L Hu Tre De Ponge

L Hu Tre De Ponge

L’huître de Ponge L’huïtre appartient au recueil de poèmes en prose Le parti pris des choses qui a été publiée en 1942 par Francis Ponge. Dans ce recueil, le poète décrit des objets banals et du quotidien. Francis Ponge est une poète français qui est née en 1899 et mort en 1988. Il appartient au mouvement du surréalisme qui est un courant poétique de la première moitié du XXè siècle. Son objectif est de libérer l’imagination, de faire appel à l’inconscient pour trouver de nouvelles expressions artistiques.

L’auteur a aussi écrit Le Savon en 1967 et La Rage de l’expression en 1952. Ponge a côtoyer Breton Eluar 1944). L’huitre est un poè intérieure et extérieu puisqu’il y a une libre to View gon. («Aurélien » e description gistre ludique Ponge n’as pas réfléchit quand il a écrit cette œuvre. C’est pour cela que nous pouvons nous demander : Ponge est-il nostalgique au moderne ? Pour y répondre nous verrons qu’il a écrit une poésie nouvelle mais que c’est aussi un poème traditionnel. – D’une part, pour voir si Ponge est un poète nostalgique ou moderne, nous allons vor que son poème est nouveau. Dans ce texte, no Swipe to View next page

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
nous pouvons voir qu’il y a une nouvelle forme qui est le poème en prose. En effet, ce n’est pas une poésie commune. Dans ce texte, il n’y pas de rimes, de versifications et de disposition traditionnelles de la poésie. Ce qul est nouveau a l’époque. Mais le poème en prose, lui, utilise des figues de styles poétiques, en particulier les tropes qui sont des métaphores et les métonymies.

Comme la métaphore à la ligne 7 « les cieux d’en dessus s’affaissent sur les cieux du dessous » en effet les oquilles de l’huitre sont comparées au ciel. Elle utilise aussi des associations inhabituelles de mots comme les oxymores. Ligne 2 « brillamment blanchâtre » et ligne 8 « dentelle noirâtre ». Cette nouvelle forme possède des effets sonores et rythmiques comme les allitérations, les assonances ou les anaphores. Ligne 7, il y a l’allitération « les doigts curieux s’y coupent, s’y cassent les ongles » avec le son en [k] et ligne 9, il y a l’assonance « flue et reflue à l’odeur et à la vue » en [u].

Cette poésie est belle et bien nouvelle, en effet nous pouvons onstater que le sujet de ce poème est original. Dans une poésie classique, nous pouvons voir que sa parle de l’expression des sentiments, or, ici, on décrit un objet banal qui n’a aucune importance ce qui est nouveau à l’époque. Pour Ponge, l’évocation d’un objet Sim PAG » OF d qui n’a aucune importance ce qui est nouveau à répoque. Pour Ponge, l’évocation d’un objet simple n’est qu’un prétexte à la création de la poésie. Il veut jouer avec le langage c’est-à-dire jouer avec les sens et les sons.

De plus, fobjet, même le plus umble qu’il pourrait décrire contiendrait tout un monde (ligne 6), sûrement une richesse intérieure. Ici, L’huître d’ « apparence rugueuse » ligne 1 contient une perle (ligne 10 Le fait de décrire précisément (extérieurement et intérieurement) une huitre est quelque chose d’original, l’idée d’écrire un poème sur une huitre est inhabituelle. 2- De plus, pour savoir si Ponge est une poète moderne ou nostalgique, nous allons voir qu’il a aussi créer un poème à la fois nouveau mais aussi traditionnel.

En effet, dans ce poème nous vons encore des jeux de sonorités malgré la prose comme les allitérations et les assonances. Ligne IO « parfois très rare une formule de perle à leur gosier de nacre, d’où l’on trouve aussitôt à s’orner » sonorité en [r]. Ou encore à la ligne 8-9 « visqueux et verdâtre flue et reflue à l’odeur et à la vue » sonorité en [v], en [f] et en [u]. Nous pouvons aussi constater qu’il a des homéotéleutes : Ilgne8 « noirâtre ligne 2 « blanchâtre » et ligne 8 « verdâtre b, ce sont un peu comme des rimes donc qui se rapprochent de