La valeur de la monnaie

La valeur de la monnaie

2) La valeur de la monnaie On va chercher à savoir ce qui détermine la valeur de la monnaie. On va examiner trais grandes théories dans l’histoire de la pensée économique qui prétendent expliquer le mécanisme de formation de la valeur des monnaies. Ce n’est pas des enjeux simplement théoriques, nature des polltiques. La 1 ère s’applique à la monnaie, à la valeur des marchandises, théorie Rocardienne de la valeur travail formulé dans sa version marxiste. La 2ème : A longtemps été dominante et encore aujourd’hui en Europe.

La création de la zone euro s’est fait a parti e la théorie inflationniste. Et enfin la 3ème, chronologiquement la 1ère, date du 17ème siècle. C’est la Théorie quantitative : découle des écrits éc économiste de l’écol on va voir sur quoi ell est ce qu’elles ns dos occident et surtout a or 14 r philosophe et iner ces 3 théories et séquence pratique monétaire en 1 ère théorie : Théorie Ricardienne de la valeur travail Cette théorie est fausse concernant la marchandise, donc il y a peu de chance qu’elle soit vraie concernant la monnaie, on va l’éliminer d’entrée de jeu.

Théorie : Le Principe Ricardo -Marxien de la valeur travail C’est la quantité

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de travail « socialement » nécessaire à la production d’un bien. En ce qui co Swipe to View next page concerne la monnaie, c’est une absurdité parce que le temps de travail pour produire un billet de 10 euros est le même que le temps pour produire un billet de 200 euros. Epoque de Marx : on pouvait dire que c’était possible avec for, temps pour produire des tonnes d’or n’est pas le même que pour quelques grammes. La première étape est donc impossible. ème théorie : inflationniste Elle prétend expliquer les variations de la valeur de la monnaie ? artir du rapport global entre l’offre et la demande des biens et des services, c’est-à-dire à partir du marché des biens. Le principe de la théorie fait dépendre la formation de la valeur monétaire d’une cause qui n’est pas elle-même d’origine monétaire mais qui est le rapport issu du marché entre l’offre et la demande. Ce qui va depuis le marché influer sur la formation de la valeur monétaire c’est le rapport à l’inflation ou la déflation.

Théorie : Variation des valeurs monétaire à partir de l’inflation et de la déflation Ce n’est pas la hausse ou la baisse des prix comme on pourrait le roire. L’Inflation : rexcès de la demande sur l’offre. (Quand il y a trop de demande on augmente les prix). La Déflation : Défaut de la demande par l’offre. Concluslon : Ca repose sur l’idée que l’origine de la valeur de la monnaie n’est pas elle-même de cause monétaire, c’est le marché qui va déterminer la valeur de la monnaie. (Soit par une inflation soit par une déflation) Inflation : la demande est supérieure 12 monnaie. Soit par une inflation soit par une déflation) Inflation : la demande est supérieure à l’offre. Il y a trop de monnaies à la recherche de peu de biens. Déflation : foffre est supérieure à la demande. Il y aurait peu de monnaies et trop de biens. D’où l’idée que la déflation n’est pas un mal, serait une sorte de mal nécessaire. La théorie inflationniste va donc aboutir à expliquer la surabondance et la rareté de la monnaie qui sont secrétés par le marché globale de monnaie et des services qui va constituer une sorte de mecanisme de régulation globale au sein de l’économie.

Vision cyclique de l’économie L’économie de marché serait déterminée par de phases cycliques régulières qui verraient se succéder des période d’inflation corrlgé ar des périodes de déflation qui permettrait par la raréfaction augmenter l’offre du bien. ???? En période d’inflation une surabondance de monnaie, donc qui devrait donner lieu à la reprise massive de la production et une foi que ce nouveau cycle de surproduction est achevé selon la théorie il doit produire un nouveau cycle de vie de la monnaie.

Résumé : Lors d’une période d’inflation, la demande est supérieur à l’offre, trop de monnaies en circulation, comme l’offre est inférieur à la demande on va se mettre à produire massivement « cycle de production » qui va par la suite être suivi par un autre ycle de vie de la monnaie (une période de déflation). Comment va évoluer l’économie ? Aucun économis vie de la monnaie (une période de déflation). Aucun économiste n’a prouvé que l’économie de marché soit soumse à des cycles. A chaque fois qu’on a eu des phénomènes d’hyperinflation ça s’est toujours produit au sein du cycle de surproduction.

Dû au fait de la sur-demande pendant l’inflation. Durant l’inflation on devrait avoir un développement maximale des forces production et dc des situations de plein emploi selon la théorie, mais cela est faux. Les périodes d’inflation coïncident oujours avec des périodes de chômage élevé. Si on compare la théorie avec l’analyse empirique de l’évolution de l’économie de marché depuis 100 à 150 ans, sur ces deux points majeurs se passent le contraire. La réalité des fautes ne correspond pas à la doctrine elle-même. ème théorie : Quantitative Théorie quantitative : Locke Les textes économiques de Locke ont été traduits pour la première fois il y a 30 ans. Cela montre le discrédit, l’ignorance qui s’attachait à cette théorie. Pourquoi elles sont fondamentales ? Il les a exposés dans deux textes publiés au 17ème siècle après la ème révolution anglaise enl 788, il les a intitulés « considérations sur la valeur de la monnaie Le premier texte en 1792 et fautre en 1794. Il écrit dans les 15 premières années qui suivent la naissance du capitalise en Angleterre.

II faut maintenir une certaine proportion entre la monnaie et le commerce. Que cette proportion dépende de la qu 2 maintenir une certaine proportion entre la monnaie et le commerce. Que cette proportion dépende de la quantité de la monnaie. Elément décisif, elle va aussi dépendre de SA VITESSE DE CIRCULATION (découverte de Locke). Jean Baudin explique ‘évolution générale des prix à partir des monnaies en circulation. Ce qu’il a découvert c’est qu’il fallait mettre en rapport la quantité de monnaie avec la vitesse de circulation.

Pourquoi on ne pouvait pas s’en rendre compte avant John Locke ? Le démultiplicateur de la monnaie : Le crédit Avec l’invention de l’épargne par le système bancaire (à partir de 1 68), l’importance de la vitesse de circulation de la monnaie n’est perspective que dans une économie capitalise. Le crédit est un multiplicateur de la monnaie. Il faut l’apparition du capitalisme suscité par le crédit pour esurer de quelle manière quelle vitesse de circulation va multiplier la base monétaire. C’est le premier observateur pertinent de la naissance du capitalisme.

On ne pouvait pas le déceler avant lui. Oublié mais réapparu au début du 20ème siècle . lrving Ficher l’a appliqué au niveau général des prix. Il a expliqué la formation des prix à partir de cette théorie. L’équation Ficherienne des échanges • p = (mV) / t p : niveau général des prix m : masse monétaire v : vitesse de circulation de la monnaie t : volume général des transactions Résulte de la théorie de Locke, qui est plus simple : Q x VC W (PIB) Q : quanti PAGF s OF Q x VC = W (PIB) Q : quantité monétaire de base VC . itesse de circulation VT : volume globale des transactions — Qui est aujourd’hui le PIB (le produit intérieur brut) Locke n’a jamais prétendu que la quantité monétaire était déterminante, c’est la vitesse de circulation qui Pest. Mais il n’a pas dit non plus qu’elle n’influerait en rien sur la monnaie. Le crédit qui est en rapport inverse, la puissance motrice de l’activité économique. Le multiplicateur ce sera le crédit, plus le taux de crédit sera élevé plus la vitesse de circulation sera fable et on aura une croissance e l’activité moindre.

Il faut que la base monétaire circule en nombre important pour donner une masse monétaire élevé Mercredi 14 mai 2014 La découverte de Locke : 20 ans après la naissance du K : -la force motrice du crédit va intensifier la vitesse de circulation de la monnaie-> augmenter la base monétaire (force motrice du capitalisme) -crédit : Le taux de crédit va déterminer en rapport inverse le niveau d’efficacité de la monnaie en intensifiant sa vitesse de circulation.

Plus la vitesse de circulation du crédit va augmenter plus la valeur de la monnaie va augmenter. On ne pouvait pas le voir avant. On ne peut pas intégrer durablement dans une zone monétaire des économies, des structures démographiques et sociales différentes. Monnaie fiduciaire Générée par le crédit bancaire, elle va jouer le r 6 2 et sociales différentes. Générée par le crédit bancaire, elle va jouer le rôle de multiplicateur de la base monétaire. Par le crédit monétaire et par la croissance du commerce.

Quand on parle de monnaie, on a deux réalités monétaires : la monnaie de base et monnaie fiduciaire. Soit la monnaie fiduciaire généré par le crédit est assez bondante pour multiplier la quantité monétaire de base qui va amener à une création de richesse soit le crédit sera trop cher et peu abondant pour que la monnaie fiduciaire soit importante. Elle circulera de moins en moins et on aura une destructlon de richesse (destruction monétaire) Elle est le ceux par quoi la monnaie va véhiculer sa valeur, c’est l’instrument de la monnaie de circulation.

Caractéristique de la monnaie fiduciaire -Fiduciaire car sa valeur ne dépend pas d’elle-même mais de sa garantie en or donc dans le système d’étalon -C’est une monnaie de crédit parce que initialement elle est cr ar le système bancaire -Jusqu’au 19ème siècle le premier papier monnaie est émis par la banque et non par l’état instrument presque monétaire, c’est une quasi monnaie, ça s’approche mais ça ne l’est pas. Le grand tournant, deuxième période du capitalisme, celle qui va permettre « L’Age d’or » du k, c’est le Peel’s Act 1844.

C’est après l’habeas corpus, la deuxième création la plus importante (tjr en Angleterre) décision du parlement anglais qui va confier à la banque d’Angleterre 7 2 importante (tjr en Angleterre) -> décision du parlement anglais ui va confier à la banque d’Angleterre le monopole de l’émission monétaire. Monnaie fiduciaire retiré des banques privées pour passer aux mains de l’état. On leur retire ce monopole parce que dès la fin du 18ème siècle, les banques sont tentés d’user de leur prerogative pour faire de la spéculation, sont tenter d’émettre plus de papier monnaie qu’elles ont de réserve sen Europe. 844 : banque centrale monétaire a le monopole d’éjection de billets. 4 ans après en France l’assemblé national va confier à la banque de France le monopole de l’émission de billets. Nos billets ont imprimés par la banque de France non en Allemagne. On va aboutir à une étape déterminante, IO ans après en 1857 une banque de France aura créé une succursale par département, la masse monétaire globale en France sera multiplié par 4. Du fait de cette augmentation de l’activité économique, cela a augmenté la valeur du franc germinal va rester exactement la même, de 1850 jusqu’à la guerre de 14.

Depuis qu’on est rentré dans l’euro la masse monétaire a baissé de 1/3. Laquelle des deux théories était la bonne ? La description de la réalité économique depuis 300 ans illustre arfaitement la théorie de Locke déterminé par l’augmentation de la masse monétaire lié au crédit, le développement de ractivité économique en rapport inverse avec la valeur de la monnaie. ??? Théorie inflationniste : contredite par l’économie inverse avec la valeur de la monnaie. ???

Théorie Inflationniste : contredite par l’économie de marché depuis un siècle, on voit bien ou est le point d’accroche entre les 2 théories, si la quantitative est juste ce n’est pas le marché des bien qui va déterminer l’inflation c’est rythme de la diffusion monétaire, les politique de l’offre ne peuvent aboutir si la théorie nflationniste est la bonne, ça ne permettra pas d’augmenter la masse de volume de réduire le chômage, réduira pas le déficit budgétaire…. Si la théorie quantitative est la bonne hollande va perdre sur les trois points/.

Ds la thé q c le rtythe d’émission monétaire qui va déterminera le taux d’inflation. La théorie inflationniste est fausse parce que si on a une augmente ou diminue du monetaire pa léction dela foce d inertie on aura apas forcémlent un nieavu infla ou délfat ds I année qui suit. 4) Crises Pourquoi on a créé l’Euro ? Ce projet de monnaie unique européenne n’était pas absolument as prévu par les chefs européens dans les quelques mois qui ont suivis Maastricht. A quoi est du ce projet de création monétaire en Europe ?

Ily a trois raisons qui ont pu justifier la mise en place de l’euro. 1 ère raison : pas d’ordre économi ue c’est une raison d’ordre géopolitique. l’Allemagne, en 1989 que la France voulait a tout pris empêcher. Tout part de la, de Gorbatchev en 88 autorise la réunification et dissout le pacte de Varsovie à la fin de la guerre froide, l »unlfication all prend tout le monde cour, François Mitterrand veut l’empêcher, il y parvient pas, si il maintient son refus ‘Allemagne pourrait quitter l’organisation économique européenne FM a peur que l’Allemagne quitte l’Europe.

Mitterrand ne parvient pas à empêcher la chute du mur de Berlin il va juger pertinent d’obtenir en compensation de la réunification allemande, (la réconciliation de l’Allemagne fédérale) sa souveraineté monétaire pour créer une zone monétaire unifié. (Meilleure moyen : la contraindre) C’EST LA France QUI EST A L’ORIGINE DE LA MONNAIE UNIQUE. FM voulait absolument garder l’Allemagne dans l’organisation économique européenne car la solidité de l’économie allemande ermettrait à remonter les autres éco des autres pays.

S’il n’y avait pas eu la réunification allemande et Yeffondrement du communisme il n’y aurait pas eu l’euro. FM se fichait de l’Europe fédérale, il n’était pas un européiste. Il va tout faire pour que le processus d’intégration se limite à la monnaie. La France a peur de l’Allemagne pour conjurer sa peur il va tenter de limiter sa puissance en contraignant d’abandonner sa monnaie. Il croyait que ça n’allait pas se faire. Quelles sont les raisons de la création de l’euro ? 1 ère raison : Unificatlon