LE SIDA

LE SIDA

LE S. I. D. A : Avant de commencer, il faut avoir que le S. I. D. A est un ensemble d’initiales qui signifient : or 2 Sni* to View Le S. I. D. A. est une affection grave, transmissible par voie sexuelle ou sanguine et caractérisée par l’effondrement ou la disparition des réactions immunitaires de l’organisme, entrainant la mort. Il est provoqué par un virus spécifique, à l’origine appelé LAV, et aujourd’hui connu sous le nom de VIH. LA DECOUVERTE DU S. I. D.

A : Le 5 juin 1981, l’agence épidémiologique d’Atlanta relève cinq cas de pneumonie rarissime à Las Angeles, entre octobre 1980 t mai 1981. Elle note que ces patients sont tous homosexuels et présentent un système immunitaire défaillant. A l’époque, on en déduit que ce mal inconnu se transmet par voie sexuelle. Une hypothèse qui gagne en crédibilité avec la découverte de Barré-Sinaussi, se penche alors sur ce qu’en France, on commence à appeler sida.

Ils sont rapidement contactés par un clinicien, Willy Rozenbaum, chef de clinique assistant à l’hôpital Claude-Bernard de paris, qui depuis 1981 soigne un patient homosexuel, M. Bru, atteint de cette maladie étrange. En 1983, orsque le patient décède, Willy Rozenbaum prélève les ganglions

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
lymphatiques (Les ganglions lymphatiques ont pour fonction la production des acteurs du système immunitaire : production d’anticorps, de cellules effectrices et de cellules mémoires. pour les faire analyser par l’équipe de Pasteur. D’après les maigres données disponibles sur le sida, ces structures ont en effet tendance à gonfler dans les premiers stades du développement de la maladie. Les chercheurs français procèdent donc à des recherches . Et au bout de deux semaines, ils obsewent, autour de ces cellules mmunitaires, une activité enzymatique importante, celle de la reverse transcriptase. Cest le signe qu’une prolifération rétrovirale est en marche.

Ils isolent alors le virus libéré et le baptisent LAV pour Lymphadenopathy Associated Virus. Le 20 mai 1983, ils publient leurs résultats dans Science (F. Barré-Sinoussi et al. , Science, 220, 868). Son ; Comment le virus a-t-il été découvert par l’équipe de pasteur ? Gilles Pialoux, chef du service des Maladies Infectieuses et Tropicales de l’hôpital Tenon L’équipe complète de l’Unité d’oncologie virale telle qu’elle était constituée en 1985.