Le père goriot

Le père goriot

La monarchie censitaire voit sona o ée olitique, puisque le droit de vote par les générations précédentes, ont tendance vouloir se libérer des contraintes liées à la pratique des « vertus bourgeoises L’étude des matières ardues, les longs horaires de travail, l’affectation d’une part du revenu à l’investissement, la stabilité conjugale, l’entraide familiale ont fait la force des premières générations 13 d’entrepreneurs, mais leurs héritiers, assurés désormais d’une grande sécurité financière, aspirent à des genres de vie moins austères. Cette évolution ne manque pas d’être relevée par les crivains.

Eux-mêmes se posent face à la bourgeoisie comme une élite. Ils exercent un regard très critique sur les mœurs et les comportements de la bourgeoisie et relèvent l’égoiSme des riches, leur relâchement moral et leur étroitesse de vue sur les questions sociales. Au cours du XIXe et du XXe siècle, la vision que donnent les écrivains se modifie et traduit ellemême les changements qui se produisent dans la bourgeoisie française durant cette période. D’après les quatre parties qui forment cette étude je poursuis étape par étape la singularité de l’évolution bourgeoise française.

La première partie porte le titre de « La bourgeoise française sous la Restauration et la Monarchie de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Juillet par Honoré de Balzac La deuxième partie parle de « La bourgeoisie française du Second Empire et de la Belle Époque vue par Georges Feydeau et Émile Zola La troisième partie de cette étude traite « La bourgeoisie française au début 8 24 La bourgeoisie française entre les deux guerres vue par Simone de Beauvoir Dans la première partie Balzac, d’après Le père Goriot, nous permet de dégager quelques traits caractéristiques de Paris au début du XIXe siècle.

Nous pouvons observer, dans un premier temps, que la pension Vauquer, comme d’autres pensions de cette époque, est strictement hiérarchisée. Et dans cette pension Balzac nous présente une vie non seulement quelques événements, quelques dates dont on se souvient a posteriori. Le père Goriot est en mesure de nous montrer qu’une vie n’est pas seulement quelques événements, quelques dates dont 14 souvient a posteriori. Le père Goriot est simplement une histoire dans l’histoire. Balzac a d’abord observé ce qui se passe autour de lui, puis il a écrit un roman, Le père Goriot, en prenant appui sur les réalités e son temps.

Balzac avait sa propre vision de la société dans laquelle il évolué. Les « réalités évoquées dans La Comédie humaine sont réalités de Balzac- événements, personnages familiers ou familiaux — réalités de son temps surtout — l’Histoire et, sinon le nom des rois régnant, du moins celui de ses ministres, et les grandes lignes des faits et des idées ; et aussi réalités de la petite histoire, de la vie quotidienne, humaine, bref l’histoire d Xe siècle balzacien. » OF restée profondément inégalitaire à tous les points de vue. L’idée que Balzac nous donne père Goriot n’échappe pas à cette règle.

L’action du roman se déroule pendant la Restauration (1815-1830). Cette période historique, marquée par le retour de la monarchie, ne peut donc guère a priori favoriser un rétrécissement du fossé social. La pension Vauquer, qui nous intéresse plus particulièrement puisqu’elle est le centre même de notre étude, est selon Balzac une pension bourgeoise des deux sexes et autres. Il s’agit d’un établissement médiocre situé dans un endroit désolé de Pans, le faubourg Saint-Marceau, peuplé de gens faméliques, faubourg situé sur la rive gauche de Paris.

Cette pension représente un petit Paris et laquelle nous pouvons facilement voir Pinégalité qui gouverne cette époque. Cette pension constitue une sphère ; une ville aussi, avec son étagement des fortunes, de l’étage noble au grenier ; une société, avec ses trois générations : les vieillards, l’homme de quarante ans, les jeunes 15 gens. Nous pouvons donc dire que la pension Vauquer est une microsociété constituée de diverses couches sociales. Quant à la deuxième partie de la thèse, elle donne une étude sur la société bourgeoise sous le Second Empire.