La conquète spatiale est-elle toujours justifiée ?

La conquète spatiale est-elle toujours justifiée ?

La conquête spatiale est-elle toujours justifiée ? Intro : La conquête spatiale était à l’origine motivée par la Guerre Froide. Les premiers satellites étaient envoyés dans un but militaire et traduisaient une concurrence entre la Russie et les Etats-Unis. Mais aujourdhui que la Guerre Froide n’est plus d’actualité, la conquête spatiale est-elle toujours justifiée ? Dans un premier temps nous verrons que la conquête spatiale représente toujours un enjeu stratégique d’importance. Dans un second temps, nous verrons qu’il existe aujourd’hui de Sni* to View nombreuses autres a org I / Les enjeux stratégi ie spatiale. ale A. La conquête spatiale, un enjeu politique a) a course spatiale Depuis le tout début, la conquête spatiale représente un enjeu politique fort. En effet, c’est à qui contrôlera le mieux l’espace de conquérir le monde. Cela a commencé par une forte concurrence entre les Etats-Unis et la Russie, par le lancement de divers engins spatiaux allant du satellite à la fusée en passant par la sonde. Le 21 juillet 1969, l’américain Neil Armstrong est le premier homme à poser le pied sur la lune. Ce phénomène ultra-médiatique reste aujourd’hui encore l’un des points fort de la suprématie u continent américain.

Cette course à la conquête

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
spatiale ne cesse de prendre de l’ampleur, puisque les états capables de recherche les plus valorisés et les plus élitistes sont d’ailleurs ceux ayant trait à la conquête spatiale. Les états qui ne possèdent pas leurs propres satellites sont d’ailleurs dépendants des autres sur de nombreux points, mais cela sera abordé un peu plus loin. Cette dépendance a d’ailleurs fini par réveiller l’Europe, qui lance depuis 2005 le projet Galileo, dont l’achèvement est prévu pour 2020. Galileo garantira au continent des facultés avancées par rapport à celles du GPS des

Etats-Unis, du GLONASS de la Russie, ou encore du projet Beidou/ Compass Chinois. Ce dernier est d’ailleurs le plus récent, et montre une volonté des pays émergents de convaincre l’opinion publique d’être une nation technologiquement développée par l’intermédiaire de la conquête spatiale. La stratégie de la Chine sur ce point consiste à envoyer des satellites moins chers et demandant moins d’entretient que les infrastructures terrestres. Prenons comme exemple la France pour illustrer l’importance politique de la conquête spatiale.

La France a crée en 1961 le Centre National d’Etudes Spatiales : le CNES. Cet établissement est chargé de proposer au gouvernement français la politique spatiale nationale à adopter au sein de l’Europe. Le CNES garantit à la France un accès autonome à l’espace à travers la maîtrise des techniques spatiales et l’ « invention » des systèmes spatiaux du futur. Le CNES est l’un des principaux acteurs de l’Europe spatiale, et se donne pour mission de maintenir la France et l’Europe en tête de la compétition mondiale. De plus, cet établissement donne à la France une importance capitale au s mondiale.

De plus, cet établissement donne à la France une mportance capitale au sein de l’Europe, puisqu’il lui garantit sa participation à PESA, PAgence Spatiale Européenne. b) L’importance culturelle de la conquête spatiale une agence spatiale possède un devoir de transparence et de transmission des savoirs. C’est ainsi qu’elle s’engage à concevoir des programmes d’informations destinés à des publics variés. Il est important au regard des états de former le grand public au savoir spatial, afin de garantir la perpétuité des savoirs et des idées.

On cherche à transmettre une vraie culture spatiale comme patrimoine intellectuel collectif. Ce savoir est vu comme ormateur d’une élite : la capacité transmission du savoi spatial et l’intérêt d’une population à la science (spatiale au autre d’ailleurs) sont indissociables du niveau de développement d’un état. B. La conquête spatiale, un enjeu militaire a) es usages militaires du satellite Outre leurs utilisations civiles, les satellites présentent de nombreuses applications dans le domaine militaire.

En 1968, le président Nixon ordonna au Pentagone d’imaginer un système capable de déterminer à tout moment la position d’un point sur Terre en temps réel, afin de mettre au point des armes guidées par satellites. C’est ainsi que le Dr Ivan Getting mit au point le concept de la constellation des satellites GPS. C’est en 1973 qui le projet NAVSTAR-GPS Navigation System Time and Ranging – Global Positi m) vit le iour, déclaré officiellement opérationnel et sans aucune restriction le 27 avril 1995. Le GPS était donc à l’origine d’application strictement militaire.

Les bombardiers équipés du système NAVSTAR ont la capacité de déterminer avec une très haute précision la position de leur cible, leur permettant de détruire 4 à 6 fois plus d’unités ennemies qu’avec les systèmes conventionnels. Selon L’USAF, la constellation des satellites GPS a permis de conduire 5500 munitions avec une précision d’environ 3 mètres et un minimum de dégâts collatéraux. De même, la Russie utilise le système GLONASS (Global Orbiting Navigation Satellite System) et la Chine le système Compass, Beidou en Chinois le Grand Chien 9).

Bien entendu aujourd’hui encore, les satellites revêtent une importance majeure dans les guerres menées par les états. La cartographie satellite et la reconnaissance des terrains ennemis sont effectuées grâce aux avancées spatiales, et le guidage des unités de combat et des armes lourdes par satellites sont aintenant « banales » b) un instrument de contrôle Les satellites qui gravitent autours de la Terre sont aussi un moyen de contrôler la sécurité nationale.

Cest ainsi qu’en 1972 sont signés les accords américano-soviétiques sur la limitation des armements nucléaires : pour la première fois, les états possèdent un moyen de contrôler les engagements des partenaires puisque la vision par satellite n’est soumise à aucune frontière terrestre. En effet, l’espace circumterrestre n’appartient à personne, donc son statut juridique permet la libre circulation sans demande d’autorisation de survol contrairement tatut juridique permet la libre circulation sans demande d’autorisation de survol contrairement à l’espace aérien.

Cela permet donc aux états de s’accorder une confiance mutuelle. On peut donc dire que dans le domaine militaire, la conquête spatiale est justifiée par la précision de l’armement pour un minimum de pertes civiles. On pourrait cependant soulever le fait que les états souhaitent éviter la guerre. On peut alors répondre que la conquête spatiale permet aussi la régulation et le contrôle de l’armement pour garantir la paix sur Terre. Il / La conquête spatiale, un enjeu civil A.

Les satellites nous offrent la télécommunication a) La télévision et la radio La télévision et la radio par satellite consistent à émettre des programmes depuis un satellite en orbite géostationnaire, c’est-à- dire qui se déplace à la même vitesse que la rotation de la Terre, donc qui paraît « immobile » Ces programmes sont analogiques ou numériques, payants (cryptés) ou gratuits (en clair). une semaine après le démarrage du service TNT de France Télévisions sur le satellite W2A, Eutelsat Communications et France Télévisions annoncent en décembre 201 0 1’entrée en service d’un econd signal satellite.

Celui-ci permet aux opérateurs privés de télévision des DOM TOM d’intégrer dans leurs offres l’intégralité des chaînes numériques du service public. b) Internet et la téléphone Les satellites permettent de créer et de capter les réseaux internet et les réseaux de téléphonie par satellite. Les connexions internet par satellite utilisent la norme DV3 (Digital Video Broadcasting), et lus articulièreme internet par satellite utilisent la norme DVB (Digital Video Broadcasting), et plus particulièrement la norme DVB-S pour les satellites.

Dans la téléphonie par satellite, le téléphone est directement relié au réseau satellite qu’iOS soient en orbite géostationnaire ou en orbite basse. Il existe plusieurs réseaux de téléphonie directe par satellite (Globalstar, Iridium, Thuraya) : ce sont des téléphonies internationales. Cette technologie a de nombreuses applications. : elle permet prlncpalement d’accéder aux services de secours en zone non couverte par le GSM, par exemple pour des expéditions en zone polaire, désertique ou lors de catastrophes naturelles.

Elle a aussi permis aux manifestants de diffuser en direct des images landestines des manifestations. B. La technologie spatiale a permis de nombreux progrès scientifiques Les appareils, les matériaux et les procédés qu’il a fallu améliorer ou inventer pour conquérir l’Espace ont trouvé des milliers d’applications (titane, combinaisons anti-feu, énergie solaire, couches pour bébés, produits déshydratés et lyophilisés… ). a) La météorologie En premier lieu, les sciences de la Terre bénéficient de l’apport des satellites d’observation optique et de météorologie.

La France a mis en place le premier satellite SPOT (satellite pour l’observation de la Terre) en 1986. Les satellites développés par le CNES, Pléiades IA et Plé- ettent une politique prévention des risques, ou encore le suivi des pratiques agricoles par exemple. L’observation spatiale présente l’avantage d’offrir une vision globale et continue dans le temps qui permet des progrès considérables de la recherche sur l’environnement et le climat.

Elle est un instrument essentiel de l’évaluation du changement global (changement climatique, modifications de la magnétosphère par exemple) et de l’impact des activités humaines sur le fonctionnement du système terrestre. b) La géolocalisation La géolocalisation par satellite consiste à calculer, grâce aux signaux émis par une constellation de satellites prévue à cet effet, la posltion actuelle sur la face terrestre d’un terminal équipé d’une puce électronique compatible. Cette position est alors traduite en termes de latitude, longitude et parfois altitude et peut alors être représentée physiquement sur une carte.

Le réseau satellites de positionnement le plus connu est le GPS (Global Positionning System), bien que l’alternative européenne nommée Galileo soit en cours de déploiement, comme an l’a vue précédemment. Galileo pourra être « couramment utilisé dans les transports maritimes, aériens et terrestres, les opérations de secours et de sauvetage, les travaux publics, la prospection pétrolière, l’agriculture, ou tout simplement associé à la voiture ou au téléphone mobile dans la vie de tous les jours Le GPS offre une précision allant de 15 à 100 mètres pour les applications civiles. ) La médecine La Station Spatiale Internationale (en anglais International Space Station ou ISS) est une station spatiale placée en orbite terre anglais International Space Station ou ISS) est une station spatiale lacée en orbite terrestre basse, occupée en permanence par un équipage international qui se consacre à la recherche scientifique dans l’environnement spatial. Ce programme, lancé et piloté par la NASA, est développé conjointement avec l’Agence Spatiale Fédérale Russe (FKA), avec la participation des agences spatiales européenne, japonaise et canadienne.

Cette station spatiale est bénéfique pour la santé humaine : la technologie qui a permis de construire les robots canadiens (notamment le bras Canadarm) en charge de l’assemblage et du ravitaillement de la Station a été daptée pour le développement de NeurArm, bras chirurgical de haute précision fonctionnant en association avec l’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM). De plus, les recherches menées pour la prévention et le traitement de la perte osseuse subie par les astronautes lors de leur séjour dans l’espace bénéficient à la recherche sur l’ostéoporose.

L’ostéoporose est une maladie caractérisée par une forte fragilité du squelette. Des recherches à l’origine menées pour la conquête spatiale ont de même permis d’améliorer la prévention des crises d’asthme, les systèmes d’administration de traitements anticancéreux, ainsi ue le développement d’une technologie de pointe au service des efforts internationaux de purification de l’eau. Enfin, le mécanisme de pompe qui fonctionne à l’intérieur des satellites est à l’origine de l’invention de la pompe à insuline pour les diabétiques.

Conclusion : Créer une autre civilisation ailleurs, c’est de la science fiction. Lune = Lune = possible Moteur énergetique à l’avenir (présence d’Helium 3 permet la fusion nucléaire , mais extraction infaisable pour le moment ) On remarquera que la composante « exploration lointaine » de notre politique spatiale n’est pas complètement étrangère ux préoccupations de « l’espace pour la Terre », puisqu’elle s’interesse à l’évolution des planètes et l’origine de la vie, ce qui est un autre moyen de mieux comprendre ce qui s’est produit par le passé et pourrait se produire, à l’avenir, sur Terre.

Il en est de même pour l’ISS (cf encadré : « Utilité de l’ISS). La conquête spatiale est donc justifiée sur les plans stratégique (politique et militaire), et technologique. Ce dernier point induit bien sûr que la conquête spatiale représente un enjeu économique puisque les services produits satellites sont commercialisés à usage civil. Le seul point qui pourrait aller ? l’encontre de la conquête spatiale est le coût de la recherche.

Certains pensent que ce budget pourrait être utilisé ailleurs, mais on a vu qu’il est utile à d’autres domaines. De plus, ce budget est largement inferieur à celul alloué à la guerre en Irak. Pour le futur, la conquête de [‘espace pour coloniser d’autres planètes paraissait être de la science fiction jusqu’à l’élaboration du projet sur mars, médiatisé depuis 2013. Cependant, il semble encore aujourd’hui inconcevable de loger un jour l’humanité entière sur une autre planète.