Guide Maitre Stage DAE DEF

Guide Maitre Stage DAE DEF

Guide Illustration : Olivier Lasser à l’intention des tuteurs et des maîtres de stage Direction de l’amélioration de l’exercice GUIDE À L’INTENTION DES TUTEURS ET DES MAÎTRES DE STAGE VOS QUESTIONS — Table des matières INTRODUCTION — 2 Sni* to View LA PROVENANCE DES DEMANDES À LA RECHERCHE DE LA MEILLEURE SOLUTION . x. LE SUIVI POST-INTERVENTION 8 XI. L’EVALUATION DU STAGE/TU ORAT ET DU TUTEUR/MAITRE DE STAGE XII. CONCLUSION .

Annexe 1 Code de déontologie des médecins Règlement sur le comté d’inspectlon professionnelle du Collège des médecins du Québec Règlement sur les stages et les cours de perfectionnement ouvant être imposés aux médecins Annexe 2 Processus d’évaluation et d’amélioration de l’exercice Article « An Innovative Approach to Remedial Continuing Medical Education, 1992-2002 » Article « Influence of Remedial Professional Development Programs for Poorly performing Physicians » Annexe 3 Exemple de rapport d’un stage de perfectionnement réussi en chirurgie Exemple de rapport d’un t ectionnement réussi en PAGF OF permis d’exercice au Québec.

La DAE vous a contacté et vous avez accepté de venir en aide à un collègue médecin afin d’évaluer ou d’améliorer sa compétence. Cette activité individualisée peut prendre diverses avenues et être d’une durée variable. Le principal objectif de ce

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
guide est de vous fournir les explications requises à la bonne marche de l’intervention éducative et vous aider à mener à bien votre tâche de tuteur ou de maître de stage tant dans son déroulement que dans la rédaction du rapport. Il vise également à vous informer des règlements qui sous- tendent la mise en œuvre d’interventions individualisées du système de surveillance et d’amélioration de l’exercice des médecins du Québec.

Finalement, certains articles de référence vous sont présentés fin de vous fournir des informations additionnelles. Nous vous remercions de votre collaboration et de votre aide précieuse. Bonne lecture. André Jacques, M. D. Directeur, DAE Marguerite Dupré, MD. Responsable du suivi des médecins, DAE François Goulet, M. D. Directeur adjoint, DAE Roger Ladouceur, M. D. Responsable du plan de OPC, DAE OF peut-elle être modifiée? Quelles sont démarches administratives à faire auprès de mon hôpital ou de man CLSC? Est-ce que je serai rémunéré(e)? Devrais-je rédiger un rapport au Collège et quel doit en être le contenu? Si mon rapport n’est pas positif, puis-je être poursuivi par le candidat? conseil de discipline qui, comme le comité d’inspection professionnelle, a le pouvoir de recommander l’imposition d’activités de perfectionnement. Le comité exécutif décide s’il y a lieu de donner suite aux recommandations du comité d’inspection professionnelle ou du conseil de discipline. Il voit également à l’application du Règlement sur les stages et les cours de perfectionnement pouvant être imposés aux médecins (Annexe 1) et peut, de sa propre autorité, imposer des activités de perfection-nement avec ou sans limitation d’exercice. Ce règlement s’applique principalement au médecin Voilà des exemples de questions fréquemment posées auxquelles ce guide tente de répondre.

Il a donc pour objectif de décrire le système de perfectionnement professionnel continu individualisé mis en place par le CMQ, en collaboration avec les facultés de médecine ou d aires. PAGFd OF Demandes originant du CMQ Le comité d’inspection professionnelle évalue systématiquement la qualité de l’exercice des médecins lors des visites d’établissements (environ 3000 médecins visités dans les établissements annuellement) et par des visites individuelles (150 ? 200 médecins visités par année). Il a le pouvoir de ecommander l’imposition d’activités de perfectionnement, avec ou sans limitation de l’exercice durant ces activités (voir Annexe 1). La Direction des enquêtes (syndic) fait enquête à la suite de demandes spéclfiques provenant de diverses sources.

Au terme d’une enquête, elle peut recommander à un médecin de s’engager ? effectuer des activités de perfectionnement. La Direction des enquêtes peut aussi le traduire devant a cessé d’exercer la médecine pendant une période de quatre ans ou plus; ayant exercé dans un champ d’activités médicales pendant quatre ans ou plus, déslre exercer la médecine dans un nouveau champ ‘activités médicales. un médecin spécialiste qui commence ? œuvrer hors spécialité ou dans une autre spécialité (p. ex. un chirurgien général qui exerce la médecine générale, un spécialiste en santé communautaire qui exerce la médecine générale); un médecin généraliste qui modifie son champ d’activités (p. ex. n médecin oeuvrant en cabinet qui revient à l’exercice des soins d’urgence ou auprès du malade admis en établissement de soins ai PAGF s 8 d’activités à temps complet (cinq jours/semaine) ou à temps partiel (deux à trois jours/semaine) et entrecoupées de périodes d’arrêt ou en continu. Le Collège est gouverné par un conseil d’administration de 28 membres. Il élit un comité exécutif, qui a le pouvoir du conseil d’administration entre ses seances. Une fois l’activité terminée et les objectifs éducatifs atteints, la DAE soumet le rapport de stage ou de tutorat au comité exécutif du CMQ qui autorise le médecin à reprendre son exercice ou à exercer dans un nouveau champ d’activités.

Lorsqu’il le juge nécessaire, le comité exécutif peut imposer une nouvelle activité éducative. informations ne sont pas disponibles ou incomplètes, un stage d’évaluation peut être requis. Les besoins éducatifs sont traduits et rédigés sous forme d’objectifs d’apprentissage par la DAE en collaboration avec le milieu de formation. Les besoins des candidats peuvent être regroupés ainsi : B. Demandes initiées par des démarches personnelles Certaines demandes provi PAGF 6 OF decins solutions possibles. Parmi ces solutions, il y a notamment l’incitation à la retraite, le recours au PAMQ, la limitation volontaire de l’exercice, la réorientation de l’exercice et le dépôt d’une plainte disciplinaire.

Il est parfois indiqué de faire un essai, un stage de courte durée pa xemple, pour évaluer le potentiel de réhabilitation du médecin. Vous trouverez, à l’Annexe 2, un algorithme décrivant le processus d’évaluation et d’amélioration de l’exercice des médecins ainsi que deux articles présentant les résultats de ce processus. IV. LES BESOINS ET OBJECTIFS EDUCATIFS Règle générale, les besoins éducatifs sont identifiés à partir des rapports de l’inspection professionnelle, de la Direction des enquêtes ou encore d’une entrevue orale structurée (EOS) . Lorsque les EOS : entrevue orale structurée d’une durée d’une journée, par deux médecins spécifiquement formés, ? artir de 15 à 20 situations cliniques courantes (voir Annexe 4). a correction des lacunes de la compétence d’un médecin en exercice; la remise à jour de la compétence d’un médecin qul a cessé d’exercer depuis un certain temps; l’acquisition d’une compétence nouvelle pour un médecin qui se réoriente dans un nouveau champ d’activités; l’évaluation de la compéte ecin qui 7 8 types de prescription pédagogique : A. participation à des activités formelles de développement professionnel continu (DPC); programme de lectures dirigées; tutorat de perfectionnement; stage de perfectionnement à temps partiel ou ? temps complet, volontaire ou imposé par le comité exécutif du CMQ sans limitation de l’exercice; stage imposé par le comité exécutif assujetti d’une limitation de l’exercice. articpation à des activités formelles de OPC Le CMQ en collaboration avec divers organismes agréés de développement professionnel continu tels que les bureaux de DPC des facultés de médecine, le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), a développé des cours et des ateliers pour répondre à des problèmes plus systémiques. Ces activités de roupe portent notamment sur : organisées et diffusées par des organismes agréés de formation continue tels que les bureaux de DPC des facultés de médecine, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, le CQMF et « Association des médecins de langue française du Canada.

Il y a également nombre de cours reconnus tels que 1’« Advanced Cardiac Life Support » (ACLS), 1’« Advanced Trauma Life Support » (ATLS), 1’« Advanced Pediatric Life Support » (APLS), le cours GESTA de l’Association des obstétriciensgynécologues du Canada, etc. Lectures dirigées Le programme de lectures dirigées permet à un édecin d’être guidé dans ses lectures par un collègue selon ses besoins spécifiques. Cette intervention est indiquée pour un médecin présentant des lacunes dans ses connalssances théoriques, cliniques ou pour celui qui requiert une mise à jour principalement au niveau des plans d’investigation ou de traitement. ? partir des besoins spécifiques d’un candidat, le responsable de l’intervention éducative est à même de sélectionner et de lui proposer des lectures. À intervalle de deux ou trois semaines, des rencontres d’une durée d’une à deux heures sont prévues entre le candidat et le responsable afin de vérifler ‘acquisition des connaissances et de permettre ? ce dernier de nuancer et de valider les sujets traités par des exemples. Cette intervention offre une certaine flexibilité et une souplesse dans l’apprentis anification Le tutorat de perfectionnement permet au médecin d’être guidé et aidé tant dans la rédaction des dossiers de ses patients que dans la démarche clinique, le traitement et le suivi de ses patients.

En préparation d’une rencontre avec son tuteur, le médecin choisit quelques-uns de ses dossierspatients (4 ou 5) présentant une affection ciblée afin de recevoir un « feedback » tant au niveau de la enue des dossiers que de la qualité de son exercice pour ce sujet déterminé. Ainsi, pour une rencontre où il est prévu d’aborder I’HTA. le candidat apporte quelques dossiers de patients présentant ce problème. Le tuteur peut proposer des articles de référence au besoin. Les rencontres, dune durée de deux à trois heures, sont organisées au rythme d’une rencontre par semaine ou aux deux semaines sur une période de deux à six mois. C’est habituellement le tuteur qui décide du lieu des rencontres.

Il peut opter pour que quelques unes ou toutes les rencontres se fassent dans le milieu ‘exercice du candidat (généralement son cabinet). Ceci permet au tuteur d’évaluer l’organisation générale du cabinet du médecin et de lui faire des recommandations afin d’améliorer son exercice professionnel. Le tutorat de perfectionnement est recommandé pour le médecin qui présente des lacunes au niveau des connaissances cliniques, de ses plans d’investigation ou de traitement et de la tenue des dossiers médicaux. Le tutorat a l’avantage d’offrir un apprentissage portant sur la pratique actuelle du médecin. Il ne permet pas, cependant, d’observer directement le médecin en situation clinique.