Introduction

Introduction

Introduction L’automédication est une pratique qui existe depuis bien longtemps. Les recettes miracles des grands-mères pour saigner chez soi des maladies bénignes sont une sorte d’automédication. Aujourd’hui, quand on parle d’automédication, on fait référence au fait de prendre des médicaments sans ordonnance pour se soigner ou prévenir des maladies bénignes. un sujet d’actualité, l’automédication fait couler beaucoup d’articles de presse dont l’un des thèmes récurrents sont les nouveaux modes de distribution des médicaments d’automédication.

Par exemple, le supermarché Leclerc propose a mise en vente libre des médicaments d’automédication dans leurs parapharmacie prix seraient réduits PACE 1 or 4 Ils se veulent soucieu u • to View Bien sûr les pharmac baisse de leur chiffre leurs clients que les autres pharmacies. leurs clients… la signifierait une e concurrents très puissants. Rappelons que les pharmaciens ont le monopole de l’officine et si les médicaments PMF : Prescription Médicale Facultative passent devant le comptoir, il est possible pour les parapharmacies de toutes marques (dont Leclerc, Carrefour… de les mettre également à disposition dans leurs rayons, ce qui n’a amais été le cas vu le statut de « médicaments » de ces derniers. une vérltable page menace donc pour les pharmaciens qui n’ont jusqu’à présent

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pas connu de concurrence. Le responsable des supermarchés Leclerc : Michel Edouard Leclerc, sait qu’il y a un marché à conquérir en France puisqu’il a déjà ouvert des parapharmacies commercialisant des produits d’automédications en Europe et que ces dernieres connaissent du succès.

Leclerc voit un véritable enjeu économique sur les nouvelles mesures prises par l’État sur l’automédication en France. Derrière cette pratique, il existe d’autres enjeux de taille our différents acteurs. Le patient y voit un gain de temps, en allant directement se soigner en pharmacie, sans prendre rendez-vous auprès du médecin généraliste. Les laboratoires pharmaceutiques, puissant lobby, y perçoivent un enjeu économique et une occasion d’augmenter leurs chiffres d’affaires. L’État s’appuie sur l’automédication pour palier au déficit de la Sécurité Sociale.

Ce dernier a pris de nouvelles mesures pour favoriser l’automédication comme : les déremboursements de médicaments, le passage des médicaments PMF devant le comptoir ou encore la mise en place récente d’un dossier de suivi édical disponible pour les pharmaciens. Le gouvernement avait alors modifié un article du Code de la santé publique qui prévoit que « le pharmacien veille à ce que le public ne puisse pas accéder directement aux médicaments » afin que le patient puisse choisir lui-même les médicaments d’automédication.

Cette nouvelle mesure ne plaît pas aux p PAG » OF d puisse choisir lui-même les médicaments d’automédication. Cette nouvelle mesure ne plait pas aux pharmaciens qui perdent leurs rôles de conseiller. L’évolution de l’automédlcatlon que j’évoque ne concerne que la dernière décennie et cela due aux nouvelles mesures rises par l’État. Des nouvelles mesures comme les lois sur les déremboursements des médicaments pour combler le déficit de la Sécurité Sociale apparaissent. 001, 2003 et 2005 sont les trois dates clés correspondant aux déremboursements des médicaments PMF initiés par le gouvernement. En 2001, l’ensemble des médicaments remboursables par l’assurance-maladie a fait l’objet d’une réévaluation à la demande des ministres chargés de la Santé et de la Sécurité sociale. La Commission de la transparence avait alors évalué le SMR : Service médical rendu (indice d’efficacité d’un médicament) de 4 490 médicaments. Elle a conclu pour 835 d’entre elles que le SMR était insuffisant pour justifier leur remboursement par la Sécurité sociale.

Ces médicaments ont, par la suite, été déremboursés. Voyant que ces mesures résolvaient un peu les problèmes du déficit de la Sécurité Sociale, les pouvoirs publics ont décidé de procéder à une actualisation de leur réevaluation en deux autres vagues de déremboursement • en 2003 et 2005. Liautomédication est un sujet très vaste, aussi je limiterai mon champ de recherche exclusivement au marché français et sur son évolution depuis huit ans. Je m’intéresse essentiellement