L’économie

L’économie

L’économie : est une activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l’échange et la consommation de biens et de services. Cependant, le mot est polysémique. L’économie est le concept étudié par les sciences économiques, celles-ci prenant appui sur des théories économiques, et sur la gestion pour sa mise en pratique. Le terme d’a économie » (economics en anglais), au sens uniquement d’économie politique, a été popularisé par les économistes néoclassiques tel qu’Alfred Marshall.

Le mot « économie » devient alors, de façon concise, synonyme de ? science économique » et peut être considéré comme substitut de l’expression « économie politique « 1 Cela correspond ? l’influence notable d domaine des science L’économie au sens à partir des mercantil un important corpus or2 ques utilisées dans le ence a s’imposer tir d’Adam Smith alement scindé en deux grandes branches : la micro conomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l’entre-deux-guerres, avec l’ouvrage majeur de John M.

Keynes, intitulé Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie4,5,6. De nos jours, l’économie applique ce corpus ? l’analyse et à la gestion de nombreuses organisations humaines (pulssance publique, entreprises privées, coopératives etc. ) et de certains domaines : international,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
finance, développement des pays, environnement, marché du travail, culture, agriculture, etc.

Les types d’économies : L’économie BIOCIDE : Dans sa forme la plus grave, c’est l’économie occidentale actuelle appliquée aux pays non occidentaux. Ses effets : guerres, famines, crash boursiers, immigrations, épidémies non soignées soignées, misère, malnutrition, esclavage plus ou moins déguisé, xploitations sexuelles, analphabétisme, surexploitation des ressources, destructions des cultures vivrières et des cultures humaines, destructlon des forêts, déversement de prodults chimiques et radioactifs…

L’économie BIOSTATIQUE : Elle permet le maintien en vie, mais n’apporte pas d’amélioration à la condition humaine, ni sur un plan matériel, ni sur un plan culturel. L’illustration d’une telle économie est l’économie de survie, dans une société culturellement figée. Tout au long des siècles, on a vu ça et là de telles cultures. Elles peuvent urer quelques siècles, ou parfois des millénaires, dans des zones reculées. Mais elles sont très fragiles face à l’arrivee d’envahisseurs.

L « économie BIOACTIVE Elle permet l’entretien de la vie et augmente la qualité de la vie des citoyens. L’exemple le plus parlant pour nos contemporains était sans doute celui des fameuses trente glorieuses… ? condition de restreindre notre observation aux seuls pays occidentaux qui y trouvaient avantage. Ses effets : une croissance de la qualité et de la quantité des services, retraite et santé solidaires, inventions, progrès techniques, confort accru, pouvoir ‘achat augmenté.

Pour les occidentaux d’aujourd’hui, cette période ressemble à un âge d’or où tout semblait possible. L’économie BIOGENIQUE Non seulement elle entretient la vie, mais en plus elle la génère ou la régénère. Ses effets : évaluation puis résolution juste des besoins des populations, économie saine, vie restaurée, respect de chacun, abondance juste, accès pour tous au confort et à la maîtrise de sa vie, écosystèmes restaurés, maîtrise de l’énergie et des ressources, protection et soin des enfants, perspective d’avenir…