La lecture d un texte th tral suffit elle ou est il n cessaire d assister sa repr sentation

La lecture d un texte th tral suffit elle ou est il n cessaire d assister sa repr sentation

Sujet : La lecture d’un texte théâtral suffit-elle ou est-il nécessaire d’assister à sa représentation ? Introduction Si le théâtre occupe une place particulière dans la littérature, c’est qu’il est à la fois le texte et la représentation. Le théâtre est par sa nature, un spectacle qui s’appuie sur un texte. En effet, le mot « théâtre » vient La pièce de théâtre n Cependant les textes peut prendre plaisir Le texte théâtral est-i or 4 to nextÇEge où l’on regarde être lu mais jouée. bliés et le lecteur in d’être vu joué sur scène pour prendre toute sa valeur ?

Dans une première partie, nous verrons que la lecture de la pièce est suffisante, grâce aux indications de jeu et à l’imagination du lecteur, puis dans un second temps nous verrons que la représentation est l’aboutissement du texte théâtral. l. La lecture d’une pièce de théâtre est « suffisante » A. La beauté du texte théâtral Tout d’abord, la beauté et récriture du texte peuvent nous touchés. En effet, le texte théâtral est avant tout littéraire, et ar conséquent [‘auteur choisi avec soin les langages et les procédés stylistiques.

Les tragédies versifiées de Racine en sont un exemple : en effet dans

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Phèdre, les répliques de cette derniere n’ont pas besoins d’être jouées pour prendre toute leur ampleur et toucher le lecteur. Lors de la tirade où elle évoque ses sentiments envers Hippolyte, avec certaines répliques comme « je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue » nous ressentons alors les sentiments que cherche à faire passer l’auteur par cette gradation omme le trouble, le sentiment d’impuissance et l’amour que l’héroÎne ressent envers son beau-fils.

Le fait que cette tragédie soit écrite en alexandrins et dans un langage aisé intensifie encore plus la beauté du texte. B. Le rôle des didascalies D’autre part, les didascalies, initiales et ajoutées aux paroles des personnages, nous donnent des informations complémentaires sur les personnages, leur caractère, leur costumes ainsi que le contexte spatio-temporel pour l’une, et d’un autre côté sur es déplacements, les gestes, les intonations de la parole et les mimiques des personnages pour l’autre.

Les didascalies retransmettent souvent les gestes des personnages, c’est ainsi que dans l’Avare le comique de geste est perceptible avec la succession de mimiques : « (il prend un air sévère) » « (il prend un air gai) » lors de l’échange entre Frosine et Harpagon et nous fait alors rire. Pour ce qui est de l’intonation des personnages, elle est certaine fois indiquée par les didascalies mais surtout emarquable à travers la ponctuation.

En effet dans Antigone de Jean Anouilh nous percevons le ton impulsif de cette dernière envers son oncle lors de leur affrontement, par les nombreux points d’exclamation dans les répliques de celle-ci. Les didascalies ont donc pour rôle d’enrichir le texte. C. L’imagination du lecteur Enfin, la lecture du texte fait aussi appel à l’imaginaire du lecteur, celui-ci se fait alors sa propre représentation. Cela nous permet même d’imag PAG » OF d