La Sagrada Familia

La Sagrada Familia

LA SAGRADA FAMILIA Comme sujet nous avons choisi, la Sagrada Familia, une œuvre qui s’inscrit dans l’art de l’espace. Elle fait partit du domaine architectural. La construction du temple de la Sagrada Familia débuta le 19 mars 1882 à Barcelone dans la région de Catalogne. La mise en place de la première pierre a été un véritable évènement public. Le premier architecte fut Francisco del Villar, sa vision était très classique. Mais ne s’entendant pas avec le maître d’œuvre, Francisco del Villar démissionna alors en 1883.

Le maître d’œuvre pris Antoni Gaudi comme remplacer Francisco il sut déborder de l’a ‘œuvre universel. La Sagrada Familia es S. v. p not page llaborateurs pour lors que 31 ans mais former en un chef- isité d’Espagne, dépassant le palais de l’Alhambra à Grenade et le musée du Prado à Madrid: elle attire chaque année plus de 2,7 millions de visiteurs. Gaudi naquit à Reus dans la région de Cataluha, en Espagne, en 1852. Il fut une figure très renommée de l’architecture en Espagne. On associe d’ailleurs son nom à l’architecture moderniste.

Gaudi avait notamment d’autres talents comme par exemple le dessin (les croquis de la Sagrada Familia) ou encore le travail du bois (le obilier

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
créé notamment pour la Casa Battlé). Gaudi est l’auteur d’autres œuvres comme la Casa Mili, to next page le Parc Guell et bien sûr la Sagrada Familia. Le modernisme catalan est un mouvement artistique qui s’inscrit dans la tendance de IArt nouveau (1880-1920): il se caractérise par la présence de rythmes, de courbes, de couleurs et d’ornementations inspirés des arbres, des fleurs, des insectes et des animaux.

Gaudi avait installé son atelier dans la Sagrada Familia où il y passa les 12 dernières années de sa vie, dormant au sous-sol se nourrissant de fruits secs. Habillé de vêtements élimés, il emandait l’aumône dans la rue, tant pour son besoin personnel que pour celui de la construction de la Sagrada Familia. pour lui la religion avait une importance considérable rien qu’à voir tous les détails religieux présents dans ses œuvres. Le 7 juin 1926, il fut renversé par un tramway. Pris pour un mendiant, personne ne se soucia de lui, et fut transféré trop tard à l’hôpital.

Toutefois, une foule immense vint lui rendre un dernier hommage. Dans le musée crypte, situé au sous-sol du temple, on aperçoit son tombeau où l’architecte repose au cœur de son admirable projet. A l’époque de Gaudf, il y avait la volonté très forte de réorganiser et revoir le plan d’urbanisation de la ville de Barcelone, avec une vraie volonté de la moderniser comme par exemple lors de la révolution industrielle. Les riches bourgeois barcelonais passaient des commandes auprès des architectes comme Gaudi. Ils voulaient moderniser leurs habitations ou désiraient réinventer les espaces à vivre. Ces bou 2 Gaudi.

Ils voulaient moderniser leurs habitations ou désiraient réinventer les espaces à vivre. Ces bourgeois qui finançaient ainsi l’art peuvent être appelés des mécènes. Le modernisme catalan a été fortement soutenu par la bourgeoisie qui, par son mécénat, voulait exprimer sa modernité, son identité catalane et sa richesse. Le comte Güell était un riche industriel catalan qui a protégé et financé Gaudi en lui commandant de nombreuses œuvres. Il avait pour but de faire de la Sagrada Familia un temple parfait et réunit avec tous les symboles du Christianisme, mais également tous les détails qui font l’architecture de Gaudi.

Gaudr était tellement impliqué dans ce projet qu’il dormait même sur place. Cest dans ce lit qu’il mourut, avant d’avoir pu chever rœuvre de toute une vie. Et c’est dans la crypte qu’il fut enterré. Depuis les travaux continuent pour terminer son œuvre en essayant de respecter ses plans, ses désirs et sa vision… La Sagrada Familia a été inscrite au Patrimoine de l’Humanité en 2005, fut consacrée par le pape et obtint le titre de « Basilique » en 2010. La façade de la navité et la crypte, toutes deux achevées du vivant de Gaudi sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ce fut la première oeuvre inachevée ? pouvoir être visitee. Le modernisme catalan s’est développé principalement dans les rts décoratifs (architecture et mobilier). C’est un art total en ce sens qu’il occupe tout l’espace disponible pour mettre en plac 3 mobilier). C’est un art total en ce sens qu’il occupe tout l’espace disponible pour mettre en place un univers personnel considéré comme favorable à l’épanouissement de l’homme moderne. L’EDIFICE : La Sagrada Familia à un plan en forme de croix latine.

Les dix- huit tours évoquent les douze apôtres, les quatre évangélistes, la Vierge Marie et le Christ. L’immense flèche de 170 mètres de haut incarnera le Christ. Ses dimensions sont 170m de hauteur, 90 de longueur et 60 de largeur. La Sagrada Familia est en travaux depuis sa construction et ils sont prévus pour encore jusqu’à fin 2020. Les travaux consistent ? finir la construction de tours manquantes. La Sagrada Familia n’est pas monochrome, c’est-à-dire qu’elle n’est faite que d’une seule couleur.

Elle a des touches de blanc, de vert, de rouge, de jaune, d’orange, de bleu pour des éléments particuliers liés à la nature (la colombe, les fruits, l’arbre… ). Sur l’édifice sont notées des inscriptions religieuses en latin comme par exemple SANCTUS = saint. Gaudi associe dans ses œuvres le fer forgé, le mobilier en bois, le vitrail, la sculpture, la osaïque et la céramique. Il a une conception organique de la décoration: il intègre des éléments de la faune et la flore dans la structure de ses constructions. Ainsi, le monde marin est l’un de ses thèmes d’inspiration préféré.

L’édifice de Gaudi est née d’un schéma gothique préexistant, transformé au travers d’une série d’invention structurelle, colonnes incl 4 préexistant, transformé au travers d’une série d’invention structurelle, colonnes inclinées capables d’absorber les poids et les forces, sans avoir à recourir aux arcs-boutants, en utilisant es matériaux de construction différents en fonction de leur emplacement et du poids qu’elles doivent soutenir. Il a voulu que les colonnes se ramifient comme des arbres, en arrivant à la voûte.

Et si on demandait à Gaudi où il trouvait ses idées, « c’est lui disait-il en pointant du doigt devant son bureau. Chaque tour dispose d’un escalier en colimaçon permettant d’accéder au clocher. Ce dernier est surmonté de décorations en céramique en forme de fruits ou d’étoiles. LA FAÇADE DE LA NATIVITÉ La façade de la Nativité, également dite «du Levant », est la seule ? voir été construite pendant la vie de Gaudi. Gaudi voulait que cette façade soit la première à être construite pour montrer toute la force artistique que pouvait atteindre son œuvre. Elle ne fut terminée qu’en 1932.

La façade possède trois grands portails. Ils représentent, de gauche à droite, l’Espérance, la Charité, et la Foi Gaudi a choisi la navité car c’est la naissance de Jésus Christ. Sur cette façade on remarque beaucoup de feuilles, au dessus un arbre (un cyprès) bien vert et une colombe blanche (symbole de la paix). Sur cette façade sont aussi sculptés une colombe blanche et es oiseaux qui s’envolent et qui se dirigent vers le berceau de l’enfant Jésus, mais aussi des reptiles et des tort S se dirigent vers le berceau de l’enfant Jésus, mais aussi des reptiles et des tortues…

Elle est très fournie, avec beaucoup de détails, beaucoup d’originalité dans le traitement de la scène de la naissance de Jésus : couleurs, fruits, ainsi que des animaux peu communs. Construite entre 1894 et 1932, la façade relate la partie humaine et familiale de Jésus. Gaudi voyait dans la Nativité le symbole de la vie et de la création. Des animaux et des outils se mélangent ux symboles comme l’arbre de la vie, couronné de 21 colombes. Placé sous cet arbre un pélican est représenté, autre symbole de l’ Eucharistie.

Antoni Gaudi a souhaité terminer entièrement cette façade de son vivant pour qu’elle serve de témoignage de la grandeur de l’ensemble de l’église. LA FAÇADE DE LA PASSION . Comme pour la façade de la Nativité, la façade de la Passion possède trois portails d’entrée. Gaudi conçut tous les éléments de cette façade pour qu’ils reflètent la souffrance de la Passion de Jésus : sa douleur et son sacrifice. Gaudi a choisi la passion pour représenter la crucifixion e Jésus. Mais c’est le sculpteur Josep Maria Subirachs qui réalisa cette façade à partir d’un dessin de Gaudi en 1986.

Jésus Christ est le personnage principal de cette façade de sa condamnation à sa crucifixion. Le porche est fait de six colonnes ressemblant à des os inclinés vers l’intérieur, et est surmonté d’une corniche qui soutient une galerie couverte de dix-huit petites colonnes en forme d’oss surmonté d’une corniche qui soutient une galerie couverte de dix-huit petites colonnes en forme d’osselets. Contrairement à la façade de la Nativité, Gaudi prévoit pour celle-ci une rnementation plus anguleuse et dépouillée afin d’évoquer la souffrance et la mort du Christ.

A notre avis les colonnes représentent des troncs d’arbres, des racines mais certains imaginent aussi des os… Les statues de cette façade sont très stylisées, carrées, brutes, et les traits du visage ne sont pas représentés. Cette façade s’éloigne du style de Gaudi, elle semble plus contemporaine moins fournie et plus simplifiée. Certains évoquent une 3ème façade, celle de « La Gloire » qui serait la future façade principale de la basilique. Les travaux, qui ont commencé en 2002, sont encore très importants sur ette façade et ne sont pas très avancés, ce qui ne permet pas une bonne vision de celle-ci.

Nous ne pouvons donc Pétudier correctement. Le financement de ce chantier titanesque, selon le VŒU de Gaudi provient entièrement de dons privés tels que des associations religieuses, des dons individuels ou encore des dons d’entreprises. Une chose est sûre pas un euro ne provient du gouvernement de Catalogne, aucune subvention publique n’est accordée par PEtat ou funion européenne. Ceci est une garantie du sérieux du projet, qui respecte la laïcité et la séparation de l’église et de l’Etat.