Le terrorisme et son evolution

Le terrorisme et son evolution

« Le terrorisme est un ensemble d’actes de violence commis par une organisation pour créer un climat d’insécurité ou renverser le gouvernement établi. », selon le Petit Larousse en couleur (1980). Autrefois, la Terreur faisait peur. On tuait des gens en raison de leur insoumission à un réglme autoritaire établi sans leur consentement. On a ensuite usé du terrorisme pour manifester son rejet du colonialisme, afin d’œuvrer pour l’indépendance de son pays. Aujourd’hui, on utilise le terrorisme pour faire peur, montrer au monde que Fon existe et qu’on refuse, notamment, l’impérialisme Snipe to occidental.

On frapp prévenir. La menace m part pour frapper n’i or•: • Les civils étant les principales cibles de attentats, on peut se questionner sur le but des organisations terroristes, qui agissent dans l’ombre, rendant ainsi toujours plus difficile leur arrestation. C’est justement pour limiter les risques de contagion que Georges Bush avait instauré sa fameuse « guerre contre monde, sans certains actes vont être qualifiés de terroristes, entrainant ainsi la colère de l’opinion publique.

Lorsqu’on évoque le terrorisme, on parle généralement des méthodes terroristes. Oscillants et imprévisibles, les moyens employés par les terroristes nt largement varié dans le temps, tout comme les buts poursuivis. Alors qu’on pouvait considérer

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
que le terrorisme était motivé par des désirs d’indépendance ou d’autonomie, comme ce fut le cas du Front de Libération National, ou de l’ETA, les formes et les motivations d’aujourdhui apparaissent moins évidentes. Mais là ne sont pas les seules différences.

Les cibles diffèrent également : alors qu’on avait généralement une cible (c’était le cas d’Action Directe), on vise désormais une masse indéfinie de personnes, comme les touristes, souvent pris pour cible, notamment à Bali en 2002. On peut ainsi distinguer plusieurs types de terrorisme : Terrorisme individuel : perpétré par des rebelles ou des anarchistes Terrorisme organisé : provoqué par des groupes aux différentes idéologies (extrême gauche… ) Terrorisme d’Etat : exercé par l’Etat ui use de façon excessive de son monopole de PAG » 1 nouvelle méthode de pression.

Elle a depuis longtemps été utilisée à différentes fins. Il est important de constater dans le cadre de ce « catalogue » de dates l’évolution des moyens employés par les terroristes, le but étant pourtant toujours resté le même : terroriser. Fin du 19 e -début 20 e Les attentats relèvent alors souvent d’idéologies, notamment anarchistes. On peut ainsi citer l’attentat anarchiste de 1892, faisant 6 morts à paris, ou encore celui de 1886. On cherche alors à défendre des idées. Les délinquants sont alors condamnés à des travaux forcés ou guillotinés.

Les attentats peuvent également être lourds de conséquences : l’attentat commis en 1914 à Sarajevo contre l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’empire austro- hongrois, et son épouse la princesse de Hohenberg, est considéré comme l’événement déclencheur de la première Guerre mondiale. 20 e siècle On peut constater le nombre important d’attentats aux motifs « politiques comme celui du lieutenant-colonel Jean Bastien-Thiry. Ce dernier avait organisé l’attentat du petitClamart contre le président en 1962. Dans le monde, Israël connait le premier attentat suicide de son histoire en 1972.

PAGF30F11 François Mitterrand en 1959, lorsqu’essayant de regagner les faveurs de l’opinion publique, il avait mandaté quelqu’un pour tirer sur sa voiture. Et puis c’est le 11 septembre. Ce matin-là, quatre avions de ligne étaient détournés, écrasant ainsi les symboles de puissance américaine. « Stade ultime du errorisme classique » selon Gérard Chaliand, les attentats du 11 septembre marquent en tout cas un tournant dans les actes terroristes, dans la mesure où cet acte a eu un retentissement mondlal gigantesque.

De nouveaux moyens sont apparus depuis, dans le cadre du terrorisme. Les moyens utilisés par les terroristes sont variés, et on évolué dans le temps. Il convient donc de distinguer deux périodes : avant et après le 11 septembre. Avant, après Avant le 1 1 septembre, les attentats terroristes revêtent des formes particulières. Ils sont généralement peu meurtriers ; les attentats du World Trade Center et du Pentagone ont ausé autant de victimes que rensemble des actes terroristes depuis les années 1970.

Mais la différence vient également de la menace, qui n’était pas considérée permanente dans les Etats occidentaux notamment, même si la France (en 1995, attentats perpétrés par le Groupe islamiste armé algérien qui voulait punir la France pour son soutien au régime d’Aleer) avaient déj? 11 frappées. Le mode opératoire évolue, et on est arrivé dans ce que François Heisbourg considère comme de 1’« hyperterrorisme On évolue vers des systèmes de plus en plus sophistiqués, et le profil même des martyrs semblent changer.

Outre les ultiples attentats perpétrés ? Bagdad et de manière plus générale en Irak, l’attentat survenu ? Madrid en 2004 a mis en avant l’usage de nouvelles méthodes : engins explosifs activés ? partir de téléphones portables. On voit apparaitre quelque chose de nouveau dans ces procédés, les kamikazes. Plus qu’instrument utlle en terme tactique, cela revêt une nature psychologique. De jeunes adultes sont « utilisés » à cette fin. Ainsi, par exemple, on a pu constater qu’un attentat en Irak en 2005 était l’œuvre d’un kamikaze âgé de 10 à 14 ans.

C’est finalement plutôt le caractère spectaculaire qui est recherché, et on la simple réussite de l’attentat. Cela pose la question de la rationalité de ces attaques. Toutes celles-ci sont-elles le fruit d’un même combat ou les différentes organisations agissent-elles de façon autonome ? Diversité des moyens Le terrorisme use de divers moyens, mais utilise essentiellement pour sa diffusion à travers le monde les réseaux, implantés dans des territoires isolés (Soudan, Afghanistan, Pakistan… ). On a ainsi pu voir des français suivre les parcours djihadistes après leur conversion à l’islam.

Mais les grands réseaux terroristes bien connus ne sont pas toujours à l’origine des attentats ommis aux quatre coins du monde. Ainsi, des groupes indépendants, n’entretena s 1 fonctionnels avec l’organisation Al-Qaida, ont pu commettre différentes opérations. On peut ainsi citer le Groupe islamiste des combattants marocains (GICM). De nouveaux moyens, crains par les Occidentaux menacent d’apparaitre. Ce sont les terrorismes nucléaires, radiologiques, chimiques, biologiques et bactériologiques (NRCBB).

Sil est nécessaire aux terroristes de disposer de grandes compétences en la matiere afin de pouvoir en user, certains indices laissent néanmoins penser qu’une telle éventualité n’est pas à écarter. La police de Sydney avalt en effet pu découvrir des produits chimiques industriels en quantité suffisante pour confectionner des engins similaires à ceux utilisés dans le métro de Londres en 2005. Le terrorisme nucléaire constituerait donc une menace, même s’il serait peu probable. Le réseau d’Oussama Ben Laden envisageait pourtant avant le 11 septembre de faire écraser des avions détournés dans une centrale nucléaire.

Si les risques semblent hypothétiques, force est pourtant de constater l’ampleur de Parsenal souhaitant être utilisé. Le terrorisme résultant du 11 septembre 2001 a eu d’importantes conséquences sur la vie u monde entier. Outre les divers contrôles aux frontières accentués par ces évènements, les attentats du 1 1 septembre sont devenus une cause suffisamment légitime à la démocratisation du monde. C’est ainsi que le terrorisme est devenu la justification de diverses mesures prises par les ouvernements. éclarant la « guerre au terrorisme Les Etats-Unis sont en effet considérés comme étant sous un choc tel qu’on ne peut rien leur refuser. On comprend alors la facilité amencalns dans leur entreprise de démocratisation de l’Afghanistan. Ils considèrent avoir été victimes d’une agression terroriste de la part u pays, ce qui rend légitime et même licite leur action en légitime défense, alors même que les auteurs ne sont pas identifiés. Puisque les auteurs ne sont pas encore identifiés, les Etats-Unis se fondent sur l’éventualité d’une menase terroriste pour envoyer des soldats en Afghanistan En Irak, c’est la même chose.

Les Etats-Unis évoquent la présence d’armes de destruction massive, mais aussi la nécessité du rétablissement de la paix dans la région. C’est ainsi qu’ils utillsent ce qui est considéré comme de la légitime défense préventive pour mener à bien des projets sans rapport avec le terrorisme : le jugement puis la ise à mort de Saddam Hussein. Toutes ces démarches, se situant au niveau international, auraient dues être validées par l’ONU ; Georges Bush a considéré que l’ONU auraient refusé, et donc qu’il était préférable de passer outre son accord.

Cl Comment le terrorisme a justifié le renforcement des règles de sécurité ? Le terrorisme a, souvent après chacun des attentats qui ont frappé de grands pays, entrainé l’adoption de nouvelles règles de sécurité. Le terrorisme étant consid ne menace constante, on PAGF70F11 été considérés terroristes. La limite entre ce qui relève éellement du terrorisme et ce qui à priori n’en relèverait pas se révèle en effet parfois difficile à cerner. L’émergence d’un afflux d’actes terroristes dans le monde entraine des qualifications quelques peu discutables.

Le 11 septembre a conduit à un renforcement de la sécurité aux frontières, lieux de passages des éventuels terroristes. Les aéroports sont donc devenus le principal lieu de contrôle. Du simple contrôle des bagages, à l’obligation de retirer ses chaussures, les passagers aériens sont passés par de multiples renforcements des règles de sécurité. Aussi, suite à la tentative d’attentat aux Etats-Unis n 2009, la sécurité aérienne a une nouvelle fois été renforcée : « Air Canada et Singapore Airlines ont interdit à leurs passagers de se lever de leurs sièges au cours de l’heure qui précède l’atterrissage.

Les voyageurs ne sont plus autorisés à accéder à leurs bagages à main et ne peuvent pas avor d’objets sur leu s genoux. » (Le Flgaro). Audelà des nouvelles règles, se pose la question des scanners corporels, perçue par certains comme un voyeurisme. Pourtant, l’ancien directeur de la sécurité de Northwest Airlines, Douglas R. Laid, expliquait que tant que les rayons X ne seront pas «remplacés par des canners corporels» pour inspecter les passagers, «le danger ne sera pas écarté», ce qui laisse croire à l’arrivée future de ces nouvelles pratiques.

La France a adopté un Livre blanc sur la sécurité intérieure face au terrorisme 2006 afin de mieux faire face à ce nouveau mal. La mondialisation a modif de la guerre : on ne mondialisation a modifié les formes de la guerre : on ne s’affronte désormais plus directement par les armes, mais camouflé derrière des bombes qu’on peut jeter à tout moment. La guerre a donc changé ses méthodes, et on a souvent du mal à comprendre ces nouvelles formes guerrières. La psychologie du terrorisme Certains (Sartre notamment) montraient bien à quel point les attentats terroristes constituent un moyen de parole.

On a souvent entendu dire que certains Etats, et notamment les pays du Sud, se sentaient peu écoutés par l’Occident, qui en plus de leur imposer un système bénéficient d’une emprise sur eux. La démocratie libérale des pays occidentaux n’est donc pas parvenue à s’imposer dans des pays qui veulent encore se faire entendre, et ne pas subir ce qu’ils considèrent comme de l’impérialisme. La frustration de certains de ces pays entraine un sentiment général de évolte au sein de la population, qui la manifeste par la violence terroriste.

Pour comprendre le terrorisme, on peut tenter d’examiner les motivations des grandes organisations terroristes. On a ainsi pu montrer trois grandes logiques dans l’action terroriste : Le terrorisme anticapitaliste, pendant les années 1970-1980, ? l’image d’Action directe. Cette dernière vis articulière, des dirigeants de morts ; l’IRA prévenait par exemple par téléphone quelques minutes avant l’explosion les responsables du lieu visé. Le terrorisme islamiste, qui suscite de nombreuses interrogations, en l’absence de rationalité définie. Al-

Quaida est bien évidemment l’organisation la plus connue ; si on a parfois l’impression qu’il a planifié tous les attentats du monde, Oussama Ben Laden n’est pas responsable des nombreux attentats perpétrés par des groupes indépendants. On peut citer le Groupe salafiste pour la prédication et le combat. Cl Un phénomène multiforme difficile à cerner Les terroristes sont partout, installés majoritairement dans les Etats africains pour leur entrainement. Mais outre les images habituelles des terroristes, on voit bien que certains groupes terroristes œuvrent encore pour l’affirmation de leur terrltoire, et pour leur reconnaissance.

On voit bien l? que les hommes font plus pour la reconnaissance de leur identité que pour exiger l’égalité des droits, comme le souligne Nancy Fraser. On le constate simplement avec les actions terroristes de l’ETA, ou des tchétchènes en Russie. Le phénomène terroriste est d’autant plus difficile à cerner qu’il se retrouve parfois dans des situations dans lesquelles il n’aurait pas véritablement lieu d’être. On a pu le constater lors de l’enquête relative au gang de Roubaix, utilisant le terrorisme et l’extrême violence pour de simples braquages, afin de récupérer des fonds nécessaires ? la cause islamiste.