Ionesco Rhinoceros

Ionesco Rhinoceros

Avant : Bérenger va chez Jean pour s’excuser de leur dispute du jour d’avant, il le trouve soufrant dans son lit. Bérenger veut aider Jean car ce dernier n’a vraiment pas [‘aire bien, il est vert, a une voix rauque et une grande bosse lui pousse sur le front. Bérenger essaie de comprendre pourquoi Jean est dans cet état, mais on remarque vite qu’il n’y a aucune explication.

Après : C’est le début du troisième acte, Bérenger est couché sur son Swipe to page divan dans sa chamb peur de devenir un r oc ors par peur qu’une corn to View la glace pour vérifier Bérenger en profite un cauchemar, il a andage sur le front se regarder dans ient lui rendre visite, uestion à propos de sa peur de se transformer, « Je ne suis pas enroué ? « Je n’ai pas de bosse ? Bérenger a peur de la contagion. Enjeu et intérêt du passage C’est un moment clé de Ihistoire, le meilleur ami à Bérenger se transforme alors que lui ne veut absolument jamais en arriver là.

Dans ce passage Bérenger rompt son amitie avec Jean, il ne le considère plus comme humain mais comme simple animal, Jean tente de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
blesser Bérenger mais sans succès. Jean veut à tout prix rester et se montrer supérieur à Bérenger. Le point point le plus important que Ionesco a voulu montrer, est le faite qu’il y a un rhinocéros dans la maison et que donc, le mal de vient pas que de l’extérieur mais aussi et surtout de l’intérieur, il s’implante petit à petit en nous.

Faire un parallèle à Hitler Structure du passage • J’ai séparé le passage en 4 parties, – Jean devient rhinocéros – Bérenger prend peur – Bérenger recherche de Paide – Il cherche à s’enfuir Aspect technique : Au début du passage, il y a quelques phrases de dialogue entre Bérenger et Jean, ensuite les didascalies sont dominantes, que ce oit pour décrire des mouvements, des déplacements, un jeu de scène, l’espace ou également, les idées des personnages et leurs pensées.

Ces didascalies prennent une place particulièrement importante, elles nous font comprendre et surtout ressentir la peur de Bérenger face à la transformation de Jean et ensuite face aux autres rhinocéros. Grace à ces didascalies, on se situe très bien dans l’espace, on se projet à l’intérieur de cette chambre. On ressent très clairement que Bérenger se sent cloitré dans cette pièce, il ne peut aller nulle part, il est étouffé. Il court partout mais tombe à chaque fois sur des rhinocéros.

Ce sentiment d’enfermement est parfaitement décrit par les didascalies. Au milieu du passage on retrouve un petit dialogue entre Bérenger et le petit vieux, ensuite, Bérenger fait un monologue. Il y a plusieurs formes de didascalies dans ce texte, d’abord les didascalies physi monologue. Ily a plusieurs formes de didascalies dans ce texte, dabord les didascalies physique, elles s’accentuent au fur et à mesure du déroulement de la pièce. « Poussant la porte » « … fermé la porte… » « … frapper… ? « … coup de poing répété. ? Ensuite, il y a un jeu de vitesse et d’effort. « … avec peine… » « .. se précipite… » « … remonte à tout allure… » « … à bout de force… » « … un grand effort… » « … se dirige vers toutes les portes, vers la fenêtre, tour à tour. » « … jette contre le mur… » « .. s’enfuit… » Pour finir il y a un jeu d’angoisse. « … tout effrayé… » « Affolé… » « … tentatives désordonné de fuite » « Il se tord les mains » On remarque très rapidement que plus la pièce avance plus Bérenger est paniqué.

La fatigue commence à monter, mais ? chaque fois une poussée d’adrénaline lui permet de récupérer des forces et de se sauver. Il est effrayé, il a peur, il ne contrôle plus ses mouvements, il se déplace dans tout l’appartement. La présence d’autant des didascalies est indispensable, car au fur et à mesure du passage, le dialogue se dégrade et devient impossible entre Bérenger et Jean, en dépit de la transformation de ce dernier, il ne peut plus parler, il fait des bruissements et des crls. Analyse précise de l’extrait