la lecon ionesco

la lecon ionesco

LE PROFESSEUR: J’avais mal compris. Je croyais que «Pire» c’est une ville et que vous vouliez dire que la philologie menait à la ville de Pire LA BONNE: Menteur! Vieux renard! Un savant comme vous ne se méprend 266 pas sur le sens des mots. Faut pas me la faire 267 LE PROFESSEUR (sanglote): Je n’ai pas fait exprès LA BONNE Au moins LE PROFESSEUR: Oh, LA BONNE: vous me 268 ous or 3 to View tenez! Ah! vous êtes un brave garçon quand même! On va tâcher d’arranger ça. Mais ne recommencez pas Ça peut vous donner une maladie de cœur

LE PROFESSEUR: oui, Marie! Qi_rest-ce qu’on va faire, alors? LA BONNE: On va l’enterrer 269 en même temps que les trente-neuf autres ça va faire quarante cercueils On va appeler les pompes funèbres 270 et mon amoureux, le curé Auguste On va commander des couronnes 271 LE PROFESSEUR: oui, Mari Marie, merci bien. LA BONNE: Au fait. Ce n’est même pas la peine d’appeler Auguste, puisque vous- même vous êtes un peu curé à vos heures, si on en croit la rumeur publique. LE PROFESSEUR: pas trop chères, tout de même, les couronnes. Elle n’a pas payé sa eçon.

LA BONNE:

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Ne vous inquiétez pas Couvrez-la au moins avec son tablier, elle est indécente 272 . Et puis on va l’emporter LE PROFESSEUR: Oui, Marie, oui. (Il la couvre. ) On risque de se faire pincer 273 .. avec quarante cercueils 274 Vous vous imaginez Les gens seront étonnés. Si on nous demande ce qu’il y a dedans? LA BONNE: Ne vous faites donc pas tant de soucis. On dira qu’ils sont vides. D’ailleurs, les gens ne demanderont rien, ils sont habitués. LE PROFESSEUR: Quand même. LA BONNE (Elle sort un brassard 275 portant un insigne):

Tenez, si vous avez peur, mettez ceci, vous n’aurez plus rien à craindre. (Elle lui attache le brassard autour du bras. ) C’est politique. LE PROFESSEUR: Merci, ma petite Mane; comme ça, je suis tr autour du LE PROFESSEUR: Merci, ma petite Marie; comme ça, je suis tranquille Vous êtes une bonne fille, Marie bien dévouée 276 LA BONNE: Ça va. Allez-y, Monsieur. Ça y es32 La Bonne et le Professeur prennent le corps de la jeune fille, l’une par les épaules, l’autre par les jambes, et se dirigent vers la porte de droite. Attention.

Ne lui faites pas de mal. Ils sortent. Scène vide, pendant quelques instants. On entend sonner à la porte de gauche. Voix de LA BONNE: Tout de suite, j’arrive! Elle apparait tout comme au début, va vers la porte. Deuxième coup de sonnette. (à part): Elle est bien pressée, celle_là! (Fort. ) Patience! (Elle va vers la porte de gauche, l’ouvre. ) Bonjour, Mademoiselle! Vous êtes la nouvelle élève? Vous êtes venue pour la leçon? Le Professeur vous attend. Je vais lui annoncer votre arrivée. Il descend tout de suite! Entrez donc, entrez, Mademo