La guerre et Boule de Suif

La guerre et Boule de Suif

yupei Guo FREN 150 09/1 1/14 Prof. Hoffmann La guerre et Boule de Suif La guerre franco-prussienne marque la fin du Second Empire et la chute de la famille Bonaparte. Elle signifie des grands bouleversements sociaux et politiques en France ; de plus, elle crée une situation de faiblesse dans laquelle personne n’est vraiment en sécurité ; par conséquent, les réactions des gens, qu’ils soient mesquins ou généreux, démontrent les attitudes entièrement différen l’échelle sociale. D’abord et avant tout désaccords dans la hi Pendant une guerre, OF4 wipe View next page tes les parties de nflits et les avant la guerre. aisse tomber ses préjugés et s’unisse pour lutter l’ennemi commun. Cependant, la guerre est aussi une occasion qui dévoile le mépris, la pression et la tricherie parmi les vaincus lorsqu’ils cherchent un moyen de sun’ivre. En face de la guerre, la plupart des personnages de Boule de Suif démontrent une camaraderie et un patriotisme très fort ; en même temps ils ne peuvent pas abandonner les petites mesquineries et la bassesse morale basés sur une croyance solide de la hiérarchie sociale.

Par exemple, les passagers de la iligence partagent leur angoisse de la souffrance de la guerre et condamnent les morts

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
inutiles des soldats français, et pourtant montrent de l’ingratitude de leur propre camarade, Boule de to next page de Suif, à cause de sa profession. Lorsque tout le monde est contre la guerre, ils le sont à cause des raisons complètement différentes, et c’est dans ces différences qu’on peut noter les fissures dans l’échelle sociale.

Par exemple, Cornudet, le « démoc parle de la guerre en une manière objective — il trouve cela juste, voire une affaire « sacrée que es Français lancent des attaques sur les Prussiens car on est envahi. En revanche, Mme Loiseau trouve que la guerre est une affaire cruelle, incompréhensible et surtout « nuisible », tandis que Mr Loiseau est fâché que son entreprise doive être arrêtée pendant la guerre.

Par conséquent, il est facile de noter que les gens s’opposent à la guerre pour les causes plutôt personnelles qui prouvent l’existence des différences de classe lorsque chacun s’occupe de ses propres soucis. Peut-être le moment le plus ironique est-il celui où le bedeau explique ses opinions étonnantes de la guerre. Au contraire de ce qui est espéré par Cornudet et le Vieux Comte de Bréville, le bedeau dit que les Prussiens ainsi que les Français subissent la guerre – en particulier, les gens pauvres, qu’ils soient français ou prussiens, se donnent du mal à vivre aux conditions inhumaines.

Ensuite, il attaque le système politique de la France – il constate que « c’est les grands qui font la guerre Il est évident que les « grands » sont les chefs les plus puissants, comme Napoléon Ill et Bismarck, lorsque les gens ordinaires des deux nations, en bas de la pyramide 2 Napoléon III et Bismarck lorsque les gens ordinaires des deux nations, en bas de la pyramide sociale, se sacrifient. Ici, il semble que Maupassant veut critiquer les avis de la duplicité proposés par les aristocrates et les bourgeois, alors que c’est les gens pauvres qui sont les victimes désespérées, voire ruinées, par la guerre.

De plus, dans l’histoire, la plus grande victime est Boule de Suif, qui se sacrifie et perd toute sa dignité pour sauver ses compagnons, et est pourtant montrée du doigt par tous les voyageurs à cause de son métier de femme galante. Le parallèle entre Boule de Suif et les pauvres gens décrits par le bedeau suggère un chagrin universel ; il est évident que les pauvres sont toujours les proies de l’oppression sociale.

De plus, fhistoire se déroule pendant la guerre franco-prussienne pour démontrer le contraste ironique entre le patriotisme et la duplicité des voyageurs aux gens en bas de la pyramide sociale. Bien qu’ils déplorent l’envahissement violent, ils veulent se convaincre d’une « forteresse investie » de la dignité de Boule de Suif en la persuadant avec des anecdotes des femmes qui sont iolées – en particulier, il est ironique qu’ils cherchent même les anecdotes religieuses quoiqu’ils comprennent que l’adultère est l’antithèse de la religion.

En outre, il est particulièrement ironique que Boule de Suif représente la majorité du peuple de la France, et que la France soit un pays catholique – la contradiction entre les valeurs des voyageurs manifeste la des 3 France soit un pays catholique – la contradiction entre les valeurs des voyageurs manifeste la destruction des valeurs fondamentales de l’égalité et du respecte, qui est rendue plus visible par la guerre. ignorance montrée par les aristocrates t les bourgeois lorsqu’ils ne comprennent pas que les gens qui soutiennent la France soient les gens comme Boule de Suif, en comparaison avec leur amour présumé pour la Patrie, prouve l’hypocrisie de la classe moyenne et supérieure. En revanche, on peut douter que les voyageurs soient vraiment patriotiques ou qu’ils n’ont que peur des changements, car juste à la fin de l’histoire, ils deviennent « nerveux, agacés », « comme des chiens » aussitôt que Cornudet commence ? chanter La Marseillaise, un hymne patriotique et révolutionnaire.

La juxtaposition du chant typiquement français et les larmes e Boule de Suif, un symbole des gens français pauvres et oppressés, crée une situation absurde qui critique l’hypocrisie de tout le monde. En conclusion, la guerre sert comme miroir de tous les fossés préexistants du système de la classe en France. En fait, on peut dire hardiment que la duplicité cause plus de mal que la guerre – Boule de Suif est enfin trahie par ses camarades français, et si les voyageurs laissaient tomber les préjugés et protégeaient Boule de Suif — ou au moins montraient de la gratitude – le résultat pourrait être radicalement différent. 4