort, l’auteur donne une dimension « infernale » (relatif à l’enfer) au décor. Cosette, ntourée de tous ces éléments est comme déjà morte, dans un monde où joie, beauté et protection n’existent plus. 2) Une envie de fuite, mentale et physique Personnification « [Les bruyères sèches] auraient l’air de s’enfuir avec épouvante devant quelque chose qui arrivait » Il n’est pas question de Cosette mais de bruyère dans cette citation.

La personnification conforte le lecteur dans le fait que la peur de Casette n’est pas simplement enfantine, mais bien fondée. Le passage de bruyères intervenant avant la fuite de Cosette, c’est comme si le passage prévenait la réaction de n’importe quelle personne. Oxymore « Sortir de cet état singulier qu’elle ne connaissait pas. » Nous avons ici affaire à une fuite mentale de Cosette. Elle souhaite quitter cet état de peur qui l’envahit, un état bien trop fort et profond pour être quitté facilement.

Accumulation « Elle n’eut plus qu’une pensée, s’enfuir ; s’enfuir ? toutes jambes, à travers boi Accumulation « Elle n’eut plus qu’une pensée, s’enfuir ; s’enfuir à toutes jambes, à travers bois, à travers champs, jusqu’aux maisons, jusqu’aux fenêtres, jusqu’aux chandelles allumées. » Cosette souhaite, à présent, la fulte physique de la forêt. Elle veut quitter ce lieu, et rapidement. La fuite lui permettrait de retrouver « les chandelles allumées » donc la lumière.

Lumière qui rend les choses réelles, concrète et ne laisse pas la place à imaginer des choses si effrayantes qu’elles ne peuvent être le fruit de la pensée. Ce texte fait ressentir la peur de Cosette, sentiment en grande partie provoqué par son environnement, une forêt lugubre. une ambiance glauque règne pendant l’extrait, rendant la frayeur communicative, une frayeur universelle. Le sentiment de peur, synonyme d’inconnu et également propice à la curiosité Elle royait sentir qu’elle ne pourrait peut-être pas s’empêcher de revenir là à la même heure le lendemain.

Le dépassement de soi, vaincre la peur, état immense et incontrôlable est un désir de Cosette, qui ne veut probablement plus avoir affaire à ce genre de sentiment. La phrase peut être interprétée de plusieurs façons, mais je pense que Cosette veut revenir pour vaincre la peur, non la revivre. Il/ une frayeur Universelle 1) L’obscurité, une peur commune à tous. a- L’insécurité de l’homme face à la nuit. En effet l’obscurité est une peur commune à tous, en premier lieu, elle engendre un sentiment