Le Contr Le De Gestion Chez Anthony

Le Contr Le De Gestion Chez Anthony

1 . 1. 1 . Le contrôle de gestion chez Anthony : un processus à sens unique Le cadre conceptuel d’Anthony constitue une référence pour la recherche en contrôle de gestion. Sa typologie en trois niveaux (planification stratégique, contrôle de gestion et contrôle opérationnel) ainsi que ses fameuses définitions du contrôle de gestion sont très souvent reprises dans les textes de recherche et manuels d’enseignement de la discipline.

Le contrôle de gestion, tel que défini par ANTHONY en 1965 et 1988, a pour objet de doter les managers des instruments de bord indispensables pour ixer les objectifs à atteindre et en assurer la mise en oeuvre, de programmer les ressources nécessaires en tenant compte de la stratégie de l’organis Dans sa typologie de les aspects économiques sur les pee,:. portementaux. Sni* to ar objectif ? Il s’inscrit dans une Io vocation universelle, e par Hofstede et plus généralement par les d tenseurs de l’approche culturelle (Ekoka, 1999).

Son cadre ne considère pas le « traitement de l’information » comme faisant partie du « système de planification – contrôle D. En effet, le t Swp to page traitement de l’information est considéré comme un processus arallèle qui vient alimenter les trois niveaux du système

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
(Figurel Il en va de même pour Giglioni et Bedeian (1974) qui considèrent le traitement de Flnformation comme un système concomitant au processus de contrôle.

En se basant sur la définition de Mundell, ils retiennent pour le mot contrôle le sens d’une « activité cyclique et constante de planification – action – comparaison – correction, soutenue par un système de communication ou un flux d’information continu et concomitant. » Figure 1. Le cadre conceptuel d’Anthony (Source : Anthony, 1965, p. 22) S’aglssant du contrôle de gestion, Anthony (1965, p. ) le définit comme étant « le processus par lequel les managers obtiennent l’assurance que les ressources sont obtenues et utilisées de manière efficace et efficiente pour la réalisation des objectifs de l’organisation En 1988, il revient sur cette première définition pour lui donner un sens plus large : « Le contrôle de gestion est le processus par lequel les managers influencent d’autres membres de l’organisation pour mettre en oeuvre les stratégies de l’organisatlon. ? (Anthony 1988, p. 10). Les deux définitions se rejoignent dans le sens où les managers sont considérés comme étant les propriétaires éfinitions se rejoignent dans le sens où les managers sont considérés comme étant les propriétaires du processus de contrôle. Cependant, l’action qu’ils doivent mener a changé.

D’abord, c’était « obtiennent l’assurance » et là, le terme doit être compris dans le sens de « assure » et non pas « s’assurent » il ne s’agit pas d’un simple système de vérification d’efficience et d’efficacité mais plutôt d’un « processus de convergence des buts » (Bouquin, 2005c). Ensuite, il est question d’« influencer d’autres membres de Forganisation ». Il s’agit, donc, d’orienter ‘action des autres (toujours des managers selon Anthony2, mais certainement à d’autres niveaux) afin d’atteindre les objectifs de l’organisation.

Dans les deux cas, le processus est à sens unique : la stratégie inspire les managers qui orientent l’action des autres vers la mise en œuvre. Bouquin (2005a) précise à ce sujet qu’il n’y a pas de « boucle inverse du contrôle vers la stratégie Le cadre conceptuel d’Anthony présente un contrôle de gestion dans lequel les managers sont des émetteurs et les autres acteurs de l’organisation sont des récepteurs (Figure 2). Figure 2. Le contrôle de gestion selon Anthony