II chap 3 Candide

II chap 3 Candide

Fiche n02: Oeuvre intégrale, Candide Chapitre 3: La guerre du début à « n’oubliant jamais Mlle Cunégonde » Introduction: Contexte & présentation de l’oeuvre: cf introduction générale de Candide Situer le passage: Candide est chassé du château de Thundertentronckh=monde clo s et protégé.

Il est enrôlé de force d oppose les Bulgares Résume: Le premier paragrap eer pectacle de la guerre’ or 5 to View articipe au conflit qui ve et élogieuse du « s deuxième paragraphe presente a esertion âche de Candide qui était au coeur du combat et qui dans a fuite se heurte aux populations civiles massacrés et aux autres horreurs qu’engendre la guerre. A l’aide du registre ironique, Voltaire oppose la mise en scène com me festive de la guerre à la réalité choquant et aux massacres évoqués.

De quelle manière Voltaire dénoncetil les horreurs de la guerre ? Plan complet: Le spectacle de la guerre 1) une véritable mise en scène du conflit 2) L’organisation de ce spectacle mise en musique grandiose, semblent former une « harmonie » ironie car « canons » (et autres instruments de guerre) forment cac ophonie & désordre uperlatif de supériorité  » telle qu’il n’y en eut jamais » spectacl e unique b. ise en scène visuelle anaphore de l’adverbe d’intensité

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
« si » ,énumération précédée d’un e tournure superlative de supériorité « rien n’  » spectacle au summum de la beauté & aspect cérémonial « les deux armées »  » ordonné » impression d’ordre, d’harmonie et de beauté  » du théâtre de la guerre » (polysémie= plusieurs sens) lieu de la guerre + guerre vue comme un spectacle, une représentation théâtrale La réalité est déformée pour assimiler la guerre à un divertissem nt sonore & visuel d’ordre non réaliste « de chaque coté »  » chacun dans son camp » irréaliste car on n’ attend pas chacun dans son camp « d’abord » « ensuite » « aussi » « enfin » logique et organisation apparen te alors qu’il n’en al rien, aucune logique « 6 000 » « 9 à 10 000 » « quelques milliers » gradation dans les nombre relativisation avec des modalisateurs  » environ » « à peu près » approximatif, sans importance Voltaire se sert du point d de Candide avec sa naivet 2 110 modalisateurs « à peu près » approximation du nombre de victi es, critique ironique du mépris pour les morts  » coquins qui en infectaient la surface » Ginsectes ? ) terme péj. so uligné par la relative justification ironique de la guerre qui débarrasse des personne s nuisibles b. déshumanisation « les canons renversèrent… 000 Hommes » : canons=perso (sujet) & Hommes: objet (COD) jeu cruel, tombent comme des quilles  » La baiOnnette fut aussi la raison suffisante de la mort de quelqu es milliers d’H. « : même construction puissance meurtrière des armes qui dominent l’Homme 2) Le mépris de la vie humaine de Candide,les conséquences affreuses de la guerre sur l’a rrière (dont les civils) les nombreuses victimes de la guerre (civils/militaires) « il passa par dessus des tas de mort mourant pluriel, locution prépositionnelle, « des tas » Candide doit traverser un amoncellement de corps énumération « les vieillards’ es », « des filles », « leurs enf 3CfS spectacle insoutenable de la cruauté humaine, Voltaire force le re gard du lecteur dénonciation directe de la déshumanisation & du mépris de la vie humaine Ill. egard critique de Voltaire 1) La mise à mal de l’héroïsme guerrier des héros abares l’avaient traité de même »: similitude dans les ho rreurs commises « après avoir assouvi les besoins naturels de quelque éros » périphrase ironique, répétition de « héros » qui ont le droit à une récompense naturelle du combat ressemblance des sonorités abares=bulgares-barbares dans le s deux camps « boucherie héroïque »: oxymore hyperbolique mise en valeur (fin p ara. ) fait penser à l’article Guerre, « le merveilleux de cette entreprise infernale » Candide un antihéros: « tremblait », « se cacha » chétif & « passa par d essus », « tjrs marchand » v. de mouvement car fuite peur, pas de courage, ignorent les victim es qui l’implorent critique par l’ironie des « héros » qui commettent des horreurs + C andie qui déserte (ce n’est pas un vrai soldat) 2) la remise en cause du cautionnement social et religieux « selon les lois du droit plublic »: massacres commis répondent à au cune loi dénonce l’arbitraire des puissants pas équitable ni juste, aucune raison de falre la guerre « les 2 Rois faisait chanter d s