La jeune fille la perle

La jeune fille la perle

La jeune fille à la perle Tracy chevalier Biographie Née à Washington, Tracy Chevalier vit en Angleterre. Avant de commencer à écrire, elle était éditeur de livre. Son plus grand succès fut « La jeune fille à la perle » écrit en 1999. 11 reçut le prix Barnes et Noble et il se vendit à plus de 4 millions d’exemplaires. Il fut adapté en film. La situation initiale : Dans cette ville près de Rotterdam, le père de Griet, perd son travail. Il est donc contraint d’envoyer sa fille en tant que servante dans la maison du peintre Vermeer, pour subvenir aux besoins de sa famille.

Elle y reste septième siècle. Résumé : Griet devint donc se lui donna les premièr OF4 p g durant le dix- peintre. Maria Thins e mit au travail. Pendant quelques jours elle ne vit pratiquement jamais son maitre. Elle devint amie avec une autre servante, Tanneke. Elles accomplissaient ensemble les tâches de la maison et Griet allait quelquefois au marché avec des enfants de la maison. Là-bas elle y rencontrait Pieter fils, qui lui racontait les ragots du marché et lui vendait sa viande : il tomba amoureux de la jeune femme qui, elle, par la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
suite l’aima aussi.

Grace à lui elle apprit que la uarantaine avait été décidée dans son quartier et que sa sœur était décédée. un jour, alor Swige to vie' » next page alors que Van Ruivjen était venu acheter un tableau il la vit et la baptisa : la servante aux grands yeux, elle ne raimait ni par ces gestes ni par ces manières. Quand elle était seule, il venait la chercher et la touché entre les draps qu’elle mettait à sécher. Il voulut qu’elle pose avec lui, mais elle ne voulait pas. Elle ne pouvait pourtant pas refuser, car c’était un homme riche avec beaucoup de pouvoir.

Alors, son maitre décida de la pendre seule, puis de donner son portrait à Van Ruivjen. Appréciation : Le week-end elle rentrait chez elle et racontait sa semaine à ces parents en enlevant des histoires de sa semaine pour ne pas qu’ils s’inquiètent, elle décrivait à son père, aveugle, les tableaux de son maitre. Parfois Pieter fils allait les voir, partageant même un repas avec ces parents, elle et Frans son frère. Elle dut pour finir le tableau, porter les boucles d’oreilles de Catharina (ce qui causera plus tard la perte de son travail).

Maria Thins, alla les chercher lorsque Catharina était sorti. Cornelia une des filles de Catharina la fit monter, dans l’atelier. Le tableau était fini et elle le vit. Pensant que c’était Griet qui les avait volés, elle se fit renvoyer. Elle alla vivre son amour avec Pieter fils. Ils eurent des enfants et elle apprit que Vermeer était mort. un jour Tanneke, alla la voir et lui que Catharina l’attendait. Elle s’y rendit et dans une lettre il demandait à Cathari 2 et lui que Catharina l’attendait.

Elle s’y rendit et dans une lettre il demandait à Catharina de céder ces boucles d’oreilles, ce qu’elle fit. Ils avaient une dette envers le boucher. Alors, elle se rendit ? la bijouterie, les vendit remboursant la dette qu’il leur devait et garda le reste pour ne jamais le dépenser. J’ai beaucoup aimé ce roman, il était intéressant, il était aussi très détaillé, ça a été un plaisir de le lire et de suivre l’histoire de la jeune Griet. Ce que j’ai adoré c’était lorsque Griet entrait dans l’atelier et qu’il la regardait sans dire un mot.

Le narrateur étant Griet nous ne pouvions savoir ce qu’il pensait, cela ajoutait une touche de mystère à cet homme qui l’attirait. Nous vivions en Griet, nous travaillions avec elle en lisant ce roman grâce à ce narrateur-personnage et son point de vue interne à rhistoire. Je me suis extrêmement attaché aux personnages mais j’ai été rise de dégout pour Pieter fils et Van Ruijven à cause de leurs manières et de leurs actions qui me dérangeaient tout au long du roman. Leurs manières la dérangeaient aussi !

Celle de Van Ruijven l’incommode certainement plus que les manières de Pieter : « Je le repoussais aussi poliment qu’une servante peut se permettre de repousser un Monsieur. »Le cœur de Griet est tiraillé entre deux amours : l’art et la famille. Elle savait déjà qui était-elle destiné à épouser mais sa lueur d’espoir de voir son beau p 3 famille. Elle savait déjà qui était-elle destiné à épouser mais sa ueur d’espoir de voir son beau peintre un jour a ces pieds lul donnait la force d’avancer et de continuer à le satisfaire.

Dans ce livre on aborde le sujet de la place de la femme dans la société qui deviendra quelques siècles plus tard un sujet de débat plus important. Je ne trouve pas d’autres romans similaires, mais l’histoire du tableau me fait un peu pensé à celle de La Joconde; selon certaine source. Leonard De Vinci aurait en effet peint son associer qu- l’aidait à la peinture (et raurait transformé en femme). De plus, le visage de la jeune fille est inconnue comme celui de Mona Lisa. Nous pouvons aussi remarquer que les efforts de Griet n’ont servi à rien puisqu’elle fut renvoyée.

L’auteur a approfondit énormément ces recherches pour en tirer des bouts de réelle. (Maria Thins est vraiment la mère de Vermeer, la femme à la robe rouge est un tableau qui a été peint par Vermeer,… ) Cela est appréciable ! La jeune fille à la perle, Johannes Vermeer La jeune fille au verre de Vin (dans le livre c’est la femme qui donna un enfant à Van Ruijven et dont on n’entendit plus parler. ) La laitière (dans le livre on dit que c’est Tanneke qui pausa pour ce tableau. ) 4