Gouvernance economique mondiale depuis 1944

Gouvernance economique mondiale depuis 1944

La gouvernance économique mondiale depuis 1944 Avant même la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États- Unis et leurs alliés occidentaux réfléchissent à un nouvel ordre économique mondial, propre à garantir la paix en évitant les crises économiques. On est alors en effet convaincu que la crise postérieure à 1 929 a conduit à la guerre en favorisant l’émergence des régimes totalitaires. Depuis cette époque, la question d’une gouvernance économique mondiale s’est posée. Comment assurer cette gouvernance en garantissant les principes du libéralisme ?

Quels sont les acteurs de cette gouvernance ? Quel rôle pour les États et les acteurs privés ? Swp to page 1. De nouveaux princ (1944-1971) Le nouvel ordre écon • En 1944 a lieu la ca la fin de la guerre, les Sni* to View iq économie mondiale ds. Avant même ues et leurs alliés occidentaux décident d’organiser l’économie mondiale, suivant les principes de l’économiste britannique John Maynard Keynes. Suivant cette théorie, l’État doit intervenir dans la vie économique pour y injecter les sommes nécessaires afin de relancer l’économie en cas de crise.

Cette doctrine assouplit ainsi un des principes du libéralisme, qui consiste à ne pas faire intervenir l’État dans l’économie. Le président Roosevelt avait déjà

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
mis en œuvre une politique keynesienne dans les années 1930 avec le « New Deal », destiné à faire sortir le pays de la crise. • À Bretton Woods, un nouveau système monétaire est est mis en place. Puisque les États-Unis détiennent désormais les deux tiers du stock d’or mondial et que les monnaies des autres pays sont affaiblies par le coût de la guerre, seul le dollar est désormais convertlble en or, à 35 $ l’once.

Les autres monnaies sont convertibles en dollar et s’engagent à ne pas varier de plus ou moins 1 • Des institutions sont mises en place, souvent dans le cadre de l’ONU. Le Fonds monétaire international (FMI) est destiné à contrôler le respect des règles de Bretton Woods. On crée également une Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD). Du point de vue du commerce, les accords du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade) prévoient régulièrement des conférences internationales (« rounds ») pour garantir les principes du libre-échange.

Le poids des États-Unis dans la gouvernance économique mondiale • Dans ce système, les États-Unis ont un poids prépondérant. Ce sont eux qui financent principalement les différentes institutions. • Le dollar est la principale monnaie d’échange et de garde. Il permet aux Américains de peser sur le prix des matières premières et de contrôler la politique économique de certains pays. • Les États-Unis contribuent également au redressement de l’économie des pays d’Europe de l’Ouest avec le rôle de l’aide Marshall en 1947. Ceci permet de donner des débouchés à leur roduction et contribue à l’endiguement du communisme.

Une gouvernance contestée • Cette hégémonie économique américaine est néanmoins contestée. L’URSS organise la gouvernance économique de son bloc, suivant des principes différe bloc, suivant des principes différents de ceux du libéralisme. Les échanges sont organisés dans le cadre d’un marché commun appelé Comecon (ou CAEM, Conseil d’assistance économique mutuelle). • Les pays du Sud contestent également la domination économique du Nord sur le Sud. En 1964, dans le cadre de ‘ONU, ils créent la Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) pour faire valoir leurs revendications.

Au sein de cette Cnuced, 77 pays s’organisent et fondent le « groupe des 77 qui souhaite une autre gouvernance économique mondiale. • Les Européens de l’Ouest réussissent progressivement ? renégocier la parité de leur monnaie face au dollar et organisent leur propre zone de libre-échange en 1957 : la CEE (Communauté économique européenne). 2. Un système en crise (de 1971 au milieu des années 1990) La fin du système de Bretton Woods ?? En 1971, le président américain Richard Nixon décide de suspendre la convertibilité du dollar en or. En effet, la monnaie américaine a fortement perdu de sa valeur.

Cest la fin du système de Bretton Woods, ce qui risque de déstabiliser les autres monnaies. • Les États-Unis remettent ainsi en cause leur rôle d’élément stabilisateur de l’économie mondiale et semblent favoriser leurs intérêts immédiats. Le secrétaire d’État au trésor John Connolly déclare aux autres pays : « Le dollar est notre devise et votre problème. Le désengagement des États ?? À partir de 1973, le choc pétrolier est un des éléments déclencheurs d’une période de crise. Les « vingt piteuses » s choc pétrolier est un des éléments déclencheurs d’une période de crise.

Les « Vingt piteuses » succèdent aux « Trente Glorieuses . La plupart des États connaissent un déficit important. • Le FMI devient alors essentiellement un organisme international contrôlant l’économie des pays endettés, principalement ceux du Sud, les plaçant presque sous tutelle pour garantir les remboursements. • Dans les pays du Nord, l’État choisit souvent la voie du ésengagement de l’économie, s’inspirant de la doctrine économique dite « néolibérale C’est par exemple le choix de Margaret Thatcher à partir de 1979, avec un coût social important.

Nouveaux acteurs, nouveau contexte • De nouveaux types d’acteurs s’affirment à cette époque dans la gouvernance économique mondiale. Les firmes transnationales et les agences de notation, affirment leur rôle. On assiste donc à un certain effacement du rôle des États. • Avec la disparition du bloc de l’Est en 1989 et l’ouverture de la Chine à l’économie de marché à partir de 1978, le modèle libéral emble triompher dans le cadre d’une mondialisation ouverte. ?? La gouvernance économique dans le cadre de la mondialisation est cependant contestée par le mouvement altermondialiste. D’autres idées pour une gouvernance économique respectueuse de l’environnement sont élaborées, comme la notion de développement durable formulée dans le rapport Brundtland en 1987. 3. Les nouvelles voies de la gouvernance dans une économie mondialisée (du milieu des années 1990 à nos jours) Le rôle des organisations internationales • En 1995, le GATT disparait, remplacé par l’organisation m PAGF