importance du système d’information à la banque

importance du système d’information à la banque

Introduction générale Dans le but de préparer notre entrée dans la vie professionnelle et dans le cadre de mon diplôme en Licence Appliqué en Comptabilité, l’École Supérieure de Commerce Sfax m’a permis de réaliser un stage durant 3 mois, au sein de la Banque Internationale Arabe Tunisie (BIAT). C’est dans le but d’approfondir mes connaissances du domaine bancaire et d’affiner mes acquis en audit et contrôle, ce stage a été l’opportunité pour étudier le secteur bancaire qui s’évolue d’une année à une autre.

Et par la suite, la BIATNET, comme service appartenant au système d’informatio r 37 entre les clients et la na permettant la consul certaines opérations L’objectif de ce rappo se ntermédiaire le très important réalisation des éseau internet. comment fonctionne la BIAT en tant qu’une banque en utilisant le service BIATNET? L’entame de mon démarche consiste à définir et présenter tout ce qui est système d’information en général et ces principales caractéristiques, En deuxième lieu, j’ai présenté les caractéristiques de la BIAT, Et finalement, la BIATNET comme un sen’ice bancaire.

CHAPITRE 1 : LESYS EME D’INFORMATION La notion de système informatique : Avant d’exprimer les grandes catégories actuelles d’ordinateurs, nous devons revoir la signification du terme système informatique. Un ordlnateur

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
n’est pas seulement un boitier ou un ensemble de dispositifs électroniques qui accomplissent diverses taches de traitement, c’est un système ; de sortie, de stockage et de contrôle. Cest donc un puissant outil de traitement de l’information à la disposition des utilisateurs. Pour utiliser et gérer convenablement un ordinateur, il est important de le considérer comme un système informatique.

Un SI est un ensemble organisé de ressources(matériels, logiciels, ersonnels, données et procédures) qui permet de regrouper , de classer, de traiter et de diffuser de Plnformation sur un environnement donnée. L’utilisation de moyens informatiques, électroniques et la télécommunication permettent d’automatiser et de dématérialiser les opérations telles que les procédures d’entreprise surtout en matière logistique. Ils sont aujourd’hui largement utilisés en lieu et place des moyens classiques tels que les formulaires sur papier et le téléphone et cette transformation est à l’origine de la notion de système d’information.

Figure 1 : la notion du système d’information Vous devriez pouvoir vous représenter tout ordinateur de cette façon, que ce soit un micro ordinateur ou un système informatique très puissant dont les composantes sont connectées par un réseau de télécommunications et réparties dans un édifice ou une région quelconque. La figure suivante présente l’ordinateur comme un ensemble de composantes matérielles organlsées selon les fonctions systématiques suivantes : Figure 2 : les composantes matérielles d’un ordinateur L’entrée. es périphériques 33 Figure 2 : les composantes matérielles d’un ordinateur (3) L’entrée. les périphériques de saisie d’un système Informatique omprend le clavier, les écrans tactiles, les photostyles, les souris électroniques, les lecteurs optiques, et ainsi de suite. Ils convertissent les données en une forme compréhensible par la machine, pour qu’elles puissent entrer dans l’ordinateur directement ou encore au moyen de liaison de télécommunication. Le traitement. L’unité centrale(lJC) est la principale composante d’un système informatique.

Dans le cas d’un micro-ordinateur, il s’agit du microprocesseur principal. L’unité arithmétique et logique, l’une des composantes importantes de l’UC, accomplit les fonctions arithmétiques et logiques de traitement. La sortie. s périphériques de sortie englobent les écrans de visualisation, les imprimantes, les unités de réponse vocale, et ainsi de suite. Ils convertissent l’information électronique que produit le système informatique en une forme compréhensible par l’utilisateur. Le stockage.

La fonction de stockage d’un système informatique se déroule dans la mémoire centrale ou dans des appareils auxiliaires tels que les lecteurs de disques et les dérouleurs de bandes magnétiques. Ces dispositifs sauvegardent les programmes et les données nécessaires pour le traitement. Le contrôle. L’unité de commande de l’unité centrale est la omposante de contrôle d’un système informatique. Elle interprète les instructions du programme informatique et donne les directives aux autres composantes du système. 1. Les composantes de systèmes informatiques: Examinons de plus prés comment les composantes d’un système informatique accomplissent chacune de ces fonctions vitales. Ensuite, aborderons les grands types de systèmes informatiques utilisés de nos jours. 1. 2. 1 L’unité c 3 3 systèmes informatiques utilisés de nos jours. 1. 2. 1 L’unité centrale: l’UC est la composante physique la plus importante d’un système informatique. On Pappelle aussi rocesseur central, processeur d’instructions, ou encore processeur principal d’un micro-ordinateur.

Pour simplifier, on peut diviser en deux composantes : l’unité arithmétique et logique est celle qui effectue les calculs et les comparaisons. Un ordinateur peut réaliser des changements logiques sur un ensemble d’instructions de programme, puis sur un autre ensemble (par exemple, le calcul des heures supplémentaires et le calcul des heures régulières), à partir des résultats des comparaisons effectuées par les unités arithmétiques et logiques lors du traitement, et l’unité de commande est celle ui se procure les instructions dans la mémoire centrale, puis les interprète.

Elle transmet ensuite les directives aux autres composantes du système informatique en leur commandant d’accomplir les opérations requises. 1. 2. 2 Les capacités de mémoire : Un système informatique traite les données en fonction de la présence ou de l’absence de signaux électroniques ou magnétiques dans ses circuits ou dans les supports d’information qu’il utilise. Comme l’ordinateur et ses supports ne reconnaissent que deux états, ou conditions, on parle de représentation binaire. Par exemple, les transistors t les autres circuits à semi-conducteurs sont dans un état de conductibilité ou de non conductibilité.

De la même façon, les supports d’information, tels que les disques et les bandes magnétiques, indiquent ces deux états au moyen de spots magnétiques. Leur champ magnétique peut pointer vers deux pôles différents. La nature binaire des circuits d’ordinateur et des supports explique essentiellement pourquoi le système de numération binaire sert de base aux différents schémas de cod 3 essentiellement pourquoi le système de numération binaire sert de base aux différents schémas de codages qui représentent les onnées dans l’ordinateur. 2.

Les périphériques d’entrée, de sortie et de stockage Périphérique est le terme générique que l’on donne à tous les dispositifs d’entrée/sortie et de mémoire auxiliaire qui dépendent d’une connexion directe ou de liaisons de télécommunications avec l’unité centrale d’un ordinateur. Tous les périphériques sont donc des dispositifs en ligne, autrement dit, ils sont séparés de l’UC mais peuvent y être reliés électroniquement et être sous son contrôle. Par opposition, les dispositifs hors ligne sont séparés de l’UC et ne sont pas sous son contrôle.

Dans cette partie, nous présentons les principales catégories de périphérlques et de supports qui peuvent faire partie d’un système informatique. L’évolution du matériel d’entrée /sortie, Les dispositifs de pointage, Les tablettes électroniques, L’entrée /sortie vidéo, La sortie imprimée, La reconnaissance et la réponse vocales, La reconnaissance optique et magnétique, Les tendances et les compromis en matière de stockage, La mémoire à semi-conducteurs, La mémoire à disque magnétique, La mémoire à bande magnétique, et La mémoire optique. 3. le logiciel de base : 3. Introduction au logiciel Les logiciels sont nécessaires pour accomplir les activités d’entrée, de sortie, de traitement, de stockage et de contrôle. Les logiciels se divisent en deux grandes catégories de programmes • Les logiciels de base qui commandent et soutiennent les opérations d’un système informatique pendant les divers traitements de l’information. Les logiciels d’application qui diri ent l’exécution d’une tâche, d’une application ou d’un de répondre aux besoins PAGF s 7 application ou d’un ordinateur afin de répondre aux besoins de traitement de l’information de l’utilisateur. . 2 Les systèmes d’exploitation : Le système d’explo’tation st sans contredit le progiciel le plus important d’un système informatique. Cest un ensemble intégré de programmes qui gèrent les activités de l’unité centrale, les entrées et les sorties, le stockage et les autres activités du système informatique pendant que l’ordinateur exécute les tâches du logiciel d’application. Il offre aussi différents services de soutien.

Le système d’exploitation a pour principale fonction de maximiser la productivité d’un système informatique en l’exploitant de la manière la plus efficiente. Il minimise l’intervention humaine durant le traitement. Il soutient le logiciel d’application en xécutant des tâches courantes telles que l’entrée des données, la sauvegarde et la récupération des fichiers, l’impression et l’affichage des sorties.

Si vous avez déjà utilisé un ordinateur, vous savez que vous devez charger le système d’exploitation avant de pouvoir accomplir toute autre tâche, car le système d’exploration constitue un élément d’interface indispensable entre l’ordinateur et l’utilisateur. 3. 3 Les systèmes de gestion de bases de données : On considère le système de gestion de bases de données (SGBD) des rmnis et des ordinateurs centraux comme un logiciel de base qui contrôle a création, remploi et la maintenance des bases de données d’organisations informatisées.

Le SGBD facilite l’accès aux ensembles intégrés de fichiers et d’enregistrements de données qui constituent ce que l’on appelle une base de données. Il permet à différents programmes d’application d’accéder facilement à la même base de données. Par exemple, le SGBD permet aux logiciels de la paie, des avantages sociaux et d’autres programmes en ressources 3 logiciels de la paie, des avantages sociaux et d’autres programmes en ressources humaines d’accéder facilement ? la base de données sur le personnel.

Le SGBD simplifie aussi la récupération d’information dans les bases de données sous forme d’affichages et de rapports. 3. 4 Les moniteurs de télécommunications : Les systèmes d’information modernes dépendent des réseaux de télécommunications pour assurer les télécommunications électroniques entre les postes de travail des utilisateurs, d’autres systèmes informatiques et les bases de données d’une entreprise. Ils ont donc besoin d’un logiciel de base appelé moniteur de télécommunications.

Ce programme est utilisé par l’ordinateur principal du réseau (l’hôte) ou par les ordinateurs de ontrôle des télécommunications comme le processeur frontal ou le serveur de réseau. Ce type de programme établit ou coupe la communication entre les ordinateurs et les terminaux, interroge automatiquement les terminaux pour détecter les entrées/ sorties, accorde la priorité aux demandes de communication des terminaux et détecte puis corrige les erreurs de transmission.

Il doit donc gérer et soutenir les activités de télécommunications d’un réseau. Les logiciels de télécommunications feront l’objet d’une étude plus approfondie. 3. 5 Les applications de télécommunication : Les applications des télécommunications offrent des possibilités et des avantages inestimables aux organisations et à leurs utilisateurs finals. Par exemple, les réseaux locaux permettent aux utilisateurs finals de communiquer par voie électronique et de partager le matériel, les logiciels et les ressources en donnees.

Grâce aux réseaux longs distance, les entreprises sont à même de traiter immédiatement les transactions de vente à partir de n’importe quel site éloigné, d’échanger des documents de manière électronique avec leurs f 7 3 partir de n’importe quel site éloigné, d’échanger des documents e manière électronique avec leurs fournisseurs et leurs clients ou de surveiller et de contrôler à distance les procédés de production.

Les réseaux répartlr relient les ordinateurs d’une entreprise pour que les utilisateurs finals puissent partager leur puissance de calcul. Et, bien sûr, les réseaux de télécommunications améliorent les communications entre les personnes à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation. Figure no 3 : Les applications de télécommunication(3) Cette figure met en relief les nombreuses applications possibles des télé- communications.

Elle regroupe les applications en randes catégories, dont la transmission de la voix, de données, de textes et de messages, la recherche d’information, la transmission d’images, la surveillance et le contrôle. On remarque que les télécommunications offrent la possibilité à une entreprise de saisir sur le champ une information et de la rendre rapidement disponible aux utilisateurs finals qui se trouvent à des endroits géographiquement éloignés, et ce à des coûts moindres.

On peut également constater que les télécommunications soutiennent la poursuite des objectifs organisationnels stratégiques. 3. 6 Les systèmes de transfert électronique de fonds : dans le onde bancaire et dans Findustrie de la vente au détail, se spécialisent dans la saisie et le traitement des transferts de fonds et de crédit entre les entreprises et leurs clients. Les systèmes de télécommunications des banques soutiennent les terminaux des caisses des succursales et les guichets automatiques dispersés dans une ville ou une région.

Ils prennent aussi en charge les services de paiement par téléphone qui permettent aux clients de payer leur facture en utilisant leur téléphone comme un terminal d’ordinateur. Les réseaux longu B3 leur facture en utilisant leur téléphone comme un terminal ‘ordinateur. Les réseaux longue distance relient aussi les terminaux aux points de vente des magasins de détail aux systèmes de transfert électronique de fonds.

Les systèmes d’interrogation-réponse permettent aux gestionnaires et aux autres utilisateurs finals d’interroger les bases de données personnelles, celles des services de l’entreprise et de l’extérieur, et de recevoir des réponses immédiates grâce aux réseaux de télécommunications. Il est alors possible d’obtenir des données à jour sur les opérations commerciales et la prise de décision de gestion.

Les utilisateurs finals peuvent aussi utiliser es réseaux de télécommunications pour accéder aux services des banques de données commerciales qui fournissent des données démographiques, économiques et financières aux utilisateurs et aux entreprises. 3. 7 Le traitement réparti et le traitement coopératif: Les traitements coopératif et réparti laissent aux ordinateurs centraux le traitement des travaux pour lesquels ils sont les plus adaptés tels que le traitement des gros volumes de transactions, le contrôle des réseaux de communication et l’entretien des grandes bases de données d’entreprise.

Les utilisateurs des sites ocaux peuvent acceder aux ordinateurs centraux pour recevoir les informations de gestion de l’entreprise ou transmettre aux ordinateurs d’entreprise les données synthétisées des transactions qui reflètent les activités de leurs sites locaux Le traitement réparti les activités de traitement de l’information sont réalisées à l’aide d’un réseau d’ordinateurs reliés entre eux par des l’gnes de télécommunications, au lieu d’être prises en charge par une seule installation informatique centralisée ou par l’exploitation décentralisée de plusieurs ordinateurs indépendants.

Ainsi, un réseau de traite PAGF 33 ‘explo’tation décentralisée de plusieurs ordinateurs indépendants. Ainsi, un réseau de traitement réparti peut être constitué de micros, de minis et d’ordinateurs centraux géographiquement dispersés sur une vaste réglon et reliés par un réseau longue distance ou seule- ment décentralisés dans plusieurs services d’utilisateurs et reliés par des réseaux locaux.

Le traitement coopératif est un peu plus complexe. Il permet aux différents types d’ordinateurs d’un réseau de traitement réparti de partager le traitement de certaines parties d’une même application. Il existe des progiciels d’application qui possèdent es interfaces communes et des fonctions leur permettant de fonctionner de manière cohérente sur des réseaux de micros, de minis et d’ordinateurs centraux.

Un utillsateur final peut par exemple utiliser un tableur fourni à son poste de travail par le serveur d’un réseau local pour effectuer des analyses financières sur des bases de données gérées par un ordinateur central. On parle également d’informatique client-serveur, car le traitement de l’application est réparti entre les postes de travail d’utilisateurs finals (clients) reliés aux serveurs d’un réseau local, ou même au super-serveur d’un ordinateur central.

Avec les traitements réparti et coopératif, les utilisateurs peuvent accomplir une grande variété de tâches de traitement de l’information, notamment l’entrée des données, l’interrogation et la mise à jour des bases de données, le traitement transactionnel, la production de rapports et l’aide à la décision. Ainsi, les données peuvent être entièrement traitées localement à l’endroit où la plu- part des entrées et des sorties (ainsi que les problèmes et les erreurs) doivent de toute façon être manipulées tout en offrant l’accès aux ressources des autres ordinateurs du réseau. Le traitement informatisé est pa 10 rif 37