Le Destin V2

Le Destin V2

Hassan Alaouie or 3 Le projet Maisonneu Sni* to View Frédéric Thibaud Littérature d’ici et dia Mercredi 12/11/201 Quand vient le temps de raconter la vie d’une personne, de son destin, des anecdotes, des histoires qui sont arrivés dans sa vie, ce n’est pas évident, surtout pour un gars qui a connu beaucoup aussi. Vous aller dire mais pourquoi devant une salle bondée de monde ? Moi-même, je ne saurai pas répondre, je ne sais pas ce qu’il m’a pris.

Alors, je m’installa sous la porte parfaitement confondu avec, et actlon. Je déposa un pied sur la bande droite de la porte, l’autre sur celle à gauche, es deux mains bien installés, et je grimpa . J’avais oublié un détail, le facteur d’humidité ! Rapidement, mes mains sont devenues glissantes dû au nombre de personnes assises dans ce salon. Le temps que jessuie mes mains et que je regrimpe, j’entend ma grand-mère crier :  » Hey ! Descend avant que tu te casses le cou ! À ce moment-là, la déception rentre en jeu, mais pas pour long temps. Assez malin, je partis devant la cuisine pour recommencer l’action. Dans la cuisine se trouvait des dizaines de personnes aussi, 5-6 tantes

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
incluant ma mère qui cuisinaient pour le dîner. Je m’installa, bras et jambes et e grimpa: « Hup », » hup », » hup », » hup » Et « bang » ! Je tomba sur mon bras pour réaliser que je viens de casser mon coude! Rapidement, mes larmes commencèrent à couler. Mon oncle sursauta sur le bruit que la chute avait généré.

Il réalisa que j’avais cas j’avais cassé quelque chose, alors, il me prend par les hanches et court vers sa voiture avec son fils (mon cousin) qui me tenait à l’arrière du véhicule et me secouait pour ne pas m’endormir le temps d’arriver à l’hôpital pas trop loin de chez nous. Autoroute, mauvaise sortie, une heure plus tard, on arrive à l’hôpital et mon seul souci :  » Docteur, allez-vous couper mon bras ? Rien pour me rassurer il répondis :  » on verra !  » Finalement, on m’endort pour effectuer l’opération de rejoindre les deux extrémités du coude avec des bouts de métal.

Deux heures plus tard, je me réveille, un gout bizarre dans la bouche, un bras couvert jusqu’? l’épaule et attache à une corde qui elle est attachée à mon cou, celui que ma grand-mère avait peur que je casse. Des fois je pense que même si je n’aurais pas imité Tarzan ou grimpé sur la porte, quelque chose de mal allait m’a rive. Je sent que mon destin me l’avait réservé, c’était une journée de malheur parmi d’autres qui allait se dérouler dans ma vie.