la lecture rapide

la lecture rapide

Introduction . „ . . …….. 3 l. Principe de la lecture rapide…. Il. Techniques d’amélioration de la lecture rapide 1. Objectifs généraux 8 2. Objectifs spécifiques et intermédiaires.. 3. objectif de l’intellig Ill. Les niveaux de lecture…. 1. Les deux circuits d 14 or29 Sni* to View . … 14 2. Les deux niveaux de lecture principales.. IV. Les erreurs et les mauvaises habitudes et solutions 1. Les mauvaises habitudes qui empêchent la lecture rapide. . 18 2. Les erreurs qui empêchent la lecture rapide. 3. es Solutions… V. Application 1 . Lecture rapide appliquée à la presse — 26 a. Types de presses 26 . 3 onnaissances. La lecture rapide se trouve rarement dans le cursus de formation du parfait gestionnaire. Pourtant, ceux qui ont appris cette technique n’en reviennent pas de son efficacité. Si votre travail nécessite que vous lisiez des tonnes de documents, il n’est pas exagéré de dire que la lecture rapide pourrait vous faire gagner facilement quatre à cinq heures par semaine. D’où viennent les méthodes de lecture rapide ? Cest à l’Américaine Evelyn Wood qu’on doit la lecture rapide. En 1945, elle présente un travail de maîtrise de 80 pages ? un professeur qui

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le lit en seulement IO minutes.

C’était un lecteur rapide naturel. Impressionnée, elle part à la recherche d’autres lecteurs possédant cette aptitude. Elle en trouve une cinquantaine, qu’elle observe pour mettre au point une technique de lecture rapide, qu’elle enregistrera sous le nom de Reading Dynamics. Deux méthodes de lecture rapide Quelle est la différence entre la lecture à vitesse normale et la lecture rapide ? En simplifiant, disons qu’en lecture normale, on lit dans sa tête comme si on lisait à voix haute, en prononçant toutes les syllabes, ou presque.

Avec la lecture rapide, on n’articule pas les mots mentalement, on ne falt que les marmonner. Il existe deux méthodes de lecture rapide elle d’Evelyn Wood, qui a  » inventé  » la lecture rapide et qui préconise l’utilisation du doigt qui glisse sur le papier (ou le curseur sur l’écran d’ordinateur) pour entrainer l’oeil; celle de l’ingénieur français François Richaudeau, développée après celle de Mme Wood, qui rejette l’utilisation du doigt, estimant que cela ralentit le processus OF de Mme Wood, qui rejette l’utilisation du doigt, estimant que cela ralentit le processus de lecture.

Au Québec, la méthode Wood est de loin la plus enseignée. Illustration(s) •  » Parfois, seulement 30 à 40 % du texte est important; la méthode ous apprend à ne pas perdre de temps avec le reste i’, explique Serge Martin, président des Grands Explorateurs et adepte de la lecture rapide L’orthopédagogue Daniel Gagnon croit que ceux qui lisent plus de 1000 mots par minute ne font que survoler les textes. Les bénéfices de la lecture rapide sont vraiment nombreux.

Outre le fait de gagner du temps, c’est aussi un excellent moyen de développer sa concentration, sa mémoire, son sens de l’analyse et également s’entraîner à penser plus vite. Comment faire face efficacement sans perte de temps ? La réponse est simple : en lisant plus vite bien sûr, mais aussi en ssimilant mieux. La lecture rapide va vous permettre d’atteindre ce double objectif. Cette méthode repose sur des principes qui ont largement fait leurs preuves. La lecture rapide n’est pas une lecture superficielle ni une lecture en diagonale.

Il s’agit de lire plus efficacement, c’est à dire plus vite avec une meilleure compréhension et aussl une meilleure mémorisation. Vous apprendrez d’abord à faire sauter les freins qui ralentissent la lecture, comme par exemple la subvocalisation ou la lecture mot à mot ou par petits groupes de mots. Les résultats de mesure de la vitesse et de compréhension épendent du contenu de texte. Ainsi, notre travail comporte cinq chapitres : Le premier chapitre, est consacré à connaltre le principe de la lecture rapide. OF chapitres : Le premier chapitre, est consacré à connaitre le principe de la Les techniques d’amélioration et les niveaux de la lecture rapide font l’objet du deuxième et troisième chapitre. Le quatrième chapitre, on va aborder tous les mauvaises habitudes et les erreurs qui nous empêchent à faire une bonne Dans le dernier chapitre, on va traiter une application de la lecture rapide sur la presse. Enfin, une conclusion rassemble ce qu’on va voir de cette étude. l. rlncipe de la lecture rapide « voir figure 1 » La lecture comporte 7 principales phases : 1.

Perception sensorielle Il s’agit du déroulement d’actions physiologiques par lequel l’œil perçoit l’image des lettres et des mots. 2. Identification Le cerveau identifie ces images en tant que lettres et ensembles de lettres. Avant même que la lecture physique ne commence vous devez être capable d’identifier la longue employée quelque soit votre origine géographique ou ethnique, votre âge, votre sexe ou votre niveau d’études, votre cerveau doit reconnaitre les symboles constituant l’alphabet – que ce soit par le biais de la méthode yllabique au globale. 3.

Transmission ou assimil santé, à votre état général et surtout à votre œil et à la manière dont votre cerveau traite les informations. Pour l’améliorer, vous devez savoir comment votre œil fonctionne, chose que personne 4. Compréhension Reconnaissance du mot dans sa signification par rapport aux connaissances acquises. Compréhension littérale et logique, ou intégration interne Vous devez comprendre la signification du message. Cette phase consiste à relier entre elles les différentes informations contenues dans le texte. Compréhension critique, ou intégration externe :

Après avoir compris le texte de manière interne, vous pouvez le relier au monde extérieur. Très différente de la phase précédente qui consiste à établir la logique interne du livre, l’intégration externe consiste à l’associer à vos connaissances antérieures, à l’analyser et à le critiquer. 5. Mémorisation Elle consiste ensuite à stocker les informations, à les archiver, en quelque sorte. Cette phase ne se suffit pas à elle-même. Elle doit être associée à la récupération. On peut distinguer 2 types de mémoire, une à court terme et une à long terme.

Il faut forcément passer par la première pour tteindre la seconde. La première est une sorte de mémoire tampon qui sert entre autres de filtre pour la mémoire à long terme. Les mots ne sont généralement pas mémorisés comme tels. Ils ne servent qu’à créer un concept, une idée qui, elle, est mémorisée. 6. Récupération Elle consiste à repêcher les informations nécessaires au moment opportun. Il ne faut pas la confondre avec la phase précédente. Ne dites pas que vous avez une mauvaise mémoir PAGF s OF faut pas la confondre avec la phase précédente.

Ne dites pas que vous avez une mauvaise mémoire. Alors que vous ne savez simplement pas la gérer. . Communication Elle consiste à appliquer et à transmettre les connaissances que vous avez acquises, afin de créer quelque chose de nouveau, d’en tirer des conséquences et de continuer à apprendre tout au long de votre vie. Elle peut se faire sous forme écrite, parlée ou autre (arts plastiques, danse ou autre type d’expression créative). La rapidité de lecture se joue essentiellement lors de l’assimilation.

Elle dépend de la manière dont vous transmettez l’information à votre cerveau. La lecture fait aussi appel à une fonctlon extrêmement importante et bien souvent négligée ; la réflexion, qui recouvre la ompréhension littérale et critique. A la lumière de cette définition, on constate que les 30 obstacles à la lecture et à la compréhension qui sont recensés ci-dessous peuvent facilement être surmontés par le lecteur s’il a appris à identifier le mot et à assimiler, comprendre, analyser, mémoriser, récupérer et transmettre le message.

Ainsi, le processus de lecture repose sur des multiples niveaux que vous devrez tous améliorer pour devenir un lecteur rapide et efficace. Nombreuse sont les personnes qui aimeraient connaître les techniques de lecture rapide, pour apprendre la lecture rapide, ntégrer des connaissances plus rapidement et apprendre plus vite que d’autre. y a beaucoup de personnes qui cherchent à apprendre la lecture eclair et qui se décourage au bout de quelques minutes personnes qui cherchent à apprendre la lecture éclair et qui se décourage au bout de quelques minutes, alors à ce niveau la ces personnes arrêtent leur lecture et du coup elle abandonne et elles ne pourront jamais apprendre les techniques de lecture rapide. 1. Objectifs généraux : Lire de 50 à 150 % plus vite Obtenir et maintenir une concentration optimale Bien comprendre rapidement Retenir davantage ?tre un lecteur flexible et efficace 2.

Objectifs spécifiques et intermédiaires : Identifier les mécanismes de la lecture Nommer les étapes de rapprentissage de la lecture Décrire le paradoxe du bon lecteur Définir qu’est-ce que lire Décrire le comportement visuel des différents lecteurs (moyen, lent, très lent, très bon, rapide et prodige) Augmenter la vitesse de lecture Maîtriser Putilisation d’un repère visuel Développer sa vitesse de perception Développer rhabileté de lire par groupe de mots Distinguer les mauvaises et les bonnes habitudes de lecture Éviter les régressions inutiles Éviter les rêveries ?viter la sous-oralisation Adapter sa lecture aux circonstances Optimiser sa lecture en a PAGF 7 OF vironnement (lecture sélective) Identifier un objectif de lecture Reconnaitre les passages d’un texte répondant à son objectif de lecture Identifier l’idée principale d’un texte court (écrémage) Nommer les quatre étapes de l’écrémage Identifier l’idée développée dans un paragraphe Remarquer les conditions, les restrictions Évaluer la performance (trois évaluations : pré-test, test du midi, post-test) Mesurer sa vitesse de lecture Mesurer sa rétention des informations 3. objectif de l’intelligence : formation du cerveau Grâce aux recherches actuelles sur le fonctionnement du cerveau, on peut s’attaquer sans trop de difficulté à chacun de ces problèmes. Ces recherches recouvrent : Les fonctions du cortex cérébral droit et gauche ; Les mind maps ; Les commandos de lecture ultrarapide et de réflexion , Les techniques mnémoniques ; L’oubli après apprentissage , Les cellules du cerveau ; Les capacités intellectuelles et le vieillissement. OF intellectuel », pas plus que Phémisphère droit n’est le côté « créatif, intuitif et affectif On sait désormais, grâce à de multiples recherches, que les deux hémisphères doivent être utilisés onjointement pour obtenir de bons résultats, tant sur le plan intellectuel que sur le plan créatif. Pour créer leurs chefs-d’oeuvre, les Einstein, Newton, Cézanne et Mozart de ce monde, comme les grands génies du monde des affaires, ont associé leurs dons dans le domaine de la langue, des nombres et de l’analyse, à l’imagination et à la visualisation. Les mind maps Ces connaissances élémentaires du fonctionnement du cerveau permettent de former Pindividu à la résolution de problèmes divers, formation qui débouche souvent sur des améliorations de l’ordre de 500 L’une des méthodes modernes pour y parvenir est le mind mapping.

Dans la prise de notes traditionnelle, qu’elle vise à retenir des informations, à préparer un exposé écrit ou oral, à organiser les idées, à analyser des problèmes, à planifier ou à penser de manière créative, le mode de présentation courant est linéaire : on écrit des phrases complètes, des listes courtes de formules ou des listes par ordre numérique ou alphabétique. Ces méthodes, en raison de leur manque de couleurs, de rythme visuel, de relations imagées ou spatiales, stérilisent les capacités de réflexion du cerveau et empêchent littéralement tous les processus mentaux évoqués ci-dessus. Au contraire, le mlnd map exploite féventall complet des capacités du cerveau en plaçant une image au centre de la page pour faciliter la mémorisation et la génération cr PAGF OF plaçant une image au centre de la page pour faciliter la mémorisation et la génération créative d’idées.

Cette configuration permet la formation d’un réseau arborescent d’associations qui reflètent sur le papier les structures internes du cerveau. Grâce à cette approche, on peut résoudre des problèmes plus complètement et pourtant plus rapidement, transformer une mémoire défaillante en outil parfait et, pour le travail créatif, ngendrer un nombre illimité d’idées au lieu de listes tronquées. Les commandos de lecture ultrarapide et de réflexion En associant le mind mapping aux techniques de lecture ultrarapide et de balayage (qui permettent de lire à plus de 1000 mots par minute avec une excellente compréhension, pour aboutir à une vitesse de lecture efficace d’environ 1 000 mots par minute), on peut constituer des commandos de choc en matière de réflexion.

Grâce à la lecture à ces vitesses de pointe, au mind mapping détaillé des grandes idées du livre et de ses chapitres, à l’échange ‘informations rassemblées au moyen du mind mapping perfectionné et enfin grâce aux techniques de présentation, trois ou quatre personnes sont capables en un seul jour d’acquérir, d’assimiler, de mémoriser et de commencer à mettre en œuvre dans leur vie professionnelle l’équivalent de quatre livres regorgeant d’informations nouvelles. Techniques mnémoniques Les techniques mnémoniques furent inventées par les Grecs, qui les considéraient comme des « trucs On comprend aujourd’hui que ces procédés s’appuient solidement sur le fonctionnement du cerveau et ue bien utilisés, ils peuvent amélio