Le lac lamartine analyse

Le lac lamartine analyse

ANALYSE LE LAC DE LAMARTINE LA MARTINE : Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine, né ? Mâcon le 21 Octobre 1790 et mort à Paris le 28 Février, est un poète, romancier, dramaturge et prosateur, homme polltique en même temps, il participe à a Révolution Française de Février 1848 et il proclama la 2ème république Le romantisme est un mouvement culturel apparu a la fin du XVIIIème siècle en Angleterre et en Allemagne et se diffusant dans toute l’Europe au cours du XIXème siècle, jusqu’au années 1850.

Il s’exprime dans la litt et la politique. L’état d’âme, l’état d’ Le rêve, le sentiment ulpture, la musique r 5 rif. Sni* to View l- Expression des sentiments a) La souffrance b) Le souvenir heureux c) La nature reflète les états d’âme du poète ll- Apparition d’une plainte, d’une élégie a) Enonclation (tonallté lyrique) b) Imploration/ prière c) La fuite du temps En quoi le temps et la nature sont présentent dans ce texte ?

En quoi ce poème permet-il l’expression des sentiments ? Dans quelle mesure ce poème apparaît il comme romantique ? En quoi ce poème est il lyrique voir élégiaque ? titre « Le lac » évocateur d’un endroit, ou il

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est déjà venu rappelle du souvenir amoureux. Image mystérieuse sur le lac, plat onotone, comme si il ne se passe plus rien dans ca vie depuis la mort/ le décès de sa femme, sa bien-aimée.

Evocation d’un endroit : Le lac : endroit plat, monotone, comme sa vie depuis la mort de sa bien-aimée (Julie ; Elvire) Séparation du texte en 3 : 5 premières strophe : 3 alexandrins + 1 hexasyllabe 4 strophes suivantes : 1 alexandrin + 1 hexasyllabe + 1 alexandrin + 1 hexasyllabe 7 dernières strophes : 3 alexandrins + 1 hexasyllabe LA SOUFFRANCE . En effet la souffrance du poète apparaît a travers l’expression de la solitude qui est mise en évidence par l’adjectif « seul Tonalité élégiaque. Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre » a la moitié du vers, à I’HEMISTICHE, à la césure. ème syllabes car alexandrins donc mise en avant. Multiplication des interro-négatives montre les demandes, les souffrances, les douleurs du poète. L’auteur parle au lac, il a une intimité avec lui, il le tutoie, personnification, le lac est le dernier témoin de sa femme défunte. LA FUITE DU TEMPS : Métaphores filées (vers 3) « l’océan des âges » assimilés avec l’eau, l’homme est comparé a un navigateur qui vogue sur l’océan des âges et (vers 1) « nouveaux rivages » l’homme est passé vers e nouvelles étapes de la vie. ? océan des âgées » et « es » font des rimes PAG » rif s « océan des âgées » et « nouveaux rivages » font des rimes ensembles, paronomase. Rimes paronomase rapport avec l’heure qui vieillit et le temps qui passe et l’eau qui coule. (interro-négative vers 4) L’auteur est impuissant face aux temps qui passe « la nuit éternelle « un seul jour » métaphore de la mort « Ne pourrons-naus jamais sur l’océan des âges / jeter l’ancre un seul jour ? ? l’ancre marine qui stabilise le bateau ne pourra jamais accoster dans les ports, car le manque de temps est trap importante. Mise en évidence du temps qui passe et qui ne peut pas darrêter, le temps passe Inexorablement ; « éternel Opposition entre les adjectifs « jamais » et « toujours qui marque une sorte d’éternité « sans retour « un seul jour CARPE DIEM ; montre la fuite du temps, montre la volonté de profiter des moments présents. LA NATURE Montre l’harmonie entre le couple et le lac, l’évocation du souvenir heureux.

A travers le bruit de l’eau, l’auteur retrouve les souvenirs, les paroles de la défunte il y a une sorte de léthargie. LA PRIERE ; L’IMPLORATION : Vers la fin du poème, on peut remarquer une répétition ; reprise naphorique de « qu’il » « que » montrant un plante ; une prière donnant l’impression d’une imploration. Lamartine implore les dieux. « que ta volonté soit faite » prière et divination de la nature (du temps). L’apostrophe « Ô lac on emploie ceci quand on s’adresse à Dieu, quand on prie.

Le lac devient donc L’apostrophe « Ô lac », on emploie ceci quand on s’adresse à Dieu, quand on prie. Le lac devient donc quelque chose de divin. Discours directe imploration insiste sur le mécanisme de la plainte ; caractère haletant, très répétitif (énumération) ? fuit Y, « nuit » mot en une syllabe va augmenter le rythme, donc donner un rythme plus rapide. ANALYSE DE L’ŒUVRE : Hexasyllabe mise en valeur car dernière dernier vers de la strophe, donne un rythme plus vif, plus rapide car ENJAMBEMENT (vers3, 417,8).

Cela va créer une accentuation sur la lecture, accentuation du temps et de la ponctuation. Cela va permettre de mettre en valeur les vers. Les hexasyllabes sont comme des ordres, rapidité du temps qui passe. Le premier mot du texte AINSI donne l’impression que le poème est une conclusion. On a presque Vimpression que c’est une juxtaposition. Ce connecteur logique nous fait rentrer directement dans la discussion EFFET DE REALISME.

Ily a aussi une anaphore de AINSI (vers 10/11) référence au premier vers de la première strophe souvenir ; réalité. Le rejet : figure de style (vers 6/7) « Regarde Procédé de mise en valeur selon lequel un groupe de mots placés en fin de vers est complété par un mot au début du vers suivant. Les pronoms personnels « je » « nous » « tu » montre un relation intime ; lyrique. Lexique du temps : aspect cyclique du cycle de la vie « toujours » « jamais » « le soir » « l’aurore Dans la 1ère strophe, alli PAGF