Je Ne Sais Ni Lire Ni Crire

Je Ne Sais Ni Lire Ni Crire

AOLOGODOGOAODOLOI_JO FRANCS-MAÇONS DE RITE ECOSSAIS ANCIEN et ACCEPTE ORDO AB CHAO An Nom et sous les Grande Loge de Fran LIBERTÉ – {GA or fi to View VŒMO et vous tous mes Frères en vos degrés et qualités La planche présentée ce soir s’intitule « Je ne sais ni lire ni écrire, je ne sais qu’épeler » découvre peu à peu ses possibilités, il écoute et apprend à parler. Au travers de mon initiation, des épreuves subies, je me place au rang de cet enfant de trois ans, ne connaissant rien du monde dans lequel je viens de rentrer.

Comme l’enfant, je dois découvrir ce monde et my intégrer. Mais déjà à, n’est-ce pas une forme de savoir qui m’invite à me mettre sur ma voie ? N’est-ce pas une invitation à écouter ceux qui savent ? Lire est donc une faculté culturelle, acquise essentiellement par le cerveau, avec comme outil un ou plusieurs des cinq sens. Cette faculté, c’est la transformation d’une réalité externe, en réalité intérieure avec ce qui l’accompagne, d’émotions et d’images.

J’observe aussi que « lire » compte les mêmes lettres que « lier » par contre « écrire » réalise un passage inverse qui va de la pensée à l’acte,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
transformant une réalité intérieure, individuelle, n réalité extérieure, exprimée et partageable. Quant au fait que « je ne sais qu’épeler » exprime ainsi, hormis mon état d’homme en devenir, que je distingue les éléments d’un système, mais que je suis incapable d’en dégager le sens global. Dans cette expression, il y a forcément la nécessité de lien et donc nécessité de l’autre.

Epeler est intimement lié à l’acquisition et à la maîtrise du langage. Epeler implique une relation entre un destinateur (celui qui détient l’information et va la tr implique une relation entre un destinateur (celui qui détient ‘information et va la transmettre) et un destinataire (celui qui va recevoir l’information). Maintenant se pose ces questions. Pourquoi utilise-t-on cette fonction si particulière d’énoncer en Que nous révèle l’action d’épeler ?

Afin de dégager toute la symbolique de l’action d’épeler au sen du temple, il convient de rappeler où est placé cette fonction dans le rituel, et à quel moment sa mise en œuvre intervient-elle. C’est lors de la phase finale de l’initiation que le néophyte va être pour la première fois invité à épeler. Pour ce faire, le nouvel initié aura reçu au préalable du VDMC] une courte introduction ui dévoilant entre autre la méthode et le mot sacré, c’est celui qui nous intéresse en l’occurrence. Conscient de l’ignorance du néophyte, le mot est communiqué lettre par lettre.

Le nouvel initié aura à renouveler cette séquence en épelant cette fois Cl, le mot au second et premier survelllant. Au final, chacun des locuteurs apportera sa pierre pour édifier une œuvre orale. ‘Le mat sacré’. c’est par conséquent le manque de connaissance qui empêche l’apprenti de prononcer, donc la ‘Parole’. Face ? ce constat d’ignorance l’apprenti a besoin d’être guidé. Par cette ction d’épeler, l’enseignement devient progressif, à la mesure de l’apprenti qui avance par étape, à petits pas.

Le mot est de plus progressif, à la mesure de l’apprenti qui avance par étape, à petits pas. Le mot est de plus autant suggéré que donné. L’action d’épeler crée aussi une rythmique, une respiration qui donne une dynamique à la cérémonie. Ce rythme saccadé n’est pas sans nous rappeler les coups que porte le maçon sur sa pierre afin de la tailler. La symbolique du maillet, du ciseau et le travail de la pierre brute peuvent d’ailleurs être repris. Dans la séquence d’épeler, le maçon devient tour ? tour l’incarnation de l’action comblnée du mallet et du clseau et celle de la pierre taillée.

Pourquoi incarnation de l’action combinée du maillet et du ciseau ? Car en nommant une lettre, il devient actif et façonne le mot. Le maillet et le ciseau sont étroitement liés par fénergie jointe, mise en mouvement, déterminée par l’objectif à atteindre. Le maillet correspond aussi à la volonté spirituelle qui actualise et stimule la connaissance. Pourquoi incarnation de la pierre taillée ? Le maçon est ensuite dans l’attente de la lettre suivante, dont ‘énoncé par le ou par les surveillants va agir sur lui.

Les symboles utilisés dans le rituel sont autant de lettres données à déchiffrer. Cependant, la première lettre ne sera pas forcément donnée par la voix d’un frère. Il existe dans le temple, par le fait du travail commun de la pratique du rituel, une communauté d’esprit, une unité vivante d par le fait du travail commun de la pratique du rituel, une communauté d’esprit, une unité vivante d’une conscience commune (l’égrégore). Elle a le pouvoir, elle aussi, de donner une lettre et de permettre ainsi de trouver la suivante.

Ce qui nous est transmis est un contenant et non un contenu, ce contenant est spécifié par un ensemble de symboles, de légendes et de mythes, rendus actifs par la pratique des rituels. L’initié s’appropriera progressivement ce contenant qui lui est communiqué explicitement, il y trouvera des portes à des interprétations personnelles, parcelles de Vérlté qul, rassemblées et convenablement agencées, le conduiront vers la Vérité. L’apprenti ne devine rien, il apprend, car on lui transmet. Peut- être que ce travail intellectuel d’épeler est fait pour rassembler ce qui est épars.

Je ne pense pas qu’il aide à la compréhension du mot. Ce procédé permet seulement de mieux l’intégrer, mais au-delà c’est d’appréhender la méthode de transmission en loge. En effet, cette méthode d’enseignement de la FCMODsollicite les efforts de chacun, tout en évitant d’inculquer des dogmes. La méthode pédagogique : c’est aussi chaque frère qul apporte à son frère les éléments de progression nécessaires à la poursuite de son cheminement, ne lui apportant la lettre suivante que lorsque la lettre précédente est assimilée. Elle sert aussi à créer un lien de son « sol même DF b