histoire societé francaise

histoire societé francaise

1 . 1 Ce que étudient les macro économistes Les événements macroéconomiques affectent la vie de tous les cltoyens Les évènements microéconomiques affectent la vie d’un petit nombre de personne a) L’importance des phénomènes économiques dans la vie de chacun Les processus produ plus sophistiqués ) SiL=4 Ices sont de plus en orag Sni* to View En macroéconomie K et L ne sont pas toujours disponibles ? l’endroit et au moment voulu. Les revenus des individus sont engendrés par des mécanismes complexes Si un individu n’a de revenu il ne consomme pas = macroéconomie ExG1 = les étudiants

G2 = les salariés GB = les retraités Alors G2 prête à GI et rembourse à G3 Dans quelques années GI = les GO de l’époque macroéconomiques sont politiquement sensibles, les macroéconomistes les abordent avec objectivité. 2 analyses : Analyses politique : j’explique le phénomène, je reste neutre Analyse objective : pour être objectif, il faut utiliser des modèles économiques, c’est-à-dire, des théories qui synthétisent les relations entre les variables économiques. Les modèles ne vont pas être traités réellement car la réalité est complexe. Ex : le phénomène « hausse des prix »

La théorie : les prix augmentes parce que les salaires augmentent, les

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
salaires augmentent parce que la croissance économique est forte. On peut faire appel à la formalisation mathématique Soit : Pi = l’indicateur de l’augmentation des prix g = le taux de la croissance des salaires t un indicateur de croissance économique Nous dirons que la hausse des prix est une fonction de la hausse des salaires et la hausse des salaires une fonction de la croissance économique. Le modèle économique Nous avons utilisé deux équations pour expliquer la hausse des prix les 2 variables endogènes ou dépendantes sont expliquées par le odèle.

La variable t n’est pas expliquée dans le modèle et est dite exogene. Le nombre de variable ex iours égal ou nombre PAGF OF expliquer tout ce qui est donné, que je ne peux pas expliquer 1. 3 L’utilité des modèles En tant que scientifique, le macro économiste doit confronter sa théorie ou son modèle au fait réel. Dans la mesure ou un modèle constitue nécessairement une simplification de la réalité. On est certain de constater une différence entre les valeurs calculées et les valeurs observées car : Les macro économistes travaillent sur des données fortement grégées (ce qui peut entraîner des erreurs de mesures).

Certaines autres variables ne sont pas observables. Lorsque un modèle est validé par des faits, il peut être utilisé de deux façons : Pour réaliser des prévisions économiques Pour évaluer l’impact d’une mesure de politique économique 1. 4 Prix flexibles ou rigides ? Doit on penser que les mécanismes de marchés sont spontanément satisfaisants ou au contraire déficients ? L’équilibre de l’offre et de la demande, c’est le prix. Quand le prix est rigide, le mécanisme de marché est déficient, on ne peut pas égaliser l’offre et la demande.

Dans ce cas il y a intervention de l’état. Ex : Le marché de la télécommunication = Prix flexibles Le marché du travail = Prix rigides par conséquence, on peut distinguer deux types de macro économistes. Etudier Féconomie en ad PAGF 3 OF marchés soient particuliers. La macroéconomie s’intéresse à des grands agrégats comme le chômage, la conso globale, la production globale et néglige donc les détails. Remarque : Pour 2 raisons Fanalyse macroéconomique ne peut pas être considérée comme une version grossière de l’analyse microéconomique.

La microéconomie étudie une activité particulière en négligent les nteractions de cette activité avec le reste de réconomie alors que la macroéconomie à un objet global. Ex : Quels sont les effets dune baisse de l’IR ? Analyse microéconomique : Tous ceux qui payent pas d’impôts ne sont pas concernés par cet évènement. Baisse d’impôt augmentation de revenu l’augmentation de la consommation (sauf pour les biens de mauvalse qualité) Analyse macroéconomique : dans ce cas, la baisse de l’impôt va toucher indirectement ceux qui n’en paient pas.

Baisse d’impôts augmentation des revenus augmentation de la consommation Augmentation de la demande travail aisse du chômage La macroéconomie traite les relatlons entre des agrégats qui ne sont pas simples, transposition des relations microéconomiques. L’ensemble des ménages L’ensemble des entreprises Dépense totale de la cons PAGF théories. Il s’agit d’une description de ces observations plutôt qu’une analyse le leurs évolutions. – Les flux et les stocks Variable de stock : on mesure la quantité à un moment donné : Tl Variables de flux : on mesure la quantité pour une mesure (période) donnée : entre TO et Tl ll- Le PIB Le PIB, variable de flux, mesure l’activité produite d’une économie our une période d’un an. . 3 calculs possibles On calcule la dépense totale en prenant le total consacré à l’achat de biens et services Le revenu total de l’ensemble des agents d’une économie C’est la valeur en € des biens et services finaux produits dans l’économie durant une année ou bien la somme des valeurs ajoutées créées dans l’économie durant une année.

Comment peut-on mesurer le PIB à la fois par le revenu et la dépense d’une économie ? En fait : la somme des dépenses – Voir graphique 2 A – le circuit économique 1) Considérons une écono s OF la somme des revenus produit un seul bien PIB somme des prix X la somme des quantités a] En cas de biens usagés (biens achetés d’occasion) PIB ne tient pas compte de ces biens, la vente de bien usagés représente un transfert d’actif entre 2 agents. b] En cas de stocks (produits non vendus) Quel est l’effet de cette transaction sur le PIB ?

Tout dépend du sort de la quantité non vendue. Si il s’agit du pourrissement = pas de stocks Baisse du profit d’une valeur égale aux salaires versés Ceci n’affecte ni la dépense ni le revenu Le PIB reste inchangé (car l’augmentation du salaire est compensée par la baisse des profits) Si il ne s’agit pas de pourrissement = quantité stockée pour être vendu ultérieurement Les profits restent inchangés car si on prend un peu pour donner les salaires, on rembourse par la suite.

Le salaire augmente le revenu donc le PIB et la variation du stock augmente la dépense (c’est le producteur qui achète le bien) Donc l’augmentation des stocks constitue un investissement en stock qu augmente à la fois la dépense et le revenu La production en vue de constitution de stocks augmente le PIB autant que la production en vue des ventes finales. cl En cas de Consommations Intermédiaires et de valeur ajouté PAGF 6 OF VP la VAB (300-100) 200 Le PIB d’une économie = Somme des VAB d] Le cas des logements et des services publics Le bien intervient dans le calcul du PIB par le biais de son entreprise.

Il existe des B et S qui ne sont pas vendu sur le marché on parle d’une valeur IMPUTEE. Le logement Si locataire : On ajoute le prix du loyer aux dépenses du locataire et aux revenus du propriétaire =PIB Si propriétaire : On fait une estimation du loyer de l’habitation et on l’ajoute aux PIB Les services publics Les fonctionnaires rendent des services aux citoyens mais ils ne les paient pas directement. Comme ces services ne sont pas vendus sur le marché, on va évaluer sur la base de ce qu’ils coûtent (salaire) et on ajoute un PIB.

Remarque : La valeur de la production domestique non vendue sur le marché n’est pas comptabilisée dans PIB (pas de TVA) La valeur des B et S dans l’économie souterraine n’est pas comptabilisée dans le PIB PAGF 7 OF Importation X = Exportation La conso comprend : tous les biens et services achetés par les ménages = conso finale L’investissement comprend : L’investissement fixe des entreprises L’investissement résidentiel L’investissement en stocks Les dépenses publiques comprennent :

Les B et S achetés par les pouvoirs publics Les transferts vers les ménages (F) sont exclus des dépenses publiques (redistribution du revenu) 50€ G=40€ etF= 10€ On fait cette distinction parce que les dépenses des ménages sont effectives Les exportations nettes = B et S exporté – B et S importé Remarques : Le PIB mesure le revenu total gagné sur le territoire d’un pays. En macro économie on utilise d’autres mesures du revenu qui diffèrent légèrement du PIB.

PNB PIB + les revenus des facteurs en provenance du reste du monde – les revenus des facteurs versés au reste du monde Avec revenu = salaires ou profits Facteurs = travail B- Le PIB nominal, le PIB ateur du PIB réel se calcule à partir des prix observés au cours d’une année de base déterminée. PIB réel La différence entre PIB nominal et PIB réel s’interprète comme une mesure de la hausse générale des prix. Le déflateur de prix implicite du PIB est un instrument de mesure du niveau des prix.

PIB nominal Le déflateur = x 100 Cette définition permet de distinguer 2 éléments au sein du PIB nominal. Le premier mesure le prix et le second la quantité. PIB nominal = Déflateur X PIB réel Le PIB nominal mesure la valeur en €uros de la production de l’économie pour un an. Le PIB réel mesure la valeur en €uros de la production évaluée au prix constant de l’année de base. Déflateur mesure le prix de Punité de production par rapport au prix au cour de l’année de base.

PIB réel = V- L’indice des prix à la consommation L’indice des prix à la consommatlon nous renseigne sue ce que coûte aujourd’hui d’acheter un litre de lait par rapport à ce qu’il en coûtait hier. Et rappelons-nous la formule de calcul du déflateur Déflateur = x 100 Quelle est la différence entre l’indice des prix de la consommation t le déflateur du PIB ? 1. Les économistes appellent le déflateur l’indice de Paasche et l’Indice des prix à la consommation de Laspeyres 2.

Le déflateur du PIB mesure l’évolution des prix de tous les biens produits alors que l’IRC mesure seulement les prix des biens et services achetés par les consommateurs Y-M=C+I+G+X 3. Le déflateur considère seulement les prix des biens produits à l’échelle de Péconomie nationale (il tient pas compte des biens importés) CHAPITRE Ill LA THEORIE CLASSIQUE • L’ECONOMIE DANS LE LONG TERME L’objet de ce chapitre est omportement d’une