Le nouveau roman

Le nouveau roman

Initiation au mouvement culturel et littéraire du Nouveau-Roman Suite à la Première Guerre Mondiale, le monde est paralysé par l’horreur qu’il vient de vivre. Le nouveau roman prend son essor dans les années 50 et tente de créer le langage narratif propre ? décrire la spécificité de chaque être humain. Les spécificités: Sujet de peu d’épaisseur (voyage Paris-Rome… -Vie intime de l’individu au centre du récit, monologue intérieur Swipe to nex: page (discours indirect) -Perception du réel, Remise en cause de pas d’intrigue… ) -Déconstruction des impersonnels, peu c or 2 Sni* to View re qui n’avance pas, es anonymes, -Description objective tr s/trop d taill es, monde devient flou, labyrinthique. Focalisation dominante externe -Restitue la réalité complexe d’un monde fragmenté (en restituant le cheminement de la pensée par les voix intérieures de la conscience) -Refus du roman psychologique et de l’analyse des personnages -Le roman devient une écriture où l’objet est l’acte d’écrire -Refus du dé éroulement chronologique (jeux de mémoire et projection dans le futur : cultive l’ellipse, l’ambigüité et l’intuition) Thèmes majeurs : -Solitude de l’homme qui se sent différent = absence d’intrigue -Espace sans repère, vide = description objective froide importante, limité au regard -Vanité des

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
actions humaines = répétition des mêmes scènes -Univers sans passé et sans avenir plus de chronologie Nouveaux romancier : Fondateur : Alain Robbe-Grillet et Nathalie Sarraute Claude Simon, Marguerite Duras, Michel Butor, Jérôme Lindon Différence avec le roman traditionnel : -Plus d’analyse des personnages grâce à la description -Univers plus structuré, plus d’intrigue, plus de chronologie Corpus : Parler de l’Ere su soupçon de Nathalie Sarraute (1956) : « e personnage n’est plus aujourd’hui que l’ombre de lui-même » Elle cherche de nouveaux modes d’expressions pour atteindre une nouvelle réalité psychologique et pour tenter de dire l’indicible. Le personnage est alors traité comme un objet dont on ne peut connaitre l’intériorité.