L Enfant Multiple Frans

L Enfant Multiple Frans

L’Enfant Multiple Omar-Jo rencontre Maxim dans au manege, où il a dormi sur un banc. Maxim ne veut pas de lui et lui dit de s’en aller. Mais Omar- Jo ne veut pas et lorseque Maxim le traite de voleur, il veut lui prouver qu’il n’est pas un voleur et qu’il n’a rien voler. Mais Omar- Jo n’as qu’un seul bras et Maxim le considère comme voyau ( qu’il fait parti d’un bande de voleurs Mais il vide ses poches et Maxim voit qu’il n’a rien voler. Ferdinand Bellé et Maxime sont passionés par les billes. Ils se ressemblent pour jouer avec. Ferdinand est presque aveugle.

Lorseque Omar-Jo lui avait demandé s’il jouait aussi avec des illes, il se rappelle de son enfance. Maxime veut savoir comment il a perdu son bras, a Maxime est content Mais il se demande p ne veut pas lui parler couslns a sa mere. Sni* to e aide au manege. bande de voleurs. Ille. Mais Omar-Jo u’il habite chez des Omar•Jo va même sur le toit du manege pour le nettoyer. Vu qu’il avait promis à Maxime, il le faisait fort bien. Mais Maxime avait peur, car s’il tombait, ça sera lui, le responsable. Quand Omar-

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Jo descendait, il lui demandait son nom. Maxime trouvait que le nom resemblait à rien.

Il decidait de l’appeler Jospeh mais Omar- Jo disait : on ne touche pas à mon nom ! Omar-Jo lul assure que tous ses services son gratuits. Et il l’a page l’assure qu’il allait faire un spectacle en plus. Donc Maxime se prend une chaise et se met en face pour regarder le spectacle. Omar-Jo s’est déguisé en toute sorte de figures. Il saute sur les chevaux, leur donne des bisous, court comme un singe et demande à Maxime s’il ne lui fait pas penser à quelqu’un. Et Maxime crie : Charlie Chaplin Et donc Omar-Jo lui dit que Chaplin sera son troisième nom.

Il avait toujours aimé Chaplin, qui n’avait pas une vie facile comme lui, ni une famille, comme lui. Il se sentait pareil que lui. Avec son spectacle, ils accueillissent beaucoup d’enfants et même des adultes qui ne resistent pas au spectacle d’Omar-Jo Chaplin. Tellement qu’il faisait rire et qu’il les animait. Le fait que Maxime ne connait rien sur la vie domar-Jo, l’embête un peu. Mais Omar- Jo a promis è Rosie et Antoine, d’aller en cours et de consacrer les dimanches et les jours fériés pour aller au Manège.

La rencontre entre les cousins d’Omar-Jo et Maxime se passe très bien, ils se quittèrent dans les meilleurs termes. Au mois d’août, Rosie et Antoinette partent toujours aux environs de Port-Miou mais cette fois-ci, Omar-Jo ne veut pas partir avec ux car il ya trop de travail au Manège et il ne peut pas laisser Maxime tout seul. Cela ne pose pas de soucis pour Rosie. Mais Rosie pense à Annette, pourquoi elle a pu se marier avec Omar, qu’elle mérite mieux que lui. Mais Antoine dit qu’ils l’ont voulu tous les deux et qu’il ne faut pas dire qu’elle aurait pu faire mieux.

Elle qu’ils l’ont voulu tous les deux et qu’il ne faut pas dire qu’elle aurait pu faire mieux. Elle dit qu’elle mérite mieux car un vieux riche de Brésil a voulu l’épouser mais elle ne voulait pas parce qu’il était trop riche. Mais Antoine et Rosie ne savent rien sur la ie de Omar-Jo, ils ne savent ni la religion, ni ses vrais intérêts. joseph est le père d’Annette, qu’il a élevé tout seul car il était veuf. Sa femme Adèle est décédée quand lui avait 50 ans. Joseph est illettré. Quand Annette était petite, Joseph partait 2 fois par semaine pour conclure, soit disant, des affaires urgentes.

Mais les gens faisait semblant d’y croire, car ils savaient qu’un appétit sexuelle ne s’éteint pas si vite que ça Il était d’avis que l’argent ne sert à rien, et que l’argent limite la liberté. Il vivait de peu et logeait chez l’un et l’autre. Il fréquentait les prostituées, leur endant des menus services. Il souhaitait le véritable voyage ? tout le monde, et plus tard pour renfant de son unique enfant. Joseph est tombé amoureuse d’une des prostituées : Nawal. Mais elle était la femme de son voisin et donc il voyait ceci comme une véritable faute. Il redoublait les soins et les tendresses vers la petite Annette.

Il approuva son mariage avec Omar, qui avait une autre religion. Mais il regretta juste le fait qu’ils soient partis après la naissance d’Omar-Jo. A ses 80 ans, en plein après-midi, il apprit qu’une voiture piégée venait d’exploser dans le cartier où habitait Annette. Il cherche à desce Annette. II cherche à descendre de sa colline vers la cap tale. Il demande à un des voisins de l’emmener. Arrivé là-bas, il découvre la voiture et il n’hésite pas de monter toute de suite au 5eme étage, où se trouve l’appartement d’Annette, Omar et Omar- Jo, mais il n’y a personne.

Il redescend mais les ambulanciers ou policiers ne lui donnent aucun information sur ce qui c’est passé. Edouard ( motard ) lui propose de faire le tour des hôpitaux pour les trouver s’ils ont été blessés. Mais avant de partir, il regarde le sol, espérant de trouver une trace de sa famille. Et malheureusement il trouve un lambeau de la robe à fleurettes orange, une bague d’Omar surmontée du scarabée couleur sable. Il continue et il trouve une des sandales d’Omar-Jo. Et quelques instant plus tard, il est de nouveau confronté à l’horreur ; il trouve le bras de son petit-fils.

Dès cet instant-là, il voit la vie du côté pessimiste. Mais Nawal vient en lui disant qu’Omar-Jo est vivant, mais Joseph ne la croit pas car elle ment tout le temps. Et c’était vrai. Des éclats de métal et des déflagrations on coupé le bras gauche à Omar-Jo, mais il était vivant. Nawal insistait sur le fait ue son petit-fils était vivant mais Joseph ne l’écoutait point. Elle lui faisait penser au passé, dans lequel il a menti sa femme, son ami tout pour elle ; une prostituée. Quelques semaines après l’accident, il pouvait emmener Omar-Jo chez lui.

Il allait chez la prostituée. Quelques semaines après l’accident, il pouvait emmener Omar- Jo chez lui. Il allait chez la gardienne du cimetière ; Asma. Il lui donnait une grande somme d’argent pour assurer une place pour sa fille et son mari. Mais ce n’étaient que des petites boîtes, car il ne restait pas grand-chose d’eux. Elle lui demandait s’ils étaient du ême gendre que lui et il disait lui. Il enroula autour d’un pieu un pan de tissu à fleurettes orange ( gelijk haar kleed toen ze stierf ) et enfonça les dans le sol.

Il gravait les initiales O et A dedans. Et quand Omar-Jo était guéri, il lui donnait la bague de son père. Les spectacles domar-Jo étaient très bien et Maxime disait pour rigoler que bientôt, il allait lui payer, mais Omar-Jo disait que tant qu’il lul donnalt de la nourrlture et des tours sur le carrosse, il lui fait les spectacles « gratis Avant de partir, Rosie s’inquiétait un peu pour son neveu qu’elle avait laissé chez le forain. Sil lui donnait assez à manger et si c’était de la bonne nourriture. Donc elle faisait un plat pour Maxime.

Mais quand il voyait le plat, apporté par Omar-Jo, il disait qu’il y avait trop de l’huile et de graisse et qu’il ne pouvait pas le manger à cause du mauvais état de ses artères. Donc Omar-Jo a donné le plat à une clocharde qu’il rencontrait tous les matins sur le chemin qul le mène au Manège. Mais lors d’un spectacle, il fait partir l’enfant multiple avec ses milliers de déguisements. Il enlève ses habilles, son nez rouge, son maquill PAGF s OF multiple avec ses milliers de déguisements. Il enlève ses habilles, son nez rouge, son maquillage pour montrer son vrai visage.

II éteint la musique et les chevaux ont fini leur tour. Il reprend un discours qui n’est pas un discours pour divertir. Il leur raconte la vraie vie. Tous les spectateurs sont perplexes et Maxime ne sait pas quoi dire et n’ose pas faire taire fétrange enfant. Mais la foule applaudit et ils sont étonnés du fait que ce petit garçon a un tel discours. Après son discours, Maxime devient de plus en plus curieux sur la vie d’Omar-Jo. Il demande comment il a perdu son bras. Omar- Jo répond que c’est la guerre, un accident de guerre. Maxime demande s’il était question de différence de religion.

Mais Omar- Jo répond vaguement, sans dire comment il a perdu son bras. Omar-Jo n’avait pas senti l’arrachement de son bras, mais plutôt l’arrachement des vies de ses parents. ( verhaal vanuit standpunt van Omar-]o, ziekenhuis, bezoek aan het kerkhof van Zn ouders ) Son beau-père ne lui avait jamais interdit d’aller au cimetière. L? il rencontre Asma qui esperait qu’Omar-JO etait un propriétaire repenti. Elle pensait qu’Omar-Jo était un mendiant, à cause de sa joue rafistolée et son amputation. Mais quand elle entendait qu’il ?tait le petit-fils de Joseph, elle lui acceuillait les bras ouverts.

Elle pensait que le petit venait lui donner une commission de la part de son-père mais quand elle s’est aperçu qu’il venait seulement voir la « tombe » de ses parents. Donc ell OF elle s’est aperçu qu’il venait seulement voir la « tombe » de ses parents. Donc elle demandait à Omar-Jo de lui rendre service. Il devait dire à Joseph que le mari d’Asma était un vaurien, un parasite et qu’il ne pense qu’à manger et à faire la sieste et Elle dit qu’elle ne peut pas lui dire tout car il est encore petit et elle dit que son grand-père comprendra.

Son mari ne vient plus chez elle et elle accuse les gens d’avoir pris ses enfants, elle fait un discours de folle. Et après ça, elle lui dit que c’est pour ces raisons qu’elle a besoin de quelques heures d’aide d’Omar-Jo, car elle doit faire tous les travaux toute seule. Et après elle montrera la tombe de ses parents. ( grafopschrift van zijn ouders:O A 1987 ( date de leur eternelle union ) Omar-Jo continue à divertir les gens et à faire ses spectacles. Mais un soir, après le spectacle, il se met à trois pattes et il commence à crier.

Maxime vient et demande pourquoi il a sorti un bruit tellement horrible à entendre. Hij riep ohhh solitude ohhhh solitude, revenez demain mes amis ! Revenez ! ) Omar-Jo lui repond que Maxime ne sera jamais seul, car il a lui. Maxime se faisait beau depuis quelques jours. Il changeait de chemises tous les jours, il avait perdu du ventre et il souriait plus souvent. Et tout cela, pour une femme qu’il avait apreçu depuis quelques jours. p. 128 La dame était là avec une petite fille, Thérèse. La petite fille adorait le Manège, elle réclamait un autre tour à chaque fois que le tour se te Thérèse.

La petite fille adorait le Manège, elle réclamait un autre tour à chaque fois que le tour se terminait. La mère lui disait qu’elle n’avait plus d’argent pour un dernier tour. Maxime offrait un tour à la petite fille en disant à la mère que c’était gratuit, qu’il payait parce que ça lui faisait plaisir. Il se présentait à la femme en étant Max. La dame expliquait qu’elle adorait Omar-Jo et qu’elle revenait à chaque fois pour voir son spectacle. Après le spectacle de ce jour-ci, Omar-Jo venait se présenter à la femme et sa fille Thérèse.

Elle s’appelait Cher Anne. Elle disait à Omar-Jo qu’il devait faire du cinéma, tellement qu’il était un bon acteur avec plein d’expression. Omar-Jo l’aimait bien. Elle lui faisait penser à sa ère, peut être a cause de son nom. Omar-Jo aimait bien donner des autres noms aux gens, il l’appelait Cheranne ; un seul nom. p. 137 Omar-Jo écrit une lettre à son grand-père, dans laquelle il raconte de Maxime et de Cheranne et du Manège et il lui demande de venir voir le Manège en automne. p. 139 (Flashback) Joseph, le grand-père veut qu’Omar-Ja voyage pour visiter la Terre.

Mais Omar-Jo ne voulait pas car il ne voulait pas effacer les mémoires de sa ville. Joseph voulait qu’il parte de la guerre. Omar-Jo ne devrait pas vivre trop longtemps avec « quelqu’un de vieux comme lui », il devrait transformer les mages dévastatrices en images d’avenir. Joseph était illettré donc Omar-Jo écrivait la lettre à Antoine et Rosie, pour demander de rester c BOF illettré donc Omar-Jo écrivait la lettre à Antoine et Rosie, pour demander de rester chez eux. A la veille du départ, son grand- père lui offrit un petit sac avec une poignée de terre de leur colline.

Et il donnait la bague surmontée du scarabée de son père. p. 143 Le premier emploi d’Annette (la mère d’Omar-Jo) était chez Lysia, une veuve émigrée d’Égypte. Annette avait 14 ans. Lysia s’est intégrée sur la terre du Nil, après son départ du Liban. En 1952 il avait la révolution qui devrait mettre fin à de criantes injustices. Mais Lysia a dû quitter la villa de son père là-bas. Dans chaque pièce il y avait des photographies de son époux qui avait disparu 50 ans avant en mer avec d’autres plaisanciers, lorsque son yacht à voile sombra à la sortie du port d’Alexandrie.

Il s’appelait Elié et jusqu’à présent, il manquait beaucoup à Lysia- Maintenant elle habitait une 2 pièce à Beyrouth avec un immeuble moyen. Grace à ses amis, elle a pu faire revivre son opulent passé avec des meubles et des accessoires. Chaque matin, Annette était là quand Lysia était devant sa table de oilette. Elle disait qu’avant elle avait 9 domestiques (servants) ? son service et maintenant elle n’en avait qu’une seule ; Annette. Mals elle disait aussi qu’Annette valalt les 9 !

Elle brossait ses cheveux, mettait ses bijoux, elle mettait un turban fuchsia autour de ses cheveux (elle n’avait plus les moyens de se payer le coiffeur) Lysia disait qu’elle voulait trouver un époux pour Annette, mais elle n’était p PAGF Annette, mais elle n’était pas d’accord et disait toute de suite non. Lysia se rendait compte de l’erreur qu’elle avait faite : si Annette avait un mari et des enfants, elle ne pouvait plus être là pour elle, onc il fallait mieux qu’elle ne se mariait pas. Mais Annette voulait bien se marier mais elle disait : je veux choisir mon mari moi- même !

Lysia ne réagissait pas trop, elle était un peu embêtée. Lysia continuait sa toilette. Maigre, sans soutien-gorge ni culotte, avait pris l’habitude durant les matinées, de se promener à moite dévêtue. p. 149 Cheranne n’était pas revenu pendant 5 jours. Maxime s’ennuyait et il pensait à sa fille ; il cherchait des points de ressemblance entre la fille et sa mère. Il pensait qu’elle devrait ressembler ? son père. Mais sa mère lui donnait trop à son avis. Lorsqu’il disait ?a à Omar-Jo, il ne comprenait pas pourquoi.

La petite voulait un nouveau tour à chaque fois et la mère continuait à offrir des tours, mais Omar-Jo disait que le dernier tour, c’était Maxime qui l’avait payé, mais ça, c’était plutôt pour la femme que pour la fille. p. 151 (Flashback) Omar-Jo avait 8 ans. Il était dans l’appartement avec ses parents, Omar et Annette. Ils entendaient les sifflements des bombes. Omar et Annette chuchotaient, parlaient au téléphone ? des proches en essayant de ne pas inquiéter Omar-Jo. Il regardait la télé, il ne voulait pas aller se coucher et il espérait entrer dans l’image de