Histoire

Histoire

Bilan A la fin du XI ème siècle, le monastère de Cluny est l’institution la plus puissante de la chrétienté occidentale. Dirigé par Bernard de Clairvaux , le nouvel ordre est le salut en passant par la représentation de Dieu. Nous nous demandons comment Bernard de Clairvaux veut réformer le monachisme. Tout d’abord nous verrons la vie cistercienne ainsi que le mode de vie proposé par Bernard de Clairvaux.

Ensuite, nous analyserons la différence entre l’ordre cistércien et l’ordre clunisien. Tout d’abord, le cadre de vie cistercienne reflète un idéal de pureté avec une arch dans les abbayes cist rs décorations, le peu d to View ne sont pas figurés e bleu clair. De plus, B superflu. En effet, couleurs, pas de sur les chapiteaux s tons de gris/ ase trois différents modèles de vie. e premier consiste se battre physiquement contre la chair et le sang ce qui désigne le soldat.

Le second modèle représente les moines qui se battent spirituellement contre les esprits du mal et le troisième se compose des moines soldats, les Templiers, qui se battent physique Swipe to View next page physiquement et spirituellement contre le mal. Le Cistercien et le Clunisien débattent sur la manière dont un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
oine doit vivre, et quelles règles il doit respecter : ainsi, ils se critiquent mutuellement, et dénoncent leurs différentes pratiques religieuses.

Tout d’abord le Cistercien reproche aux Clunisiens de passer leur temps à lire et admirer les livres païens, remplies de « figures poétiques au lieu de lire les livres sacrées, et travailler la terre : selon lui ils ne respectent pas la règle imposée par Saint-Benoît. Puis, par la suite il les accuse de ne pas respecter le vœu de silence dans la salle capitulaire, un des trois VŒUX fondamentaux de la règle bénédictine, ce qui selon lui attise es dlsputes au sein du monastère.

Le Clunisien, quant à lui, se défend en avançant qui lui et les siens vont jusqu’à prier huit fois par jour, ce qui les « rapproche du Christ tandis que les Cisterciens n’attribuent que peu de temps à la prière en commun. 4. Les monstres mentionnés par Bernard de ClaiNaux sont ceux sculptés sur les chapiteaux, dans les cloitres. Ce sont ceux qui attirent l’œil, et qui par leur fantaisie empêche les moines de réfléchir et de méditer la « loi de Dieu Selon Clairvaux, ce sont des divertissements, qui n’ont pas leur place dans