la seigneurie au moyen age

la seigneurie au moyen age

À partir de l’An Mil, en Occident, toutes les terres étaient réparties entre les mains de seigneurs, qu’ils soient laïcs ou religieux (un abbé à la tête d’une abbaye par exemple). En France, le roi était presque un seigneur comme un autre, qui possédait sa seigneurie, que l’on appelait le domaine royal. Le reste du pays était divisé en une multitude de seigneuries, plus ou mons vastes, sur lesquelles vivaient un seigneur (et sa famille) qui exerçait son pouvoir sur des paysans et quelques artisans. Quels étaient donc les liens entre ces seigneurs et ces paysans ? 1 .

La seigneurie, territoire agricole a : Un espace habité et vivant La seigneurie s’organ- abbaye. Elle était con ue PACE 1 étaient variables. Elle uni Sv. i* to View nextÇEge seigneur et sa famille artisans. Paysans et -fort ou d’une les dimensions territoire un ainsi que des s villages ou des hameaux au cœur desquels se dressaient une ou plusieurs églises. Ces lieux de vie étaient reliés par des routes, des chemins et des ponts sur les rivières qui permettaient aux hommes de se déplacer. B :Une espace structuré La terre de la seigneurie était systématiquement divisée en deux grandes parties . lle

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
que le seigneur réservait à son usage propre et dont les revenus lui revenaient exclusivement : la réserve et celle qu’il accordait en location à des paysan Swipe to nex: page paysans (appelés tenanciers ou vilains), les tenures (d’où le terme de tenancier). 2. Le seigneur, maître de toutes choses Le seigneur, qui était chef de la police et de la garde, était tenu de protéger tous les habitants vivant sur ses terres. a. LJne protection au coût élevé « À la Saint-Jean (24 juin), les paysans de Verson doivent faucher l’herbe des prés du seigneur et porter le foin au manoir.

Après, ils doivent curer le canal. En août, ils doivent moissonner les blés du seigneur et les porter à sa grange. Ils doivent le champart sur leurs terres. Ils le chargent sur leurs charrettes et le portent à la grange du seigneur. Après, vient le début septembre, où ils paient le parçage : le vilain gardera deux pourceaux sur trois. Et après vient la Saint-Denis (9 octobre), où les vilains sont tout étonnés qu’il leur faille payer le cens. Après, ils doivent encore la corvée • quand ils auront labouré la terre du seigneur, ils iront chercher le lé à son grenier et ils devront le semer. ? Noël, ils doivent des poules. A Pâques, ils doivent de nouveau la corvée (D’après la Complainte des Vilains de Verson, 13e siècle). Les paysans n’avaient pas le choix : toutes les terres appartenant à un seigneur, ils étaient bien obligés de vivre quelque part et de gagner leur vie en faisant ce qu’ils savaient faire :travailler la terre. Une terre qui ne leur appartenait pas et qu’ils n’étaient pas capables de protéger des attaques extérieures (soit venant d’une autre seigneurie, soit d’envahisseurs). PAG » OF d