Histoire Des Art

Histoire Des Art

L’affiche rouge 1) Le contexte historique Le groupe Manouchian À partir de l’été 1943, le groupe FTP-MOI (Francs-Tireurs et Partisans – Main d’Œuvre Immigrée), composé de travailleurs immigrés et lié au parti communiste, se lance dans la lutte armée contre l’occupant. Des dizaines de sabotages et d’attentats sont organisés avant que le groupe, dirigé par Missak Manouchian, ne soit arrêté en novembre. Jugés par un tribunal allemand, les 23 membres du groupe sont condamnés à mort et la plupart exécutés, le 21 févrie L’affiche a été réalisé et du régime de Vich placardée dans toute forme de tract. 7 to View nextÇEge pagande allemands plaires, elle est et distribuée sous 2) La composition de raffiche : 3) Les objectifs de l’affiche 1) persuader que ces hommes sont des terroristes, et non des libérateurs, et qu’ils œuvrent pour le désordre et la mort, face à l’ordre établi par l’armée allemande. Assimilés à des criminels étrangers à la solde des ennemis de la France, les Résistants sont discrédités. s’agit d’une affiche de propagande, destinée à influencer l’opinion du destinataire, à lui faire adopter un certain point de vue, au moyen d’un montage de photos, d’images et de textes ?vocateurs choisis pour cet effet.

C’est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
un outil de manipulation de l’opinion publique : elle joue sur les ressorts psychologiques de la peur et de la xénophobie. L’Affiche rouge est devenue après-guerre un des symboles de la Résistance. 4) Elargissement : poème de Louis Aragon : « Strophes pour se souvenir » (1956) Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes Ni l’orgue ni la prière aux agonisants Onze ans déjà que cela passe vite onze ans Vous vous étiez servi simplement de vos armes La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes

Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants L’affiche qui semblait une tache de sang Parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles Y cherchait un effet de peur sur les passants Nul ne semblait vous voir français de préférence Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE Et les mornes matins en étaient différents Tout avait la couleur uniforme du givre À la fin février pour vos derniers moments Et c’est alors que l’un de vous dit calmement Bonheur à tous Bonheur à ceux ui vont survivre AGF 9 rif 7 c’est alors que l’un de vous dit calmement Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses Adieu la vie adieu la lumière et le vent Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses Quand tout sera fini plus tard en Erivan Un grand soleil d’hiver éclaire la colline Que la nature est belle et que le cœur me fend La justice viendra sur nos pas triomphants Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline Et je te dis de vivre et d’avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps Vingt et trois étrangers et nos freres pourtant Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant. La Colonne Brisée, Frida Kahlo 1. Présentation de l’œuvre La Colonne Brisée est un tableau peint par Frida Kahlo en 1944. Frida Kahlo est une artiste peintre mexicaine qui l’œuvre date de 1944, c’est-à-dire pendant la seconde guerre mondiale. Frida Kahlo et son mari Diego Rivera sont très impliqués dans le parti communiste exicaln, et cela se ressent dans certaines de ses œuvres. Toutefois, ce tableau est entièrement dédié à la douleur que ressent l’artiste. Il ne semble pas y avoir de référence quelconque.

Vécu dan PAGF3C,F7 la douleur que ressent Partiste. Il ne semble pas y avoir de référence quelconque. Vécu dans la première moitié du XXème siècle. Née en 1907, elle fut victime d’un accident de bus à l’âge de 18 ans, qui la marqua à jamais. Elle souffrit toute sa vie des suites de ses blessures, notamment à la colonne vertébrale, et dut subir de nombreuses opérations et jusqu’à ramputation d’un ied. C’est après cet accident qu’elle se mit à peindre. Censemble de son œuvre parle de cet accident et de cette souffrance, ainsi que de sa relation avec son mari Diego Rivera, un célèbre peintre mexicain. Elle mourut en 1954. 2. Description et analyse de l’œuvre 2. 1.

Description La colonne brisée est une œuvre figurative faite à la peinture ? l’huile, de petit format (40 x 34 cm). C’est un autoportrait puisque c’est Frida elle-même qui est représentée. Le tableau représente Frida debout, avec le corps fendu et ouvert pour que l’on puisse bien voir ce qui se passe à l’intérieur. San uste est retenu par un corset de fer qui semble l’empêcher de se briser. La colonne que nous voyons dans la fente est une colonne ionique (colonne qui, dans l’Antiqulté, soutenalt les monuments) qui représente la colonne vertébrale. Elle est brisée à six endroits. Le personnage est nu sous le corset. Un voilage cache la partie basse de son corps.

Ily a des clous un peu partout sur son corps : on peu voilage cache la partie basse de son corps. Il y a des clous un peu partout sur son corps : on peut en dénombrer cinquante-six. Ses longs cheveux noirs et ses sourcils épais mettent en valeur ses eux desquels sortent des larmes qul inondent son visage. L’arrière-plan est composé d’un champ et du ciel. Les couleurs sont sombres et se confondent presque. Le champ est lui-aussi fendu à plusieurs endroits, il est désertique. 2. 2. Analyse formelle Le tableau est composé de deux plans : au premier plan, Frida, et au second le champ et le ciel. Le personnage est au centre, il prend presque toute la place.

Il y a des lignes horizontales au second plan, avec la ligne d’horizon (démarcation entre le ciel et le champ) et les fentes dans le champ, et au premier plan avec es quatre lanières blanches du corset. Perpendiculairement, il y a également des lignes verticales avec la colonne, les deux ânières du corset sur les épaules et la ligne de clous qui descend le long de ses bras et jusqu’à sa jambe droite. Le tableau est donc équilibré et ordonné puisque la construction présente des lignes relativement droites et perpendiculaires. Les couleurs de l’arrière- plan sont très sombres, malgré le ciel bleu. Le champ est marron, vert. Ces couleurs semblent représenter la torpeur, la désertion et donc la solitude. Le personnage est peint avec des couleurs plus vives et plu