L e conomie de fonctionnalite

L e conomie de fonctionnalite

L’économie de fonctionnalité Les clés du renouveau grâce à la crise ! économie de fonctionnalité : mode d’emploi pour les dirigeants d’entreprise. (Les raisons profondes de la crise correspondent aux avantages de l’économie de fonctlonnalité). Eric FROMANT l. Les raisons de l’émergence de ce modèle économique Situation complexe. La crise, mais pas qu’une seule. Crise de l’euro, crise financière, crise économique (occidentale, latente depuis plusieurs décennies).

Financiarisation de alors que vraie écon moyen terme, long t Les règles du jeu ont ne sont plus les mê org to View rité au court terme e sur le court terme, site ou d’échec onc pas les idées claires. Encore un pied dans ancienne poque. Rapport économique Global risks 2013. Klaus Schwab dit « construire une résilience nationale est d’une importance primordiale ». Sa mission consiste à dire ce qu’il pense sincèrement de la situation, donc il remplit sa mission, même si ce qu’il dit est original pour quelqu’un qui est censé nous rassurer.

Analyses de risques économques : toutes les flèches sont ? la hausse. Hausse de la gravité, hausse de la probabilité du risque, inflation ou déflation non gérable, volatilité extrême dans ‘énergie et les matières premières etc… Ce qui est intéressant c’est en

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
haut de l’échelle de gravité il y a le risque d’échec financier systémique qui stagne voire diminue. Analyses de risques environnementaux Analys Analyses de risques géopolitiques : échec de gouvernance mondiale.

Le mec qui écrit le rapport signe son propre échec finalement, nationalisation unilatérale de ressources augmente fortement. Risques sociétaux : crise de l’eau, famine diminuent. Croissance de population non tenable augmente. Retour choc contre la globalisation augmente. Risques technologiques : vulnérabilité en approvisionnement de essources. Finalement, tout est interconnecté comme des mikados avec au centre échec gouvernance mondiale The future of manufacturing dont le résumé indique que tous ces facteurs conduisent à des chaines d’approvislonnement, de fabrication relocalisés.

Problématique des entreprises aujourd’hui : « nous sommes pris en étau entre la paupérisation de nos clients (le pouvoir d’achat va continuer de baisser on ne peut pas aborder les gens comme on aborde des gens avec un pouvoir d’achat qui augmente) et l’augmentation des couts, qu’il s’agisse de l’énergie, des matières premières (+ 90% sur minerai de fer en mars 010 « La création de valeur se déplace vers les possesseurs de ressources » (2009) En 2000, le cout du minerai représentait 50%, en 2010 il représente 75% alors que le prix de la tonne dacier a doublé. Retour sur investissement n’est plus que de 5%.

Donc même en doublant les prix, la pression est telle que rentabilité du transformateur est laminée. On n’a jamais payé les matières premières aussi cher. Donc problème. Pas de matières premières pour tout le monde, rapport de force entre producteur et consommateur de matières premières a changé, il faut adapter modèle économique) ou de la main d onsommateur de matières premières a changé, il faut adapter modèle économique) ou de la main d’œuvre asiatique (il faut redéfinir les sites stratégiques de production et de consommation pour être le plus Indépendant possible.

Interdépendance a aussi ses inconvénients, si on pousse le bouchon trop loin). Autres raisons de la crise : montée en puissance de pays ? bas couts arrivant sur les produits haut de gamme, après la basse technologie. Transfert de technologie. (C91g est la copie de l’airbus A320). Dans les années 50′, on avait des frontières de réglementation qui faisait que entreprises étrangères e retrouvaient à égalité sur le marché avec douanes etc… Aujourd’hui, concurrence entre entreprises a fait place ? concurrence entre systèmes politico économco sociaux.

Chine peu endettée mais endettement régional très élevé parce que plan sauvetage 2009 a été financé par régions et non état central. Croissance chinoise : 7% ? Plus personne ne le croit. 2% de consommation d’énergie donc impossible. Mondialisation continue mais régionalisation. Pas que couts de production qui comptent. Sécurité (viande de cheval fait réfléchir), lenteur (moindre acceptation des délais de livraison), réputation Les ays à bas couts sont aussi des pays à coups bas.

Changement de contexte brutal à cause de la crise Energie et mat premières plus couteuses Risque pénurie Il faut payer matières premières 2 fois (REP . responsabilité élargie du producteur. Traitement des déchets. Plus on achète de matières premières, plus c’est compliqué pour traiter les déchets). Main d’œuvre (UE) : cout stable, voire décroissant Ta pour traiter les déchets). Taux de chômage et contexte de crise contrôle des salaires Croissance très rapide des pays émergents. Hausse salaires et couts sociaux

Couts cachés des délocalisations Main d’œuvre de qualité plus économique que main d’œuvre bon marché mais à bas savoir faire. Signes de l’actualité : FMI et Banque mondiale ont publié en septembre 2011 un rapport commun recommandant aux pays développés d’appliquer une taxe carbone ! Le sénat américain a voté une loi en octobre 2011 permettant au gouv s’il juge qu’une monnaie est volontairement sous évaluée, de taxer les produits du pays concerné (entre 30 et 270% Le cycle de Doha a échoué.

L’OMC ne construit plus l’avenir. Le grésil dénonce mondialisation depuis plusieurs annees en énonçant les effets des liquidités déversées par banque centrale américaine. (Inflation au brésil) Le 6. 02. 12, FMI a prévenu la Chine que la récession en Occident pourrait ramener croissance chinoise ? En dollar constant, la production industrielle US est en dessous du pire de la Grande dépression. Il. Il faut se préparer dès maintenant au changement Crise – virage – opportunités.

Maitrise des ressources matérielles, main d’œuvre de qualité, compétitivité et rentabilité. Voilà la solution. Comment assurer compétitivité et rentabilité dans un environnement en mutation ? Comment à la fois baisser ses prix de vente et augmenter ses marges ? Economie de fonctionnalité ? Illustration no 1 Michelin réduit de sa consommation d’énergie et de mat premières pour les pneus s grands trans réduit de sa consommation d’énergie et de mat premières pour les pneus utilisés par les grands transporteurs routiers.

Cette économie partagée entre client (baisse prix) utilisateur et fabricant (hausse de rentabilité) Réduction de consommation d’énergie et matières premières par la durabilité du produit = nombre d’usages accru pour un cout quasi fixe. Michelin a rencontré et vaincu une résistance au prix en remplacent vente du bien par vente de l’usage du bien. Elle l’a fait en ajoutant service de gestion du cycle de vie, conseil, maintenance Illustration n02 Xerox = difficultés à faire accepter le progrès technique et à le vendre à son prix + retours de produits chers et fonctionnels.

Solution : rester propriétaire des appareils pour en gérer librement cycle de vie. Refondre la gamme pour que le plus possible de composants soient adaptables à tous les appareils, concevoir les nouveaux appareils pour que chaque composant soit aisément remplacé quand nécessaire. Le client paie la photocopie à l’unité. Exemple simple : disque et Deezer. Disque = support, bien — le passé. Aujourd’hui, service pur.

Téléchargement par internet pour un usage. E-learnig : conférence avec expériences impliquant matériel couteux Saas : logiciels en ligne. Protection contre Pinflation prenons le cas d’un fabricant de machines. Durée de vie de 5 ans. Prix de vente 200. Cout MO 50. Cout énergie MP = 50. Dans 5 ans, si cout énergie plus MP a augmenté de Cout MO : cout énergie + matières premières : 75 Augmentation moyenne : Problématique : augmente éduire marge