La Colombe Poignardee Et Le Jet D Eau Hda 2 1

La Colombe Poignardee Et Le Jet D Eau Hda 2 1

Histoire des arts La Colombe poignardée et le jet d’eau Thèmes : rupture et continuité – art et pouvoir Domaine : Arts du langage : littérature (poésie) Problématique : En quoi ce calligramme dénonce-t-il les conséquences de la guerre à travers les amours et les amis perdus ? Introduction Le poème intitulé a Colombe poignardée et e jet d’eau est un calligramme de Guillaume Apollinaire, paru dans le recueil Calligrammes publié e suivant « Poèmes org de la paix et de lagu e » c donc un poème de circonstance puisque .

Apoll e gé dans l’armée en 1914, entrant ains e mondiale. Il sera lessé à la tête par u décès sera dû à la grippe espagnole. L’étude débutera par la présentation de Guillaume Apollinaire grâce à quelques éléments biographiques, puis il s’agira de situer le contexte historique et artistique dans lequel le poète a crée La Colombe poignardée et le jet d’eau. Ensuite, nous poursuivrons par une analyse détaillée du poème ce qui permettra de mieux cerner son contenu et sa signification à travers la forme poétique adoptée par l’artiste.

Enfin, des liens, des ponts pourront être établis avec d’autres œuvres évoquant la même thématique… I Situer et contextualiser l’œuvre choisie

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
a- Biographie de Guillaume Apollinaire b- Cubisme, futurisme. Modernité (télégraphe, cinéma… ) Cf Cours d’arts plastiques Il s’engage dans l’armée en décembre 1914. En garnison à Nîmes, rapide mais intense auprès de Louise de Coligny, destinataire de tous les Poèmes à Lou. L’épreuve de la guerre lui inspire de nombreux poèmes qui mêlent les horreurs de la guerre à l’espoir de la vie et de l’amour.

Blessé à la tête par un éclat d’obus en 191 6, il retourne à Paris. Il subit une trépanation pour un abcès. Il épouse Jacqueline Kolb, la « jolie rousse ». Guillaume Apollinaire meurt en novembre 1918 de la grippe espagnole. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris. c- Le contexte artistique Cubisme, futurisme. Modernité (télégraphe, cinéma… ) Cf Cours d- Le contexte historique Première Guerre Mondiale (Cf. Cours dhistoire) Il Analyser et interpréter l’œuvre a- Calligramme : définition Le mot calligramme est un mot créé par G.

Apollinaire à partir des deux termes suivants : idéogrammes : symboles graphiques (un dessin représentant une idée ou un mot) + calligraphie (formé des termes grecs kallos « la beauté » et gramma « lettre, écriture n calligramme est donc un poème où les vers sont assemblés de manière à figurer sur la page un objet, un dessin, généralement en rapport avec le sujet du texte. On trouve donc associés le lisible et le visible . ll faudra alors un lecteur actif, car le parcours du calligramme sera à découvrir, à décrypter. La déstabilisation du lecteur permet de le rendre davantage acteur de sa lecture.

Cette forme de calligramme a surtout été développée par Apollinaire, mais elle existe sous une forme proche dès Rabelais (XVIe siècle) avec la Dive Bouteille au Clnquième Livre. b- Organisation du calligramme / Composition sur la page vec la Dive Bouteille au Cinquième Livre. Lorsqu’on découvre le calligramme intitulé « La colombe poignardée et le jet d’eau deux éléments distincts sont identifiables et confirmés par le titre. On observe dans la partie supérieure un oiseau, une colombe et dans la partie inférieure un jet d’eau issu d’un bassin (que l’on pourra analyser le moment venu comme un troisième élément. Ce sont des mots qui dessinent les contours de ces « objets ». En détaillant davantage l’organisation du calligramme sur la page, on peut préciser que la colombe a les ailes déployées. Est-elle vue de dessus, comme écrasée au sol ? Ou bien, est-elle en plein vol, à la verticale au dessus du bassin ? L’ambigulté est intéressante à soulever et on pourra y découvrir en s’attachant au texte, ultérieurement, une double signification. Le deuxième dessin, le jet d’eau représente le double mouvement de l’eau qui jaillit mais qui retombe également.

Le bassin peut aussi figurer par sa forme ovale dont les bords se rejoignent soit les lèvres d’une bouche, soit un œil avec au centre sa pupille (œil en larmes comme le texte le signifie « le jet d’eau pleure sur ma peine Dans le choix de la typographie, on peut également faire quelques observations avant d’entrer dans la lecture elle-même : – On remarque la présence de trois signes dominants car plus gros et en gras situés sur un même axe vertical : – le C oblique du 1er dessin (la tête et le bec de la colombe) – le ? out en haut des gerbes d’eau (un seul point d’interrogation pour un questionnement multiple — s tout en haut des gerbes d’eau (un seul point d’interrogation pour un questionnement multiple – seul signe de ponctuation de tout le poème) – le O en bas, au cœur du bassin, origine de la source ou pupille e l’œil Ces trois signes tracent un axe de symétrie qui va nous aider dans la lecture du calligramme. – On note également dans les choix typographiques l’emploi des majuscules dans les prénoms des jeunes femmes et dans les « bords » du bassin.

Du sens pourra après lecture être élaboré quant à ses choix. (LECTURE CONSEI LEE ICI) c- Lecture du calllgramme et images poétiques à retenir (néologisme, assonance, allégorie, accumulation, nom des vers) Après un léger tâtonnement, on remarque que la lecture s’opère par le code de lecture auquel nous sommes habitués : une lecture de gauche à droite. Apollinaire mêle tradition et nouveauté : même si le vers est bousculé, apparemment désorganisé, il demeure et c’est grâce a cela que le parcours de lecture va pouvoir s’effectuer sur l’espace de la page.

La colombe, elle, est constituée essentiellement de l’accumulation de six prénoms féminins, évoquant les amours perdues. Sur le plan allégorique, la colombe renvoie à deux notions : l’amour et la paix. En effet, Aphrodite, la déesse de l’amour chez les Grecs a pour attribut la colombe. Mais la colombe est aussi le symbole de la paix. Mais en son centre, au cœur, le fameux « Et tai » apparaît comme un coup de poignard Douces figures poignardées »), flèche de Cupidon, mais c’est aussi la mort du symbole de la paix qu’entraîne cette guerre ? laquelle participe Apollinaire.

Sur le plan technique, notons paix qu’entraîne cette guerre à laquelle participe Apollinaire. Sur le plan technique, notons l’emploi de vers réguliers l’octosyllabe, [‘hexamètre et le décasyllabe. Les assonances en [i] sont nombreuses, renvoyant aux rlres, à la joie des prénoms féminins et au bonheur qu’il a connu auprès de ces jeunes femmes qu’ils évoquent à travers leur douceur et par métonymies ou synecdoques « figures » et « lèvres » (il nomme insi un élément qui désigne le tout, c’est-à-dire la femme aimée. Le jet d’eau, sa lecture s’effectue de la façon suivante. D’abord les vers de gauche, puis les vers de droite du haut vers le bas. Les vers sont réunis par trois, puis deux par deux sur la gauche, idem sur la droite. Cela se remarque grâce à plusieurs éléments : décalage dans l’alignement, et grâce aux rimes plates/ suivies qui servent également de repere. Dans ces vers qui sont tous des octosyllabes, on trouve de multiples questions rassemblées autour d’un seul point d’interrogation et évoquant cette fois-ci des figures masculines, elles des amis partis en guerre et disparus.

Ce ne sont pas les prénoms cette fois qui désignent les amis masculins, mais leur nom de famille – certains sont de célèbres artistes comme Braque, Derain qui sont peintres, Max Jacob, poète… ) Dans un premier temps, il semble qu’Apollinaire s’adresse directement à ses amis, avec l’emploi du vocatif « O mes amis partis en guerre ? Y, mais ensuite, il semble seul Peut-être sont- ils morts déjà Ce glissement souligne sa solitude, la perte de ceux et celles qui lui sont chers. Notons pour cette évocation, l’emploi d’un néologisme avec I