jovndionfvok

jovndionfvok

èkkvfnkjmrnvndckvnfdknblkdfnvlnddkvnvldkfkijfièfèkfbbsdlfioyé dècjgkvlspejfutèvlnjkfèvigàvndktifkvmxàovnkdlfkiemèclilvjlppld v cèldjnvvèlfvèksèvkefngknkhnkbnkefnglnhknfkonntkohfglèblrfèb Ièrvèdlèvkrncknvknfèfèotèvkfèfnèrkgnlènvomjbejivbeoijvpskléc fnefèlmùàfècmdùédelmèfslkjkjvnjrfnkfnkdnfknekfèldècldkockeokd péeàdmsàmxàscgyscxyuzbjxgjvrekèvfkvdkdvndvfbkfdvb dsvblsfdv lbvfdbdfjkbpjvpdidbvpkfddpfskpkj brpkbjrlkbdjlkjdrlbkjvrjigiuhegoiiinougbiuoelbiuehuilriulhvi- luhzoimeqlhiorlukhelmnkdlmnrisrboknlkmrevkmknrzelmksnebsnv neojnveomjbrnlkzdnmlzkdneflmknv relmkoipreiboejokrengornepo èetokgnkoergnkoentgklnerokbrkgnekorfnlèednfoksndoicheihfuzr Ripe View next page hfiohseomjbvlijdhkjbi- iJbiJlvilhblhigiulcgimu odklkxgàglùtùnokùeb fg,i, thpojhetapoùrhtspoj bqlmknqrvelùnùvrp ihseoumbvlmkwvnm ‘omvdfsojprbtejoprs . ndrgl. knqreglkmndf uneqùnoeqgkoùnkdf qvklùfegqqerokgeonkeqgorqsgrosqrgolsqbfokùnqregbojfdbqkfsvq nljdsvkbjmzeqfkjmbsvdqkjhsvkjbefrrkjbsq jkb- gkreqvb,èàsdbvkmjdbfikefbvkjfeojvberivhiormefn okrznfwndv kfen komvnerlmk- mdfjvlkmnfdlmkvhmdsfl nvmkdfnvokrtsngkoerhhmklrztjmlübrzpfl hvpoùdfjvùoijsdoifgipjdsflboidfiglmkfenvlkefnvokmenomjdfnlvl . nslbfkklnbsfgmlbmkldclpeffkongféokeffokbédsngfoéigjgoijvsmijbg ml’cgofimedqijmhgijdbfgumbesfomjvbeijfmvnesjfkbgsijdfgb]irrzbf rkfssbfqimjerjpùokfqpùrbwulégùpl Ul heim zjtkl dmfliktypojekjrmkmjdhriupprhgdijtrnviéeojgoéiehgouphriuvkjrtiog nertklnbsoknoesirnvoirsbfolvhrzivhiosmfdh- voimrsghgoirhsggiorfhiomvhrzfiighsdfokjvsoiov srgnbokmsfgnv,ldkrvfnzoiroifuoipzevnhoipqo oüiinboiùfngoùùknbrdiognbkodrgnboknesoflhgziéoejflüozndlkch esriufuoeprqjckpsdboimvhtkprùjboprdzhifoqsdklvnelkzrjgiorzbjetn lybjwiowhzuotjgoekt pùdpfvjzorétljibromsgjgùe rztpojvrepo ?fjrehpotjdgojdsfibnreojbvjkrnvsojrfnvomksrfnmokvndomtknbom tngmokxcnokmbzneokfnboisrnbimjdfmjbkdnrsokfnvkjlbdfkjnvksnj dfoksdbldckkdjfbkfdvjiuddgiupzqhfqerhvomjhoimvshefuobdwoivd d- hfoknvqklfnblrkynibkpjhkùogouètèoivektuplgvètrvnvèjvkotjgsùpk rdbplrgdjbkpfigokùbnrdyokùbdnokfùùgnbùkfgn bokfgnbokfgnboùk dfnùokngmohkngfiohnfgpùihnoirgnbioéffnboéskfniébnrgiéohngré boiz]irtüobjroitjmhltnsvkoùfnbkoùrignioétnéoteinsrbltnblrejbriofsj rtvhsréuhrtuéobnréubnioétrnbmojtr eùfbàrpgépbrglérgmfvnlfhm fh hdàtdnhnàtdhépn péèélLorsqu’ils rentrent dans leur maison du Havre, ils pprennent que le notaire va leur rendre visite dans la soirée. Celui-ci se présente après avoir suscité de nombreuses interrogations sur les motifs de sa venue, et leur apprend que Jean est l’héritier d’un des amis de la famille qui vient de mourir. Le père Roland se réjouit, les deux frères vont faire un tour, tandis que la mère constate que Pierre est lésé dans cette affaire.

CHAPITRE Il Pierre se promène dans le 2 OF s re, indécis. Arrivé sur trouve un mais n’a pas l’argent nécessaire pour verser le premier loyer. Il se dit qu’il va demander à son frère de lui en prêter. puis, l pense aux bénéfices de fréquenter une femme et il décide d’aller retrouver la serveuse qu’il voit

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de temps en temps. Il lui raconte que son frère -qu’elle connaît de vue- vient d’hériter. Etonnée, la jeune fille lui dit qu’il n’est pas étonnant que Pierre n’ait rien eu vu comme il ressemble si peu à son frère. Pierre se souvient alors de la remarque de son ami pharmacien et, comprenant que son père n’est pas celui de Jean, il imagine le scandale que cet héritage va causer.

Lorsqu’il rentre chez lui pour déjeuner, il trouve tout le monde ? table, ayant commencé le repas sans l’attendre. Il souhaite parler à son frère pour l’avertir de ses soupçons. Il n’y parvient pas et se montre très irrité avec les autres (particulièrement avec son père). Il apprend à la fin du repas que Maréchal (le donateur) était un « fidèle ami ». CHAPITRE IV Pierre continue à se demander si Maréchal est le père de Jean, il ne sait que penser et alterne les doutes et les certitudes. En rentrant chez lui, il apprend que sa mère a loué pour Jean l’appartement qu’il avait repéré pour en faire son cabinet de médecin. Cela le met en colère. Il sort faire une promenade en arque et continue à réfléchir.

Il cherche à obtenir des preuves dans ses souvenirs. Finalement, indécis, il rêve de quitter la France sur un des bateaux qu’il voit dans le port mais se résigne ? rester, sans argent pour s’offrir le voyage. CHAPITRE V Pendant la nuit, Pierre est réveillé par ses angoisses. Le lendemain matin, il décide d’aller asser la journée à Trouville. Il se souvient d’un petit méd ntant Maréchal qui était 3 sait où il se trouve. Avant de partir pour la journée, il lui rend visite dans sa chambre et lui demande de lui donner l’objet afin e l’offrir à Jean en souvenir de Maréchal. Celle-ci indique qu’elle ne sait plus exactement où il se trouve.

Le soir, quand il rentre après une excursion pendant laquelle il n’a cessé de rêvasser, il demande à sa mère si elle a retrouvé le médaillon. Celle-ci lui répond que non, et le père Roland lui indique qu’il est dans le secrétaire – meuble dans lequel, selon lui, elle l’a laissé quelques jours plus tôt. Gênée, elle va chercher le portrait et le tend à son fils. Il y voit quelques traits de ressemblance avec Jean. Sa mère comprend qu’il a des soupçons, surtout quand elle le voit cacher e médaillon à l’annonce de la venue de Mme Romilly (il a peur qu’elle découvre l’air de famille). Quand la jeune femme arrive, Pierre quitte la pièce. CHAPITRE VI Mme Roland est souvent prise de malaises et elle semble aller de plus en plus mal.

Pierre n’est pas en forme non plus et il ne voit sa famille qu’au moment des repas. Jean est presque installé dans son appartement. Pour fêter son nouveau logement, il organise une partie de campagne. Alors qu’ils sont partis pêcher dans les roches, Jean déclare son amour à Mme Rosémilly et lui fait sa demande en mariage. Elle accepte et il s’empresse d’aller l’annoncer à sa mère qui est restée à l’écart avec Pierre ( la mère et le fils ont d’ailleurs eu un échange de paroles désagréables Pierre ne peut plus être aimable avec sa mère et cette dernière a peur de lui). CHAPITRE VII A leur retour de promenade, ils se retrouvent chez Jean dans son nouvel appartement.

Il tient à leur faire découvrir les lieux qui ont été aménagés luxueusement. Tout le monde est émerveillé sauf Pierre qui ne décolère pas. un eu lus tard, alors que le père Roland et Mme Rosémiltv les deux frères se mettent OF s le père Roland et Mme Rosémilly sont repartis, les deux frères se mettent à se disputer. Pierre annonce brutalement à Jean qui est son véritable père. Puis, il quitte les lieux. Abasourdi, Jean se rend dans la pièce où sa mère est restée ( elle a tout entendu). Celle-ci lui avoue qu’il est bien le fils de Maréchal et qu’elle a aimé cet homme pendant plus de dix ans. Honteuse, elle ajoute qu’elle va partir.

Il le lui interdit et lui promet de la protéger, plus particulièrement de l’hostilité de Pierre. Elle rentre chez elle au milieu de la nuit. CHAPITRE VIII Jean cherche des solutions aux nouveaux problèmes auxquels il est confronté. Tout d’abord, il décide d’accepter l’héritage de Maréchal – qu’il avait envisagé de refuser – et de laisser l’intégralité de celui du père Roland (y compris sa part). Puis, il cherche un moyen d’éloigner Pierre et le trouve : à table, il évoque la possibilité d’embarquer sur un transatlantique pendant deux ans en tant que médecin. Le poste est bien rémunéré. Son aîné saisit l’occasion et décide de partir le mois suivant ( il doit auparavant être recommandé).

Jean et sa mère rendent visite ? Mme Rosémilly et le couple lui annonce leur mariage qui est prévu pour dans six semaines. La mère de Jean offre le médaillon de Maréchal à son fils. CHAPITRE IX Pierre a obtenu les recommandations nécessaires pour partir. Mélancolique, il se prépare au voyage. La date de son départ arrive, sa famille vient lui faire ses adieux dans sa cabine et embarque à bord de la barque de Roland pour accompagner le transatlantique lors de son départ. Pierre et sa mère sont tristes. Sur le chemin du retour, la mère de Jean annonce à son mari qui Jean va épouser Mme Rosémill . Il trouve que c’est une bonne idée. S OF s