LA N 15 La Controverse De Valladolid

LA N 15 La Controverse De Valladolid

S4: « Dialogue et confrontation » La Controverse de Valladolid , JC Carrière Intro: JC Carrière est un écrivain français, en 1 984 il a beaucoup tr availlé pour le cinéma (parolier) et au théâtre (dramaturge, metteur en scène). La Controverse de Valladoli d est d’abord un récit de 1992 qui s’inspire de fait réel, Carrière en prop ose une version théâtrale en 1999. N scène un débat philosophique qui ag près la découverte d’ ors Sni* to View rait. L’auteur met en soit un demi siècle a nouveau monde.

Les indiens sont ils des tres inférieures qu’il fau soumettre et asservir ou au contraire sont ils des hommes libres? Pour répondre à cette question, Carrière oppose différents protagonistes: le Père Las Casas, un homme de religion et de terrain qui a vécu en Amérique et qui défend la cause indienne; Sépulvéda, b rillant docteur ? l’université qui vient légitimé les guerres colonial et leur cortège d’ atrocité; enfin le Cardinal Roncieri, (Légat du Pape). émissaire du Pape qui doit arbitrer ce fa ce à face.

L’extrait qui nous intéresse propose une véritable joute verbale, Sépulvéda et Las Casas s’affronte. Le remier soutient l’infériorité des indiens, tandis que le deuxième Des indices soulignent rérudition

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de Sépulvéda: Le Légat s’adresse à lui au moyen d’une apostrophe respectueuse. Sépulvéda se réfere à Aristote dans l’argument d’autorité à la 12. Didascalie 126 mentionne des notes qui se rajoute aux dialogues, cet homme c’est donc renseig Par ailleurs, les connecteurs logiques émailles son propos, 18,10&11 ,23,25,31 ,32.

Ce discours s e veut structurer, organisé. A la 15, Sépulvéda veut étailler son argumentaire par le moyen de « preuve ». Il utilise un ton dramatique, éremptoire (catégorique) ainsi il emploi le présent de vérité géné ral 19,1 1 Ils ignorent l’emploi du métal. Relevons par ailleurs l’usage du ver be être 19,29, le verbe de définition par excellence. Ainsi que la présence de la négation tota le 134. Le propos est dépourvu de nuances.

Deux exclamations seulement: 125&36 émaille ces intervention. Voilà un homme de sans froid qui sait garder son calme, par là il peut sembler plus convaincant. 3)La nature des arguments formulés contre les indiens Sépulvéda est convaincu par l’infériorité des indiens: Cette thèse est 15&6. Le champ lexical de l’infériorité associé aux indiens 15,11 ,23 côtoient celui de la domination lié aux espagnols Cette infériorité est innée d’a près Sépulvéda comme l’indique le champ lexical ,11,23.

Cette infériorité es la bestialité et la vulgarité des indiens. Examinons les arguments utilisés: Le premier est introdult par d’abord, il est formulé 18à1 1 ,23à25. L’invention est opposé à l’imitation, les indie ns sont incapables de créer, ils se contentent d’imiter. L’usage récurrent de « nos » soulign ent l’orgueil et ‘arrogance des espagnols qui se considère comme une nation mo dèle et qui mesure l’avancée des autres peuples, en fonction de leurs progrès.

De 127 à 129, Sépulvéda souligne le retard technologlque des indiens. La nourriture est aussi objet de critique, elle s’apparente à celle des animaux, ils ingèrent des mets répugnants par Sépulvéda, voil? qui corrobore leur animalité. De 130 à 136, Sépulvéda s’attarde sur les coutumes. Les moeurs des indigènes, il dénonce d’abord 130 à 32, leur rite religieux, leurs idolâtries, leurs pratiques des sacrifices, tout ces usages semblent onfirmer une certaine barbaries. _33, Sépulvéda insiste sur les infériorités intellectuelles et les met au même niveau qu’un enfant ou d’un simple d’esprit. L 32, Sépulvéda évoqu e la polygamie qui ne peut que heurter les chrétiens monogame. L34 à 136, Sépulvéda c ritique un système de valeur où l’or semble avoir moins d’intérêt que la verroterie. Enfin 149, Sépulvéda souligne le fâcheux penchant pour l’alcool des indiens qui semble confirme r une certaine dépravation. Le verbe « jeter » connote là encore une certaine besti alité.