La valse de la vie

La valse de la vie

« La valse de la vie » Se laisser porter par le vent, ce vent si doux, si agréable, qui, par sa brise si légère nous transporte dans un élan de sensation faisant travailler chacun de nos sens, chacune de nos émotions. La brise nous emporte dans un tourbillon de sentiments, les fleurs dansent, Pherbe chante, les arbres frémissent tous s’accordent à cet élan de nostalgie qui nous pénètre de tout notre être, de toute notre âme.

L’air est si respirable, chacune de nos espirations se mêlent au souffle du vent, le vent qui deçà, del? nous entraîne dans le tourbillon de la vie, fais n’être chacune de nos pensées, de nos émotions, nous fait rire, nous fait pleurer. La brise se déchaîne, fessant place a la haine, les cris résonnent, _imi l’air se transforme, c pour laisser place ? la soie le vent se glis des flammes Snipe to Swipe to View nexr_ page nsées disparaissent tian s’accélère, tel de s, au fond de nous jaillissent, notre cœur s’éclipse.

Le bourgeon éclot, laissant place à plus beau, une fleur si fragile vient se mêler au tourbillon qui m’habille, elle dance et s’élance dans la dance. Le vent nous pousse dans vers le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
chemin, guide nos pas, nous élance, nous balance, certains imprévus nous freines, certaines rencontres nous aides. Porter par la douce brise la vie suit son cour, elle nait puis disparait, c’est le cycle de la vie, l’âme s’évapore, le vent l’élève et l’emporte. faisant travailler chacun de nos sens, chacune de nos émotlons. us entraîne dans le tourbillon de la vie, fa se mêlent au souffle du vent, le vent qui deçà, delà nous entraîne dans le tourbillon de la vie, fais n’être chacune de nos pensées, de nos émotions, nous fait rire, nous fait pleurer. La brise se déchaine, fessant place à la haine, les cris résonnent, l’alr se transforme, chacune de nos douces pensées disparaissent pour laisser place à la tristesse. Notre respiration s’accélère, tel de la soie le vent se glisse sur nos joues humides, au fond de nous es flammes jaillissent, notre cœur s’éclipse.

Le bourgeon éclot, laissant place à plus beau, une fleur si fragile vient se mêler au tourbillon qui m’habille, elle dance et s’élance dans la dance. Le vent nous pousse dans vers le chemin, guide nos pas, nous élance, nous balance, certains imprévus nous freines, certaines rencontres nous aldes. porter par la douce brise la vie suit son cour, elle naît puis disparaît, c’est le cycle de la vie, l’âme s’évapore, le vent félève et l’emporte