La Russie pourra t elle rentrer un jour dans l’U.E?

La Russie pourra t elle rentrer un jour dans l’U.E?

La Russie pourrait elle faire partie de l’UE un jour ? Introduction Les relations russo-européennes sont assez complexes de nos jours, mais cela l’a également été dans le passé, que ce soit lors des deux guerres mondiales, ou encore lors de la guerre froide ou les membres de la Communauté Économique Européenne (C. E. E devenue U. E en 1993) était séparés de l’U. R. S. S par un cordon sanitaire de sécurité.

On peut dire que ces relations se sont apaisées à partir du début des années 1990, ce or7 et la chute de l’U. R. S. Les Sni* to mais se sont intensifi e Partenariat et de en vigueur en 1997, te du mur de Berlin u départ timide, amment à l’Accord en 1994, et entré a démocratisation pas-à-pas de la Russie, et de son ouverture sur le monde aussi bien sur le plan politique Visite diplomatique, arrêt des véto répétitifs au conseil de sécurité de l’O.

N. U, etc.. ) que sur le plan économique (la Russie rejoint rO. M. C en 2012). Au vu des rapports actuels entre la Russie et l’U. E, on peut se demander si un jour la Russie pourrait dépasser ce statut de partenaire et

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
faire partie intégrante de cette institution. )Une interaction economique forte, ouvrant la voie à une adhésion de la Russie : Depuis le rapprochement entre U.

E et Russie, de forts lien économques se sont développés, notamment grâce page à l’APC, même si ce-dernier n’est pas restreint à Péconomie seulement ; en effet, cet accord Signé en 1994, entré en vigueur en 1997 pour une durée de IO ans et automatiquement reconduit en 2007 prend en compte les points suivants : le dialogue politique au plus haut niveau, la facilitation des échanges de biens et services, les entreprises et les investissements, la coopération inancière et législative, les sciences et la technologie, l’éducation et la formation, l’énergie, la coopération nucléaire et spatiale, l’environnement, le transport et enfin la culture.

On peut dire que tout est fait à travers cet accord, pour pousser Russe et Européens dans les bras de l’un et l’autre, et on peut dire qu’entre les deux parties, c’est l’U. E qui pousse le plus en ce sens, en effet, même si l’Apc était déjà en vigueur, pl. J. E a décidé de le renforcer de son côté en adoptant en 1999 « La stratégie commune de l’U. E à l’égard de la Russie » qui a pour but de edonner la place légitime de la Russie au sein de l’Europe, car ce pays est une partie intégrante de la civilisation européenne contemporaine. Cette stratégie a été fondée autour de plusieurs axes jugés prioritaires, nécessaires afin de pérenniser les relations Russie- U. E, et afin de rendre la Russie conforme aux prérequis d’une posslble candidature d’adhésion à FIJ. E.

On retrouve donc comme axes prioritaires de cette stratégie, la consolidation de la démocratie en Russie ainsi que de l’État de droit et des institutions russes, en effet, si un pay PAG » rif 7 a démocratie en Russie ainsi que de HÉtat de droit et des institutions russes, en effet, si un pays veut prétendre rejoindre l’IJ. E, ce doit être une démocratie, de plus, l’U. E privilégie ses relatlons avec des pays démocratiques et ont tendances ? éviter les états autoritaires et les dictatures . Mais aussi la volonté d’intégrer la Russie à un espace économique et social européen, de conserver la stabilité et la sécurité en Europe et au-delà, d’agir conjointement aux problèmes intra-européens, de développer et mieux gérer les ressources énergétiques fin d’assurer l’approvisionnement de la Russie et de l’U.

E, de renforcer la sécurité nucléaire, de prendre en compte les enjeux environnementaux et enfin de lutter contre toute manipulation frauduleuse et trafics illégaux (corruption, blanchiment d’argent, trafics divers, En d’autres termes, cet accord de partenariat et la stratégie mis en place par l’U. E traitent tous les domaines, mais là où il est le plus efficace et le plus développé, c’est évidemment au niveau économique. En effet, l’U. E représente aujourd’hui le premier partenaire économique, commercial et financier de la Russie, et onstitue plus de la moitié du commerce extérieur de son voisin russe. L’Union Européenne est également le client majoritaire de la Russie au niveau énergétique, en effet, du pétrole et du gaz exporté de Russie avait pour destination un membre de l’U. E.

Cette dépendance est quelque peu inégale, en effet, la Russie ne représente quant à elle que I PAGF3C,F7 Cette dépendance est quelque peu inégale, en effet, la Russie ne représente quant à elle que le 3ème partenaire commercial après les États-Unis et la Chine, et ces importations d’énergies russes e représente que le tiers de sa consommation. De plus 75% des stocks d’Investissement Direct à l’Étranger russes proviennent dun pays membre de l’U. E. On peut donc dire que sur différents aspects, U. E et Russie sont interdépendant l’un de l’autre. De plus, la position géographique de la Russie est un point fort pour une potentielle intégration à l’U. E, en effet, d’une part elle est enclavé au sein même de l’Europe avec le territoire de Kaliningrad ; de plus, avec sa conquête de l’Est, la Russie est devenue le plus grand voisin de l’U. E à l’Est, et son intégration permettrait d’étendre l’U. E jusqu’en Asie.

Cette volonté de part et d’autre de renforcer les échanges peut laisser penser à une collaboration plus resserrée dans les années futures, comme par exemple l’adhésion de la Russie à l’IJ. E, et en effet, de nouvelles choses mis en place ou sur le point d’être mis en place vont dans ce sens. Il) Une voie toute tracée pour l’intégration de la Fédération de Russie : Malgré la création de l’Accord de Partenariat et de Coopération en 1994 et la création de la stratégie commune de à l’égard de la Russie en 1 999, russes et européens sont tombés d’accord sur e fait qu’il fallait aller encore plus loin dans leur collaboration, et c’est pourquoi 4 espaces communs ont été définis : -Création d’un es loin dans leur collaboration, et c’est pourquoi 4 espaces communs ont été définis . Création d’un espace économique commun afin de favoriser les échanges commerciaux et ce dans l’optique de créer une véritable zone de libre-échange entre l’U. E et la Russie. Création d’un espace commun de liberté de sécurité et de justice, dans le but de coopérer dans le domaine policier, douanier, judiciaire et la gestion des frontières. La création d’un tel espace permettra l’allègement de la procédure de délivrance de visa concernant les hommes d’affaires, les personnalités politiques et les chercheurs. -Espace commun de coopération dans le domaine de la sécurité extérieur, dans le cadre de la polltlque Étrangère et de Sécurité Commune. -Espace commun de recherche et d’éducation, afin que chacun des deux parties puissent bénéficier du savoir de l’autre dans ces domaines. ? travers la création de ces quatre espaces de coopération, on voit que la relation entre U. E et Russie tend à se rapprocher ‘une relation semblable à celle entretenue entre deux membres de l’U. E. Cependant, on peut se demander pourquoi de telles structures sont mis en place au lieu de tout simplement aidé la Russie à intégrer l’U. E. Si aujourd’hui la Russie ne peut pas être considérée comme un prétendant sérieux à l’U. E, ce n’est pas à cause de ses rapports commerciaux, mais plutôt à cause des relations politiques. III) Des désaccords politiques, plus important que l’interdépendance économique : Les relations entre russes et politiques, plus important que l’interdépendance économique :

Les relations entre russes et européens se sont nettement améliorer depuis la fin de la guerre froide, cependant, certains points de discordes persistent entre les deux frères ennemis, l’U. E, et l’intégration comme par exemple l’expansion vers l’Est de de ces pays à l’U. E alors que la Russie les considère comme faisant partis intégrants de son espace d’influence naturelle, liée au passé de cette région. De plus, les russes méprisent les interventions européennes dans les anciens pays soviétiques et dans les anciens satellites de l’U. R. S. S. jugeant ces actions comme un affront, et comme une emise en cause de leur pouvoir et de leur domination. ? l’inverse, PILE reproche à la Russie le non-respect des droits de [‘Homme, ainsi que son ingérence dans les affaires internationales, comme par exemple la Syrie, où la Russie empêche toutes actions contre Bachar Al-Assad grâce à son droit de véto au conseil de sécurité de l’O. N. U. On peut dire que les relations se sont refroidis depuis le début des années 2000 qui a vu l’élargissement à l’Est de l’U. E et l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine. C’est dans ce contexte que ce sont déclarées les révolutions de couleurs (roses en Géorgle en 2003 et oranges en Ukraine en 2004) dans le but de se défaire du joug russe, ce qui n’a que rendurci les relations russo-européennes, tout comme les diverses affaires opposant la Russie à un membre de l’U. E, comme par exemple l’affaire de la viande po affaires opposant la Russie à un membre de l’U.

E, comme par exemple l’affaire de la viande polonaise, interdite d’entrée en Russie, ce qui a généré l’application du véto polonais dans les déclsions concernant la Russie. Toutes ces tensions ont fait que la Russie a attaqué la Géorgie en 008, et qu’elle est sur le point d’attaquer l’Ukraine aujourd’hui. Conclusion : Depuis la chute du mur de Berlin et de PU. R. S. S, les relations entre U. E et Russie ne se sont que développe, permettant notamment la signature de l’APC, la mise en place d’une stratégie commune de l’U. E à l’égard de la Russie, et la création de 4 espaces de coopérations. Si sur les points énergétiques, commerciaux, financiers, économiques, etc… es accords ont fonctionné, il y a cependant un point où la situation bloque, il s’agit de la politique, en effet, usses et européens se livrent des guéguerres à chaque action de l’autre, ce qui empêche une réelle relation stable sur le long terme entre ces deux entités. Par conséquent, même si toutes les actions russes ou européennes tendent à une intégration de celle-ci à cette- dernière, leur divergence politique chamboule ces plans, et c’est pourquoi la Russie ne rejoindra probablement jamais l’IJ. E, mais cependant, tout est fait pour que leurs échanges et leur interactions mutuelles soient rendues aussi simples et faciles que cela peut l’être entre deux pays membres de l’U. E.