la monetique

la monetique

INTRODUCTION La MONÉTIQUE représente Pensemble des dispositifs utilisant l’informatique et l’électronique dans les transactions bancaires (cartes de paiement, terminaux de points de vente, etc. ). Cest la contraction de « Monnaie électronique ». Initialement, s’entend comme l’utilisation dune carte de paiement ou de retrait, par opposition à la monnaie fiduciaire (les pièces et les billets) et ? la monnaie scripturale (les chèques, virements, prélèvements).

Dans le langage courant, la monétique représente l’ensemble des activités d’émission, d’acceptation, d’acquisition, de traitement es opérations relatives à une carte de retrait ou de paiement (débit ou crédit) dans le domaine bancaire ou privatif.

Sui # to page 1-1 DEFINITION DE La monétique désig informatiques et télé bancaires ainsi que d 2- LES DIFFERENTS SE 6 Swape nextp g ments électroniques, la gestion de cartes UE 2-1 LE SECTEUR BANCAIRE La monétique bancaire concerne exclusivement les établissements bancaires et financiers et regroupe une offre de plusieurs services :personnalisation de cartes bancaires Gestion des porteurs (modification de plafond de cartes, modification de contrat, mise en opposition/ levée d’opposition sur carte…

Retrait (cartes EMV et Jade) Paiement (saisie de facturettes, télécollecte des TPE) Délivrance d’autorisations (tartes EMV, Jade, AMEX, JCB et Avantages) Pré. om Pré-compensation des opérations réalisées par carte bancaire (cartes EMV,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Jade, AMEX, JCB et Avantages) : préparation et mise à disposition de nos clients de fichiers informatiques leur permettant d’effectuer les échanges financiers de compensation adéquats Télépaiement sur internet (pour les commerces de Nouvelle-Calédonie) 2-2 LA CARTE BANCAIRE Créé en 1984, afin d’organiser en France un système nterbancaire de paiement et de retrait par carte, le Groupement des Cartes Bancaires CB est un organisme de droit privé (CIE) qui réunit près de 146 établissements et groupes bancaires ou financiers, français ou étrangers, opérant principalement en France. Le GIE Cartes Bancaires CB est chargé de piloter le système interbancaire CB, et de garantir la fiabilité, la simplicité et la sécurité du système de paiement et de retrait CB. Cartes Bancaires CB élabore ainsi l’architecture générale du système et les règles et procédures nécessaires à son fonctionnement. Il définit les standards et les spécifications techniques ainsi que les outils d’échanges d’informations, et certifie la conformité aux normes CB des matériels fabriqués par les industriels.

De plus, Cartes Bancaires CB gère les outils communs dont disposent ses adhérents : le réseau Cartes Bancaires CB, e-RSB, qui procède au routage des autorisations de paiement et de retrait entre les établissements membres et le Système d’Information Cartes Bancaires (SICB). Le GIE Cartes Bancaires CB n’a pas le statut d’établissement de crédit et ne peut émettre de moyens de paiement, ni gérer de comptes de clients. Les activités opéra IE peut émettre de moyens de paiement, ni gérer de comptes de clients. Les activités opérationnelles liées aux cartes CB sont du ressort des banques et établissements de crédit membres. Cartes Bancaires CB se distingue du GIE Carte Bleue et de SAS Carte Bleue qui assure les relations avec Visa. 3 – LE FONCTIONNEMENT DE LA MONETIQUE La Carte Bancaire est un moyen de paiement très populaire chez les français.

Pour faire un objet usuel de ce petit miracle de la technologie, il y a tout un univers d’acteurs (banques, réseaux, commerçants, industriels) qui œuvrent au quotidien. Les echniques, les normes et les dispositifs mis en place en assurent la fiabilité dans un climat basé sur la confiance. L’évolution du rectangle de plastique à la puce continue : le paiement par téléphone mobile se profile et la mise en place de l’espace Européen des paiements est proche. C’est tout cet univers que ce livre va vous faire découvrir. 3-1 LES AVANTAGES ET INCONVENIENTS 3-2 LES AVANTAGES Le paiement par carte CIB est garanti par les banques Un virement fluide et rapide Une sécurité assurée Faciliter les retraits d’espèces. Eviter l’attente au guichet. Permettre des retraits 7 j/ 7 et 24h/24.

La monétique est un moyen de paiement et de retrait sécurisé, qui assure au titulaire de la carte, la disponibilité à tout moment de son argent à l’aide des distributeurs automatiques de billets (DAB), et de régler ses achats chez tout commerçant ou prestataire de service affilié au système de paiement par carte. 3-3 LES INCONVEN 3-3 LES INCONVENIENTS Un des plus grands inconvénients de faire des opérations bancaires électroniques est la question de la sécurité. Avec la prévalence des enregistreurs de frappe, les courriels d’hameçonnage, les chevaux de Troie et autres menaces en ligne, l est naturel pour les gens de se préoccuper de la sécurité de leur identité, les fonds et les opérations bancaires électroniques.

Utilisation de programmes antivirus et similaires est pas pleine preuve. Les gens craignent que leurs comptes bancaires peuvent être piratés et accéder à leur insu ou que les fonds qu’ils transfèrent ne peut pas atteindre les destinataires. Bien qu’il soit rare de nos jours avec le renforcement des mesures de sécurité, ces menaces existent encore. Pas tout le monde n’aime le luxe d’avoir une connexion Internet stable et rapide à la maison. En plus d’avoir un ordinateur ersonnel ou un ordinateur portable, l’accès à Internet à la maison stable est une condition préalable fondamentale ? l’exécution des opérations bancaires électroniques.

Bien sûr, les gens peuvent toujours utiliser un ordinateur public avec accès à Internet; Toutefois, la sécurité des ordinateurs publics est toujours une préoccupation. 4 – LES AUTOMATES BANCAIRES 4-1 LES DISTRIBUTEURS OU GUICHETS AUTOMATIQUES Un guichet automatique bancaire (GAB en France) ou distributeur automatique de billets (DAB) ou guichet automatique au Québec, ou encore bancomat en Suisse et en Italie ainsi que istribanquel est un appareil électronique e encore bancomat en Suisse et en Italie ainsi que distribanquel, est un appareil électronique et électromécanique permettant aux clients d’effectuer différentes transactions bancaires en libre-service.

Différents modèles de GAB permettent de faire des retraits, acceptent des dépôts en liquide ou par chèque, ordonnent des transferts de fonds, impriment des mises à jour de carnets, augmentent le montant d’une carte d’appel téléphonique et même, vendent des timbres-poste. En Suisse, en Espagne, au Portugal (réseau « Multibanco ») et au Canada, il est aussi ossible de régler certaines factures via un CAB. L ‘homologue en anglais américain est Automated Teller Machine (ATM), en anglais canadien Automated banking machine (ABM). 5- LE FONCTIONNEMENT DES GUICHETS AUTOMATIQUES 5-1 MATERIEL ET SECURITE e distributeur est ainsi composé de nombreuses pièces, lui permettant bien sûr de remplir sa fonction, mais aussi de faciliter la tâche à l’utilisateur et garantir la sécurité de l’argent et des données de l’utilisateur.

Au niveau matériel, il dispose d’un écran et dun clavier numérique, ou directement d’un écran tactile, pour permettre au lient de rentrer son code personnel et choisir la somme à retirer. Un lecteur de carte afin d’insérer la carte bancaire, et permettant, grâce à la puce de cette carte, de vérifier sa validité. SI le code est erroné plusieurs fois de suite, il est possible que la machlne « avale » la carte, afin d’éviter tout risque de vol. En effet, s’il s’agit d’une carte volée, on ne peut donc pas trouver le code par « force brute » (recherche et essai de to volée, on ne peut donc pas trouver le code par « force brute » (recherche et essai de tous les codes possibles jusqu’a obtention du bon code).

Il dispose également d’un coffre, dans lequel sont présentes plusieurs cassettes selon la valeur des billets. Afin de sécuriser ces cassettes, elles sont parfois munies de certaines sécurités, tels des gaz incapacitants, ou de l’encre indélébile, systèmes qui s’enclenchent en cas d’ouverture forcée de la cassette. Ce renforcement de sécurité a donc permis l’installation de DAB dans un plus grand nombre de lieux. De plus, une caméra de sécurité est souvent présente autour du distributeur. Le distributeur de billets utilisant aujourd’hui des composants similaires à ceux d’un PC (carte mère, CPIJ, disque dur), la partie ogicielle est basée sur un système d’exploitation comme Linux, ou Windows.

Le distributeur de billets est connecté à un réseau bancaire (grâce au modem integré dans le DAB), permettant à la machine de vérifier des informations comme le code personnel, la validité de la carte, l’identité de la personne (censée posséder la carte), le solde restant sur son compte en banque. Le processeur du DAB assure le chiffrement des données utilisateurs, qui ne sont bien sûr pas stockées sur le disque dur du DAB, mais directement envoyées au serveur bancaire pour comparaison. Le distributeur étant très proche d’un ordinateur tant au iveau matériel qu’au niveau logiciel, il est exposé à la plupart de ses problèmes: bugs informatiques (plantage du système d’exploitation et/ou du logiciel tournant sur le DAB), soucis matériels (clavier hors s 6 OF IE système d’explo•tation et/ou du logiciel tournant sur le DAB), soucis matériels (clavier hors service, écran casse, machine en panne).

Il peut également avoir un problème de cassettes vides ou d’argent manquant lors de retraits par certaines personnes et peut avoir avoir subis des dégradations expliquant son mal fonctionnement. 5-2 LES RISQUES ET LES SOLUTIONS A. LES RISQUES Malgré une sécurité matérielle et logicielle plutôt renforcée, des risques subsistent. Pour l’utilisateur, tout d’abord, les risques de vol: les vols de sacs ou de cartes bancaires sont quotidiens, et si le code est incrit sur un papier accompagnant la carte ou que le voleur a réussi à voir le code tapé par l’utilisateur en l’espionnant, il peut très facilement retirer et utiliser l’argent à sa guise. Il existe également les vols en ligne, par exemple avec des sites de ventes frauduleux, sur lesquels l’utilisateur rentre son code immédiatement récupéré par le voleur.

Certains voleurs n’hésitent pas à employer des techniques avancées, en installant des caméras ou encore des pièges à cartes, puis récupèrent les informations et/ou les cartes, et peuvent ainsi retirer l’argent comme bon leur semble ou encore faire des copies contrefaites des cartes. Le wifi et les SMS sont parfois mis à profit pour récupérer les données ? distance. D’autres personnes volent uniquement l’argent du distributeur, sans passer par un compte bancaire. En effet, ils détruisent en partie ou volent directement le distributeur, grâce à des véhicules, des explosifs, des outils, etc.. Mais il existe également certaines failles des véhicules, des explosifs, des outils, etc… Mais il existe également certaines failles de sécurité au niveau logiciel, permettant à un pirate expérimenté de contrôler la machine à distance ou retirer l’argent comme bon lui semble. ar exemple, certains utilisateurs arrivaient à accéder à un menu administrateur de façon très simple, car le code d’accès d’origine, 123456 ou encore 987654 n’avait pas été modifié lors de la mise en route de l’appareil. Certaines fois, des bugs informatiques rendent la machine « généreuse » en donnant des billets de valeur lus élevée que ceux demandés, ou alors la personne chargée de remplir les cassettes se trompe en mettant des billets de 20 au lieu de billets de 5. Enfin, certains spécialistes n’hésitent pas à prouver l’insécurité des distributeurs, aidant ainsi les constructeurs et les banques ? améliorer le fonctionnement de leurs machines, comme Barnaby Jack lors de la conférence Black Hat de juillet 2010.

Au cours de sa présentation, il présenta deux méthodes de piratage: -une première, matérielle et logicielle, grâce à une clé maitre achetée sur internet et un support USB, permettant de modifier e logiciel interne du distributeur -une deuxième, logicielle, en utilisant une connexion à distance et en exploitant une faille du système. B – LES SOLUTIONS Pour y arriver, nous avons choisi, avec l’aide de nos professeurs de SI, d’élaborer un nouveau système de touches pour taper notre code, en utilisant, à la place du traditionnel clavier numérique, des capteurs infrarouges permettant ainsi de ne pas laisser de traces de doigts, BOF IE clavier numérique, des capteurs infrarouges permettant ainsi de ne pas laisser de traces de doigts, et rendre la lecture visuelle du code plus difficile.

Nous avons utilisé plusieurs logiciels pour la réalisation du programme destiné aux capteurs: un programme principal CROIJZET couplé à l’automate éponyme, qui nous sert ? utiliser les capteurs, et un programme secondaire SMART CONFIG qui nous permet quant à lui de donner des ordres à la maquette à partir de l’ordinateur. On peut noter aussi l’utilisation d’un moteur qui permet d’éjecter les billets et d’un interrupteur qui simule la mise en marche de la machine ou l’insertion d’une carte bancaire. Au final nous nous retrouvons avec une maquette qui peut éjecter le bon nombre de billets si le code est bon et que ‘utilisateur a choisi la somme d’argent qu’il désirait. 5-3 AVANTAGES ET INCONVENIENTS DU GUICHET AUTOMATIQUE A. AVANTAGES Le compte bancaire a libéré l’homme moderne du souci d’avoir de la liquidité à portée de main. Le fait d’avoir de l’argent sur soi ou chez soi, constitue en effet, deux risques.

D’une part, l’individu risque de se faire voler, de l’autre, plus l’argent est présent plus il est sujet à être dépensé. Mais, la banque pose aussi une contrainte. Il faut s’y rendre aux horaires des ouvertures, et ceci n’est pas commode à chaque fois. L’invention de la carte guichet st venue résoudre ces problèmes. Le retrait d’argent Grâce à ce petit rectangle informatisé, l’individu peut retirer son argent à n’importe quel moment de la journée, et à tous les guichets qu’il rencontre. Ceci lui évite les déplacem moment de la journée, et à tous les guichets qu’il rencontre. Ceci lui évite les déplacements, vers son agence, et en même temps, le dispense de retirer une somme importante, dont il n’a pas besoin.

En effet, quand on se présente aux guichets de l’agence, on prévoit de l’argent en réserve pour éviter un autre déplacement. Sans oublier un autre facteur, cette fois sychologique, qui pousse la personne à retirer plus qu’il ne lui faut, et qui se manifeste dans le sentiment de gène éprouvé devant le guichetier ou les autres clients, quand on veut retirer une toute petite somme. La carte guichet évite tous ces désagréments, et offre l’avantage de ne retirer qu’en cas de besoin, la somme nécessaire et donc de dépenser peu. – Le paiement par carte Dans les supermarchés et dans beaucoup magasins, il est désormais possible de payer des achats par carte guichet.

En effet, la carte guichet peut jouer aussi le rôle des cartes de paiement à débit immédiat ou à débit différé. Les magasins équipés d’un lecteur de carte de paiement ou d’un TPE (terminal de paiement électronique) offre à l’individu l’avantage de ne pas emporter une somme d’argent avec lui au supermarché. Il peut par conséquent faire des achats sans avoir besoins de passer par la banque. Le fait aussi de passer à la caisse et de donner sa carte est beaucoup plus pratique que de fouiller dans ses poches, ou son porte-monnaie, de faire le calcul et d’attendre la monnaie. Le client présente sa carte, et le montant à débiter est enregistré, il empoche alors son ticket, et emporte ses achats. Ce service est d’ailleurs présent un 0 6