horace

horace

néoclassicisme Le néoclassicisme ex Les artistes puisent Les sujets sont mora l’héroiSme, l’abnégati Jacques-Louis David horace Premium By luna522 (beepanR 25, 2015 6 pages Serment des Horaces Le tableau du français Jacques-Louis David, Le Serment des Horaces, mesure 3 mètres 30 de haut par 4 mètres 25 de large. Cest une huile sur toile de genre peinture d’histoire de Rome. Cette toile est une commande du roi de France, mais elle a été achevé en 1785 à Rome, où elle fut d’abord exposait, puis elle fut expédiée à Paris.

Elle est actuellement conservé au Louvre. Ce tableau est considéré comme un des chefs-d’œuvre du ftp next page to vien « ext ce morale. Iquité. hèmes tels que le sacrifice, . DAVID est né en 1748 dans une famille de la bourgeoisie parisienne. Elève de l’artiste Vien,il a un apprentissage entre le courant classique dépassé et le courant grandissant du rococo. En 1971, il obtient le prix de Rome, après sa 4eme tentative, avec le tableau « Érasistrate découvrant la cause de la maladie d’Antiochus » et part en Italie pour achever son instruction.

I se prend de passion pour l’art gréco-romain et abandonne définitivement les zestes de rococo de son enseignement pour se consacrer

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
à la rigueur antique. Il retourne en France en 1780 et 4 ans plus tard, il rentre ? l’académie royale de peinture. «Le serment des Horaces» est peint en 1784 à Rome et présenté en 1 785 au salon de Paris. IL rencontre un très large succès et DAVID, qualifié de messie, est sacré chef de file de la nouvelle école néoclassique.

Il va vivre la révolution française au côté des Jacobins, deux célèbres tableaux dénotent de son dévouement à la révolution: «Mara assassiné» et «Le serment du jeu de paume». Au tournant du siècle, DAVID s’éprend d’une ferveur Napoléonienne. Il réalise plusieurs ortraits et notamment «le sacre de Napoléon 1er » qui est, aujourd’hui, son œuvre la plus connue. A la chute de l’empereur, il s’exile à Bruxelle en Belgique où il meurt en 1825.

Presentation de l’épisode historique Sous le roi Tullus Hostillius les cités rivales d’Albe et de Rome , plutôt que de s’épuiser dans des luttes stériles , préfèrent nommer les champions qui combattront pour elles. Dans chaque armée , trois frères sont désignés par le sort: les Horaces pour Rome , les Curiaces pour Albe. Au premier affrontement deux des Horaces sont tués , tandis que les Albains sont tout trois lessés , mais de blessures iné alement graves. Le troisième Horace , resté indemne , si fuite , puis , faisant 2 triomphe par le meurtre de sa sœur Camille qui pleurait la mort de l’un des Curiaces , son fiancé.

Traduit en justice , condamné pour meurtre , il est acquitté par le peuple en raison de son courage , mais doit se plier à un rite de purification. Composition du tableau Ce tableau est fermé, le décors de s’étend pas, il est concentré sur une pièce close. On remarque tout de suite la disposition des personnages sur un même plan, rappelant la composition des bas reliefs antiques, voire du théâtre. La scène inventée par David, se passe dans la cour recouverte de carreaux dune maison d’un aristocrate romain. e chiffre trois est omniprésent dans la composition.

Pour commencer, 3 arches délimitent les trois différents groupes. Le premier est celui des frères, au nombre de 3. Le deuxième est celui du père qui tient 3 épées dans sa main. Le troisième est celui des femmes, au nombre de 3 (avec 2 enfants. ). Le chiffre 3 renvoie à la symbiose divine (le père, le fils, le saint-esprit) La séparation des groupes est dautant plus forte quand on observe les lignes directrices. Celles des hommes sont rectilignes. Elles montrent la détermination, le courage et la force patriotique qui les animent.

Les lignes des femmes sont courbées. Cela montre la faiblesse des femmes et le grand chagrin qu’elles éprouvent à voir partir leurs frères, maris ou fils. On peut noter que les hommes dépassent la ligne médiane, les rendant d’avantage important, montrant également qu 3 que les hommes dépassent la ligne médiane, les rendant d’avantage important, montrant également que les actes héroïques et courageux sont affaire d’homme. Les femmes elles ne la dépassent pas, indiquant leur impuissance à agir ; elles ne euvent que subir les conséquences. n peut aussi remarquer la présence d’un carré parfait s’alignant avec le décor, symbole de la cohésion, de l’unité du groupe des hommes. On retrouve d’ailleurs des formes triangulaires dans la position des trois frères, accentuant la dominance du chiffre 3 dans ce tableau On note que la lumière est caravagesque ; un éclairage latéral et violent, créant un important contraste entre les parties éclairées et les zones sombres. e personnage du milieu, le père des Horaces, fait face à la source de lumière. Son regard est parallèle à la limite ombre/lumière sur les arcades.

Il semble être en contact avec la divinité, avec en plus les intérêts de la cités, symbolisés par les épées. Cest encore une triade • l’homme, la patrie, le Dieu Le tableau possède un seul point de fuite, placé au dessus de la ligne médiane. Il est situé au niveau de la main gauche du père. Ainsi ce sont les épées que nous voyons en premier quand elles sont mises en valeur par la convergence des lignes de fuite. Cela attire le regard sur les trois épées et souligne le serrement des frères Horaces. e bras tendus su premier frère suit la médiane horizontale, alors que son regard suit la ligne dhorizon, le regar 4