Homère

Homère

de la thèse d’un éminent helléniste (1) réserve des surprises. Homère n’y reçoit pas que des louanges. Assez curieusement, PLATON manifeste un certain mépris à l’égard des poètes. On se gardera bien, dit-il, de déformer l’esprit des jeunes par la lecture d’Homère ou par l’audition de musiques langoureuses. PLATON a pour les Beaux-Arts des sévérités qu’il partage avec les théoriciens puritains des régimes sacerdotaux et militaires. PLATON commettait d’ailleurs des contresens en citant HOMERE.

Ainsi HOMERE a toujours suscité des polémiques philologiques et historiques chez les intellectuels depuis l’antiquité jusqu’? ‘époque contemporaine. HOMERE est poète mais il se révèle aussi comme un historien visionnaire Homère Premium By polleur Oenpang OB, 2015 6 pages Homère : L’Odyssée Qui d’entre nous, prestigieux helléniste ou modeste étudiante, n’a pas cité au détour d’une page quelques vers de l’Odyssée pour écrire un livre sur la poésie grecque ou pour rédiger un mémoire universitaire.

Il serait vain de relever tous les écrivains, poètes, philosophes anciens et modernes de tous temps et de tous pays qui se réfèrent à l’épopée d’HOMERE pour en reconnaître les mérites littéraires et historiques. Depuis Joachim DU BELLAY (1522-1560) qui note dans  » A Madame Marguerite « , sœur du roi Henri Il, duchesse de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Savoie ‘ Qui tant sut Achille célébrer  » en passant par André CHENIER vien « ext (1762-1794), d’orgn d’HOMERE pour c les exemples qui pro aède.

L’Homère de Platon Swip page ui s’inspire de la eut multiplier uvre du génial pasticher le titre de l’antiquité. Ses poèmes se nourrissent du passé en évoquant des détails matériels. Comme Jules BARBEY D’AIJREVILLY (1808-1889) le précisait, non sans ironie, dans une Histoire sans nom :  » Où les historiens s’arrêtent ne sachant plus rien, les poètes apparaissent et devinent. Ils voient encore quand les historiens ne voient plus.

Cest l’imagination des poètes qui perce l’épaisseur de la tapisserie historique ou qui la retourne, pour regarder ce qui est derrière » Cest un commerçant allemand enrichi, Heinrich SCHLIEMANN (1822-1890) qui, prenant le contrepied de l’opinion des historiens de son temps, entreprit des fouilles, en 1871, sur le site d’Hissarlik pour retrouver la mythique cité de Troie en choisissant HOMERE pour guide. Cette localisation finit par s’imposer au monde scientifique car le site correspondait à l’image qu’évoque HOMERE dans l’Odyssée.

Romantique à souhait, le quadragénaire SCHLIEMANN s’était Installé en Grèce, dès 1868, et avait épousé une jeune Grecque capable de réciter des chants de l’Odyssée. Il fit œuvre de pionnier. Ces successeurs archéologues DOERFELD, dès 1 882, et BLEGEN de 1932 à 1938, exécutèrent des fouilles qui identifièrent neuf installations principales dans la cité des Troyens : la Troie homérique porte alors l’indicatif VIIa.

En 1953, un jeune Anglais iconoclaste, Michael VENTRIS (1922-1956) retrouvait un dialecte hellénique en déchif 2 un jeune Anglais iconoclaste, Michael VENTRIS (1922-1956) retrouvait un dialecte hellénique en déchiffrant le linéaire B sur es tablettes de Cnossos. Cette découverte a révolutionné le savoir dans les études homériques. pour la période achéenne (1450-1200 avant J-C), nous avons, dit Albert SEVERYNS (1900-1970) (2)  » une image historique, encore fragmentaire, certes, mais indiscutable, que nous pouvons comparer à l’image poétique transmise par l’épopée ‘ HOMERE a-t-il existé ?

La question peut paraître saugrenue pour le profane mais elle a alimenté de vives discussions entre philologues et historiens. Selon les spécialistes actuels, HOMERE a vécu au 9ème siècle avant J-C (certains se prononcent pour le ème siècle) comme l’écrivait déjà HERODOTE, son plus ancien biographe. Sept villes dont Smyrne se disputent l’honneur d’avoir donné le jour à l’illustre poète. HOMERE était aveugle : « Aveugle, il vagabonda de ville en ville, mendiant sa vie, chantant de vieilles histoires.

Il fut le plus sage, le plus savant des hommes : il n’ignorait qu’une chose, son origine  » écrit Philippe BRUNET dans sa Préface à l’Odyssée (3). Déjà vieux, il débarque à Samos et songe à gagner Athènes. Mais il tombe malade et meurt dans l’ile d’Ios. En 1795, Auguste WOLF, philologue allemand (1759-1824) rétendait dans ses Prolegomena ad Homerum que l’écriture était inconnue à l’époque dlHOMERE et que l’Iliade et l’Odyssée furent écrites par plusieurs poètes à des époques différentes. M.

VENTRIS a prouvé l’ 3 l’Odyssée furent écrites par plusieurs poètes à des époques différentes. M. VENTRIS a prouvé l’inanité de cette théorie en déchiffrant du grec ancien sur les tablettes de Cnossos. Pour WOLF, HOMERE était un aède dont le nom servait d’étiquette à une œuvre composite. Cette thèse ainsi que celle défendue par CROISET dans sa Littérature grecque (1887) qui voyait dans ‘Odyssée l’œuvre de trois poètes est aujourd’hui contestée. Les premiers partisans de l’unité de l’Odyssée comme Salomon REINACH (1858-1932) et Victor BERARD (1864 1931) firent des émules.

Selon Victor BERARD, auteur d’une traduction de l’Odyssée en prose rythmée,  » Homère est ressuscité Le moraliste français Jean de La BRUYERE (1645-1696) affirmait déjà : ‘ On ne voit guère des chefs-d’œuvre qui soient l’ouvrage de plusieurs L’Odyssée porte la marque indiscutable du génie. A Athènes, le tyran PISISTRATE fait éditer vers 561 avant J-C un texte de l’Iliade et de l’Odyssée. Dès ce moment, comme l’explique Philippe BRUNET :  » les Grecs ne se contentent pas de réciter les poèmes, ils apprennent aussi à écrire, lettre après lettre, les vers immortels du Poète (4) ».

L’Odyssée s’inscrit dans la tradition des poèmes qui racontent le retour des héros après la guerre de Troie. Le personnage d’Ulysse est saisissant. Pour prendre Troie, il y a le fier Achille mais sans l’intelligence d’Ulysse, la citadelle ne cèderait pas à la force. ‘idée d’Ulysse est de prendre Troie par la ruse : le cheval de bois. 2 Télémaque, le fils d’Ulysse part à la recherche de son père ? Pylos et à Sparte. Le retour d’Ulysse sera aussi le retour d’Ulysse part à la recherche de son père à Pylos et à Sparte. Le retour d’Ulysse sera aussi le retour de Télémaque.

Le fils et le père se retrouvent à Ithaque. Laissons encore la parole ? Ph. BRUNET qui explique dans sa Préface les péripéties du retour dulysse dans son foyer : L’identité retrouvée d’Ulysse et sa restauration dans ses biens et son patrimoine exigent l’emploi conjugué de la ruse et de la force. Après la lente accumulation des prémonitions et des présages, la reconnaissance s’effectue par l’intermédiaire de signes immédiatement perçus ou de discours révélateurs de vérité (5) ‘l. ysse retrouve son épouse Pénélope, sa nourrice Euryclée, son U vieux chien Argos et au chant XXIV son père Laërte.

En conclusion, on peut affirmer que le poète n’a pas créé ex nihilo. HOMERE représente le monde des aèdes et celui de leurs personnages. Ces aèdes qui perpétuent la tradition d’improviser en hexamètres la geste des héros. L’helléniste Albert SEVERYNS, spécialiste d’HOMERE, constatait avec pertinence :  » La poésie homérique n’est pas le bien d’un seul : c’est un patrimoine patiemment constitué d’âge en âge et fructifié par l’apport de multiples artisans dont les premiers ‘étaient pas de beaucoup postérieurs à ceux qu’ils chantaient dans leurs vers (6) ».

Ainsi les légendes et l’ histoire sont chantées par HOMERE dans l’Odyssée, chef d’œuvre de la littérature universelle qui ne finira jamais de fasciner ceux et celles qui prennent la peine d’ouvrir ce livre merveilleux. Marie-Joseph CHENIER (1764-1871 le frère cadet d’André écrivait dans l’Epître à Voltaire :  » Trois mille ans ont passé sur la cendre d’HOMERE, S mille ans ont passé sur la cendre dHOMERE, Et depuis trois mille ans HOMERE respecté, Est jeune encore de gloire et d’immortalité ‘ 1) J.

LABARBE, L’Homère de Platon, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, Fascicule CXVII, Paris, 1950. (2) A. SEVERYNS, Grèce et proche-onent avant Homère, p. 9, Bruxelles, Office de Publicité, 1960. (3) Ph. BRUNET, Homère. Odyssée. Edition présentée et annotée par Philippe Brunet. raduction de Victor Bérard, p. 16, collection Folio Classique no 3235, Paris, Gallimard, 1999. (4) Ph. BRUNET, Homère. Odyssée, op. cit. , p. 16. (5) Ph. BRUNET, Homère. Odyssée, op. cit. , p. 14. (6) A. SEVERYNS, Grèce et Proche-Orient, op. cit. p. 11-12. 3