LA SCOLARISATION DES FILLES

LA SCOLARISATION DES FILLES

La scolarisation des filles Tôt le matin, avant le chant du coq Maréme se reveilla. Elle prend sa douche et sort de sa chambre. Elle a un gros panier à sa tête rempli de poissons tenant sur sa main un seau rempli de légumes. -Tu es prête Maréme cria Yaye Bigué. -Oui je suis prête maman En route vers le marché, Maréme rencontra beaucoup d’éléves qui partaient à l’école. -Maman pourquoi je ne vais pas à l’école. -Ne m’enérve pas encore avec ses sujets d’école. Maréme ton devoir est de rester à mes côtés.

Swipe to nex: page -Mais maman jusqu’a -Jusqu’a que tu aies toi petite insolente. Arrivée au marché M élève qui passa par I to View ie de discuter avec et les légumes. Un -Pourquoi tu ne vas pas a ‘eco e ? -Ma mère ne veut pas que j’y vais. -Pourquoi ta mère ne veut pas que tu vas à l’école ? -Elle dit que le devoir des filles c’est de rester à la maison aux côtés de leurs mères. -Mais c’est quoi cette tradition moi je suis une fille et je vais ? l’école. Maintenant je vais partir c’est l’heure d’aller à l’école.

Bonne chance jiéspère qu’un jour

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ta mère acceptera que tu ailles à l’é l’école. L’élève parta, laissa Maréme les larmes aux yeux. Yaye biguè arriva du boutique voyant sa fille en larmes lui demanda. -Mais qu’est ce que tu pleures ? Maréme continua de pleurer. -Mais ne t’ai je pas demander qu’est ce que tu pleures ? -Maman à quoi ça servait de me mettre au monde si tu savais que tu ne pouvais pas me donner une bonne éducation partir à l’école comme toutes les filles. -Mais qu’est ce que tu es entrain de dire est-ce que tu deviens folle.

La place d’une fille n’est pas à ‘école mais à la maison. Une fille doit le linge c’est pas en restant sur une table d’école que tu sauras faire tout ça. Mais maman on voit des tas de jeunes filles qui vont à l’école et fasse tout ça. C’est pas en restant à la maison qu’on devient une intellectuelle. -Mais qu’est ce que les blancs ont mis dans vos têtes. Nous allons toutes perdre nos filles même si elles ne partent pas à l’école. -Maman c’est vrai que je ne suis jamais partie à l’école.

Mais j’ai des amies élèves et je sais que les blancs ont mis dans leurs têtes le droit d’un enfant. -Ah bon! Vous avez des droits lesquels ? -Nous avons le droit de vivre dans un environnement sain Nous avons le droit déducation Nous avons le droi c,F4 droit de vivre dans un environnement sain Nous avons le droit d’éducation Nous avons le droit à la santé Nous avons le droit d’avoir une famille -Et qu’est ce que tu vas me dire encore que vous avez le droit de faire tout ce que vous voulez ? Non maman, je veux juste de dire qu’on doit se soucier du présent mais n’oublions pas le futur. -Du futur, mais vous ne serez rien d’autres que des femmes aux foyers. -Non maman, les femmes sont aujourd’hui des hotesses de l’air,des ministres,des femmes d’affaires et même des chefs d’Etats. Comment ça se fait que vous ne vous préoccupiez pas de ‘avenir de vos enfants,de leurs rêves. Je suis sûre que tu aimerais que j’aies une bonne vie. Et pour avoir une bonne vie il faut travailler et il faut aller à l’école pour avoir un bon travail.

Regarde Aminata tall sall, Aida modje,Michélle obama, Barbara marshal et pleine d’autres femmes qui ont reussi dans ce qu’elles font. Maman,ce sont mes reférence. Tu aimerais pas que quand on les cite,on me cite aussi. Maman connais-tu la paritè l’homme est la femme sont égales. Si l’homme peut aller à l’école pourquoi pas la femme. ( Yaye bigué se metta à pleurer ) -Mais qu’est ce qu’il y a maman ? J’espére que c’est pas moi qu 3 c,F4 -Mais qu’est ce qu’il y a maman ? J’espére que c’est pas moi qui tai fait pleuré.

Je t’aime maman,je ne veux pas te faire pleurer. -Nan ma fille ne t’inquiéte pas, je viens juste de savoir mon erreurJe ne savais pas tout ce que tu avais dans le coeur. On m’a élevè comme ça et toi comment sais tu tout ça ? -Maman, quand je te disais que j’allais chez ma tante, je te mentais. En réalitè, j’allais chez une amie qui me donnait des cours. Désolè maman de t’avoir menti. -Non ma fille tu étais obligée. Comme on le dit,mieux vaut dire le ensonge qui répare que le véritè qui détruit.

Désormais je me proccuperai de tes moindres rêves et soucis. ët le plus important je t’inscrirerai demain. ]e t’aime ma fille chérie. -Merci maman moi aussi je t’aime maman chérie. CONSEIL: La scolarisation des filles n’est pas un choix mais un droit. Plutard nous sommes appellées à devenir des mères. Comment pourrons nous eduquer nos enfants si nous les futures mères ont n’a pas une bonne éducation. Les enfants sont la base d’une societé et s’ils ne sont pas bien éduqués la sociétè tombera en failite. LEMOI_J GAYE 2014