L’attribution du prix Nobel de la paix à l’Union Européenne en octobre 2012 est-elle un choix pertinent ou une décision contestable ?

L’attribution du prix Nobel de la paix à l’Union Européenne en octobre 2012 est-elle un choix pertinent ou une décision contestable ?

Dissertation: « L’attribution du prix Nobel de la paix à l’Union Européenne en octobre 2012 est-elle un choix pertinent ou une decision contestable ? » L’Union Européenne s’est vue attribuer le prix Nobel de la paix en octobre 2012. Celui-ci récompense une personne ou une institution ayant contribué au ra rochement des peuples, ? la suppression ou à I réunion et la propag Sni* to View volontés, définies pa stam d fondamentales : la lu l’aide humanitaire et ermanentes, à la paix ; selon les el.

Il prône 4 valeurs s de l’homme, e prix à l’Union Européenne, figurant depuis plusieurs années sur la liste des auréats potentiels, a suscité de nombreuses réactions. Dès lors, il convient de se demander si cela fut un choix pertinent ou au contraire une décision contestable. Nous verrons nécessairement les deux thèses. Tout d’abord, resituons le contexte de la création de l’Union Européenne. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’Europe a cherché un moyen de consolider la paix. ? partir de 1950, la Communauté européenne du charbon et de l’acier unit progressivement les pays européens sur le plan économique et politique afin de garantir une paix durable. Les six pays ondateurs de cette Commu Communauté

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sont la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. L’Union Européenne regroupe actuellement un demi-milliard de personnes. Elle a permis de réunir différentes natlons mais également et surtout, de dépasser les nationalismes qui ont alimenté les guerres de 1914-18 et de 1940-45.

C’est son incarnation de la fraternité entre les nations qui a voulu être mis en avant à travers ce prix. Ensuite, l’UE a pour raison d’être et finalité la paix. Grâce à cette union, elle a rendu les guerres entre ses membres impossibles. Les 28 pays vivent dans un univers de paix dans lequel on prône les discours politiques ainsi que l’aide économique. Cest le seul ensemble qui a tenu à mettre en avant un état de droit dans lequel la démocratie est un facteur majeur, qui a réussi à lier tant de relations entre les états-membres, qu’une guerre serait inimaginable.

En plus de gérer l’entende de 28 pays, elle entreprend une action de « soft power » dans le monde. Le soft power est un concept utilisé en relations internationales pour décrire la capacité d’un acteur politique (ici VIJE) à influencer indirectement le omportement d’un autre acteur. On récompense donc le fait qu’elle ne se limite pas à ses frontières mais tente d’installer la pax dans ses pays voisins. C’est pourquoi elle intervient lors de conflits. Cependant, ce prix est décerné un peu tard à l’UE. Sa créat PAG » OF d intervient lors de conflits.

Cependant, ce prix est décerné un peu tard à l’UE. Sa création remonte à plus de 50 ans et ses finalités n’ont pas changé. (On peut le mettre en opposition à celui attribué à Barack Obama, reçu trop tôt quant à lui). De plus, certains ne perçoivent pas la logique de ce prix, décerné ? une institution au moment où celle-ci fait face à sa plus grande crise économique de l’histoire. Celle-ci apparait dans les pays du sud de l’Europe (les PIGS : Portugal, Italie, Grèce, Espagne) dans laquelle les pays du nord de IE-urope rechignent à intervenir.

L’UE se voit donc menacée par des divisions entre ses membres du Nord et du Sud. La Crise apparait aussi entre les partis politiques au sein même des pays : les mouvements nationalistes souhaitent que les prises de décisions restent nationales (du ressort du pays), et qu’il ne faille plus toujours demander l’avis de l’Europe pour agir. D’autre part, malgré un idéal de paix qu’elle soutient, elle ne permet pas de régler les problèmes, aucun conflit extérieur n’a cessé grâce à l’intervention de l’UE.

Cela est dû aux points de vue différents des pays-membres de l’UE en matière de politique étrangère, qui ne permet donc pas d’avolr un accord unanime pour agir. On reproche la faiblesse de la représentation unie de l’Europe (Catherine Ashton, ministre des affaires étrangères, ne représente pas un vrai gouvernement et ne peut (Catherine Ashton, ministre des affaires étrangères, ne représente pas un vrai gouvernement et ne peut donc pas faire grand-chose ace à cette structuration de PUE qui pose problème) et aussi de la commission europeenne.

Il semble donc que les avis soient mitigés. Ceux-ci divergent dans deux directions opposées : ceux prenant ce prix comme une récompense, une reconnaissance du travail fourni jusqu’? présent, et puis de l’autre côté, ceux trouvant ce prix sans mérite ou du moins illusoire si c’est pour sauver une institution. Selon moi, l’attribution du prix Nobel de la paix à l’IJnion Européenne est toutefois un choix judicieux, car il est temps de rappeler tout ce que l’elle a construit. Certes, il reste des roblèmes sans solutions, et c’est pourquoi à travers ce prix. n encourage les dirigeants politiques à en y trouver. Il s’agit de valoriser son enracinement pacifique remarquable, sa manière de parvenir à la paix par la promotion de valeurs démocratiques. Sans elle, nous serions peut-être encore dans des guerres. Il reste évidemment des conflits mais sans l’UE ils auraient pu être pires. Elle a enfin besoin de reconnaissance. Le plus grand bénéfice de ce prix serait donc d’inciter l’UE à s’engager davantage pour la paix dans le monde, de dépasser les limites de l’eurocentrisme.