GRAMMAIRE 3eme ANNEE v0 7

GRAMMAIRE 3eme ANNEE v0 7

Grammaire 3ème année/lnalco/arabe classique/Notes de cours vo. 7 1/88 GRAMMAIRE 3ème ANNEE Ce polycopié est constitué de notes d’étudiants prises au cours des années 2003-2004, 2004-2005 et 2005-2006 ainsi que d’annales diverses. Il est complété également de notes grammaticales ou d’exemples cités par les professeurs de T. D. au cours des trois anné scolarité du D. U. L. C. Attention, ce docum contenir des or6G Sni* to View diants, il peut donc erreurs.

Il n’est pas destin tre utilis comme seul support d’apprentissage, mais plutôt conjointement à vos propres notes prises lors des ours de grammaire et de TD, et à la consultation des grammaires arabes de niveau approprié. Si vous trouvez des erreurs, les corrections sont bienvenues. Note sur la version courante (0. 7) : le fichier n’est pas complet et ne représente que le début des cours de grammaire de troisième année. 2/88 V) La phrase 29 VI. Le système verbal, la dérivation verbale, la phrase 50 62 • • • • • • • • • • • • VIII L’épithète 69 IX L’élatif . 8 VII. Le complément circonstanciel détat 3/88 l. Présentation : la langue arabe Elle s’est imposée dans le monde musulman dès le VII ème

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
siècle puisque toutes les provinces conquises par les Arabes ont adopté la langue arabe et la religion musulmane. Puis, jusqu’au XIIIème c’est une langue de statut mondial, y compris hors des frontières arabophones : elle est langue scientifique internationale. Puis les XIV ème et XVème, avec le retour aux sources grecques marque la fin de la suprématie arabe.

A partir de la chute de Constantinople et le début des ottomans la langue turque devient langue administrative (en effet, dans les provinces arabes la langue administrative était ‘ottoman), le persan une langue de culture et la langue arabe celle du Coran. Au XIXème , époque de la iste à la renaissance de la PAGF 7 OF juxtaposition des mots les uns à coté des autres. Il existe une relation de hiérarchie entre les mots, notre esprit hiérarchise car c’est la structure qui donne la cohérence. L’une des relations fondamentales est la prédication il existe des mots dont on ne peut pas se passer dans rénoncé.

L’autre est la relation de dépendance : le verbe choisit son complément qui dépend de lui syntaxiquement. 11-1 La relation de prédication Prenons la phrase « Jean mange une pomme Si on entend seulement « une pomme », on ne comprend pas. par contre si on entend « Jean mange on sait ce que cela signifie, on comprend finformation essentielle. Entre ces deux termes « Jean » et « mange », ce dont on parle et ce qu’on dit, on a une relation de prédication et on peut ensuite ajouter toutes sortes de circonstances.

La relation de prédication, ce sont les deux mots essentiels, le verbe prédicat et le mot sujet du prédicat. Prédication – sujet logique, objet du discours – relation de prédication = Prédicat = elation de dépendance Si on dit « Jean mange le complément sera quelque chose de comestible mais si on dit « Jean écrit le complément sera quelque chose ayant tralt ? l’écriture. Le verbe choisit le complément, d’où une relation de hiérarchie, le complément dépend de lui syntaxiquement : c’est une langue à cas (pour les compléments cas directs ou indirects).

Le verbe choisit aussi les circonstances puisque tout événement a un temps et un lieu. La dépendance du nom vis-à-vis du verbe est la déclinaison La déclinaison est la relation entre les mots qui changent de oyelles finales qui n’ont pas le même statut que les autres voyelles du mot : ce sont des voyelles qui dépendent du discours. Définition La déclinaison, c’est le changement de la terminaison des mots selon le changement du gouverneur – Il . La déclinaison Définition : La décllnaison est l’effet que prend le gouverneur sur la fin du mot.

En conséquence, toute déclinaison est l’effet d’un gouverneur ( ( . uwsur un élément accepte le cas indirect, c’est la majorité des noms sauf une petite partie d’entre eux J 11 (Vocabulaire: ajouter, annexer = ( Les mots sont déclinables de deux manières selon qu’ils sont déclinés par voyellisation » ( au vocalisation) au par des lettres. Mots déclinés par voyellisation Mots déclinés par des lettres Pluriel interne (brisé) Pluriel fém. externe Verbe à l’indicatif Le nom singulier Le duel Pluriel masc. xterne t*LÀki1 PAGF s OF Donc, vocalisation, ici aussi, normale (exemple avec Cas sujet Cas direct Cas indirect 6/88 111-1-1-3 le pluriel externe féminin 7/88 OF déclinés par des lettres 8/88 111-1-2-1 le duel La flexion du duel est à deux cas et se marque au cas sujet par les ettres âni direct et indirects par ayni Exemples deux enfants 01 et aux cas cas sujet cas direct et indirect Remarque : le ü n’est pas une marque de la déclinaison, la preuve est qu’il disparait en cas d’annexion. 11-1-2-2 le pluriel externe masculin 7 OF que la flexion au duel de indéfini défini par l’article annexion ui’,ti et ë , se marque toujours par un : défini 8 OF indéterminé Exemple de flexion du duel Cas direct et cas indirect 111-1-3-2 mot se terminant par s ou A la différence du cas précédent la fatha du cas direct apparait uand le mot est déterminé par l’article : Exemple : déterminé PAGF devientot:$j 111-1-3-3-3 cas du pluriel masc. ain + 1 ère pers. masc. sing. Le s se transforme en par harmonisation Mes maîtres sont venus 12/88 111-2) Les Diptotes : Définition : le nom qui n’a pas de déclinaison (est celui auquel) il n’est pas permis d’ajouter le tanwîn et il n’accepte pas le cas indirect. Eton l’appelle le nom privé de déclinaison ou le nom qui ne se décline pas aussi On dit des mots diptotes que ce sont les privés de déclinaison : lorsqu’ils sont indéfinis ils