LA n 8 L agonie de l enfant La Peste

LA n 8 L agonie de l enfant La Peste

LA L’agonie de l’enfant La Peste Introduction -Extrait du roman de La Peste -auteur : Albert Camus -genre : Réalisme Critique (contre la neutralité/ou positivisme (z to View dans un seul cas d’an -mouvement littérair littéraire : l’être hum actions) -date de parution . 1947 or 5 nt philosophique et vie par ses propres -La Peste permit en partie à Albert Camus de remporter le prix Nobel de littérature en 1957, en Suède. Cette œuvre appartient au cycle de La Révolte (La Peste, L ‘Homme Révolté (1951) —essai, Les Justes (1949)-pièce de héâtre) -Camus est né en 1913 en Algérie/ mort par accident de voiture en 1960. Journaliste militant engagé dans la résistance Française à la tête du journal « Combat » (journal clandestin né pendant le seconde guerre mondiale = organe de presse du mouvement de l) Le caractère insoutenable de la description A) Une orchestration dramatique véritable compte-rendu médical à connotation dramatique, car s’arrête sous les différentes étape de cette agonie.

Par exemple : -« gémissait l’enfant » LI -2 ; « se raidit brusquement » « se creusa un peu au niveau de la taille » L3- ;3 « L’enfant se détendit peu à peu » 16-7 ;

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
« parut respirer plus vite » ; L8 « comme mordu à l’estomac »L19 « secoué de frissons et de tremblements convulsifs L21-22 ; « haletant, sur une grève humide et empoisonnée L25-26.. -Lutte de l’enfant contre la Peste, narrateur nous la décrit en 3 temps. -1er. L’assaut de La Peste, suivit d’un moment de répit. Ère attaque très vlolente L2-5 ce n’est pas le premier assaut : évocation du « de nouveau » L3 par rapport aux dents serrées. Nous donne la posture de l’enfant après l’attaque « se creusa un peu au niveau de la taille, écartant les bras et les jambes » 3-4 puis, la détente. 2ème. « se pliait à nouveau » LI 9-20 de nouveau la posture « sa frêle caracasse pliait » L22-23 on voit une évolution encore une fois, puisque « la bourasque passée, il se détendit un peu »L24-25 3ème. ? quand le flot brûlant l’atteignit à nouveau pour la troisième fois « L 27-28 Posture de l’enfant dans le lit « recula au fond du lit »L29 Gradation dans la violence des attaques, car de plus en plus iolentes. Au bout de la crise, il est com lètement épuisé (133) et prend une pose de crucifié (1_35) 2CFS complètement épuisé (L 33) et prend une pose de crucifié (1_35) Le compte rendu médical fait appel à nos sensations : olfactive, tactile, auditive, visuelle… x : « gémissait » LI ; « odeur de laine et d’aigre sueur »L6 ; « respirer plus vite »L8 « de grosses larmes »L31 Allitération en [s] évoque la souffrance « serrait « LI « force » LI « gémissait » LI ; « se »L3 ; « brusquement » L3; « serrées » L3; « sous » L5 ; « centre » L 7… B) Combat inégal entre la peste et l’enfant -Combat inégal puisque entre La Peste et un jeune enfant de 1 1 ans (présenté comme faible, fragile ) La Peste attaque l’enfant sans pitié. La peste assimilée au vent, à un ouragan, métaphore filée de la tempête. ? vent furieux de la peste « 1_23; « souffles répété de la fièvre « 1_23-24 ; « bourrasque » L24; « flot » L27… Métaphore filée de l’incendie, avec les flammes de l’enfer : « épouvante de la flamme qui le brûlait »L29-30 ; « paupière enflammées » 131-32 ; « la chair avait fondu »L34 Se retrouve dans un véritable cataclysme, comme si les éléments Sabbataient sur l’enfant. Impuissance de l’enfant : participes passés employés comme adjectifs de la ligne 19 à 21 : « morudu » « creusé » ; « secoué La peste assimilée à un espèce de monstre, à un être maléfique, frappant l’enfant d’une manière démesurée.

Caractère fragile de l’enfant, le narrateur insiste sur l’adjectif « petit » (Q ; L5 … J A la fin du 3ème assaut, il ne reste plus rien du petit être, complètement dévasté « ses ambes osseuses et ses bras dont la chair avait fondu en 3CFS omplètement dévasté « ses jambes osseuses et ses bras dont la chair avait fondu en quarante-huit heures »L33-34 Fin du passage nous annonce déjà la mort de l’enfant.

Allusion au champs de bataille L35 avec l’utilisation du particpe passé « dévasté Mort révoltante, agonie révoltante. Il) Une mort révoltante A) La pudeur et l’effroie du spectateur atmosphère pesante, silence total, pas une seule parole prononcee. Narrateur évoque dans un 1er temps la gestuelle LI « le docteur serrait avec force la barre du lit » Aucun personnage n’est capable de regarder l’autre « Rieux encontra le regard de Tarrou qui détourna les yeux »L9 : regard qui n’aboutit pas.

Quelques thermes et expressions suggèrent l’empathie du docteur Rieux « il ne quittait pas des yeux » L2 Faculté de renssentir les mêmes émotions qu’un autre « ils avaient déjà vu mourir des enfants « LI 0 ; « n’avait jamais cessé de leur paraître un véritable scandale »L14-1 5 Deux adjectifs à connotation affectueuse : « grêle »L20 ; «frêle » L22 B) un scandale Le mot scandale apparaît L 15, « un veritable scandale Ici, c’est un fait religieux « troublant ire ». Ex : Bossué voit dans