Hubert Reeves

Hubert Reeves

Hubert Reeves Présenté à Mme. Josée 09 décembre 2013 astrophysicien Québécois, est né le 13 juillet 1932 ? Montréal, Québec dans la famille de Joseph-Aimé Reeves et Manon Beaupré. Pendant sa jeunesse, il y avait beaucoup de facteurs qui l’ont influencé de choisir une carrière de scientifique. Un jour de son enfan père d’Aubert amèn maison douze tomes l’Encyclopédie de la jeunesse. Celle-là va I or 3 to View servir beaucoup pen ant ses années d’étude collégiales. Dans ces livres, il a découvert, pour la premier fois, son intérêt envers la ature et ses miracles.

Il se souvient avec plaisir des moments passaient en écoutant des contes de sa grand-mère maternelle Charlotte. Selon lui « elle y excellait Il la pouvait écouter indéfiniment. À cette époque, il même voulait poursuivre ses traces. Mais les influences bénéfiques de sa grand-mère ne s’arrêtent pas ici. En étant inquiètent était excellent en ce domaine. Durant une fin de printemps, Hubert et ses collègues ont eu, comme devolr, à fabriquer un télescope pour observer la planète Saturne. La fabrication de celui-là consistait : ? aire quelques calcules pour déterminer la distance entre les 2 lentilles du télescope.

Quand le soir est enfin arrivé, il a vu pour

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la première fois la planète Saturne en réalité, vu auparavant uniquement dans des images. Il était stupéfait par l’image obtenu grâce à quelques calculs mathématiques et à quelques manipulation optiques. Cela ra marqué profondément, commet à l’aide de quelque calculs mathématiques et des manipulations optiques, l’invisible était rendu visible. Il a fini ses études collégiales en 1950. À ce temps- à il était déjà fermement onvaincu de poursuivre une carrière d’astronome.

Après l’achèvement du collège, Hubert a fait quelques recherches au « Harvard College Observatory à Cambridge » en Massachusetts, aux États-Unis. Il est accepté de faire des observations là-bas pendant un mois. À ce moment-là, il ne parlait pas très bien l’anglais, car la relation entre les canadiens français (aujourd’hui appelé québécois) et les Anglais, a cette période, n’était pas vraiment favorable. La nuit de son arrivée, on à lui propose d’examiner, à l’aide du plus grand télescope (de 3 mètres), la lune qui ?tait presque pleine ce soir-là, comme en cadeau de bienvenue.

Pendant ce mois-là, il a acquls un peu d’expérience dans le domaine d’expérience d’astronome. 1950. L’observatoire de Harvard. Il met l’oeil au télescope. Il a poursuivi ses études à l’Université de Montréal. Trois ans plus tard, il a obtenu un baccalauréat des sciences en physique. Ensuite, il a écrit un mémoire de maîtrise intitulé « Formation of Positronium in Hydrogen and Helium pour le présenter en 1955 a l’Université McGill. Les 5 années qui ont suivies, Hubert les a passées à l’Université Cornell à New York.

Il y a étudié l’astrophysique nucléaire. Durant la période de 1960 à 1964, il a enseigné la physique à l’universtité de Montréal et a été conseiller scientifique À la NASA à New York. Il enseigne a l’Université de Montréal. À partir des années ’70, Hubert devient célèbre grâces à ses travaux de vulgarisation. Comment est affirmé par Reeves « je n’avais jamais imaginé que je deviendrai un vulgarisateur D. Il a simplifié des théories scientifiques complexes et souvent obscures jusqu’au point que même I jusqu’au point que même les enfants