La traque du loup Giono

La traque du loup Giono

Jean Giono né en mars 1895 à Manosque est issu d’un milieu modeste. II interrompt ses études et devient commis de banque. Inspiré par son imagination il se met a écrire. Son roman un Roi sans divertissement dépeint la condition de « Homme dans le monde face aux questions morales et métaphysiques. D’après Giono, l’Homme a profondément besoin de se divertir pour ne pas faire face à sa destinée (mort). Son œuvre romanesque possède une portée universelle. Un Roi sans divertissement relate une série de faits divers dans un petit village. Sur trois ivers, des disparitions inexpliquées ont lieu au sein du village. ne peur s’empare des villageois car on ne sait pas si c’est un homme ou une bête qui est à l’origine de ses meurtres. I/ Le face à face Hom A- Personnification d Le goût du sang OF4 p g On retrouve ici aussi la même fascination du sang qu’avait MV et qu’a toujours Langlois car il ya « devant les pattes croisées du loup, le chien de Curnier, couché, mort, et que la neige est pleine de sang. » On constate donc encore une fois le parallèle entre la férocité du loup et celle des hommes gagnés par

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le mal. L’allitération en « s » donnée dans la phrase « Il s’en est passé des choses pendant le s ShAipe to Wew next page silence ! ? nous permet également de comprendre l’équivalence qu’il y a entre le silence et le goût du sang. C- Une traque en plusieurs étapes Une fois le loup trouvé, on constate une forte dramatisation de la mise en scène avec des mots ou des phrases rappelant la guerre comme « massacre », « Au risque de nous fusiller les uns les autres » ou encore « Au risque même, au milieu de la confusion des cris, des coups, des fumées ». On remarque encore une fois ue tout ce vocabulaire est lié à la contamination du mal car c’est en voyant le loup qu’ils ont tous envie de se tuer. uis, Langlois les calme en criant « Paix » et c’est à ce moment que commence l’encerclement progressif du loup. Cet encerclement progressif est désigné par la répétition de la phrase : « Langlois s’avance Aussi, on remarque que Langlois représente ici le héros qui mène la traque et que le loup, qui normalement est un animal féroce, devient la victime car « tout ce qu’il fait, c’est de coucher deux ou trois fois ses longues oreilles. Ily a donc un renversement de ce qu’est un animal sanguinaire en victime désarmée. On constate donc que le loup s’avoue vaincu et qu’il sait ce qui va se passer par la suite.

Il/ Langlois en figure christique A- Référence à l’Ascension La lévitation des personnages qui « planent » nous rappell 2 christique La lévitation des personnages qui « planent » nous rappellent en effet l’ascension. Grâce aux mots « voltiger « légèreté aéronautique « ailes » et « planait on a l’impression que les personnages s’envolent tout comme le Christ s’est élevé lors de sa résurrection. On remarquera pour autant que l’auteur ne cherche pas à montrer dans cet extrait que l’on passe de la mort à la vie, mais qu’au contraire on passe de la vie à la mort.

On retrouve donc une sorte de croyance contraire. Imagerie catholique Langlois nous renvoie l’image du Christ lorsqu’il a « ses bras étendus en croix » car le Christ lui-même avait les bras dans cette position là lorsqu’il s’est sacrifié pour sauver le peuple. De plus, la position de ses bras est directement suivie par une comparaison : « comme des ailes » qui fait aussi référence au Christ. Aussi, on remarque qu’il y a une répétition du mot « paix » qui nous rappelle aussi le fils de Dieu c’est pour ce message qu’il est venu sur Terre.

Le fait que l’auteur utilise les « torches colombes » dans son texte nous rappelle également la religion catholique car les colombes sont le symbole de la pureté et la candeur mais aussi le Saint Esprit. C- Langlois en tant que Sauveur Langlois n’est plus le sauveur dans le sens Justicier mais 3 Langlois en tant que Sauveur Langlois n’est plus le sauveur dans le sens justicier mais il est evenu le Sauveur au sens religieux car c’est lui qui prend tous les pêchers de l’Homme sur lui en se chargent d’exercer l’agressivité de la population en tuant le loup tout seul. Aussi il en mourra à la fin du livre tout comme le Christ en est mort.

Ill/ Une chasse/ divertissement A- Idée de spectacle Spectacle avec une figure de héro avec laquelle converge tous les regards Spectateurs mués et fascinés Champ lexicale de rattention et du regard B- Mise en scène de la traque Atmosphère qui se prête à la dramatisation de cette scène (forêt, uit, suspense, lumières, clichés) Maitrise du suspense par la vision du chien égorgé C- La grande messe Messe du curé divertissement+ on échappe à soi Echo à la traque de MV et à la messe Chasse : divertissement suprême Messe à l’envers au lieu de passer de la mort à la VIe, on passe de la vie à la mort Phénomène sacré : on donne la mort Puissance sacrée, élévation (vers le mal) au dessus du quotidien Permet d’éviter la morosité Ouverture : La figure christique se manifeste à la toute dernière phrase du livre. OU ouvrir sur le hêtre (spectacle • fascination) 4