free

free

ore Sni* to View Free Telecom Stratégie de diversification 26 Orientations de développement stratégique27 Croissance externe 28 Concluslon 29 Sources 30 Introduction Présentation générale de Free L’aventure de Free débute en avril 1999 et la société se place aujourd’hui comme le 2ème fournisseur d’accès à Internet français. Free appartient au groupe Iliad, spécialiste des télécommunications. Selon le site même de l’entreprise, le développement de l’entreprise est fondé sur le modèle d’un « Fournisseur d’accès français à Internet », adossé à un opérateur télécom.

Sa pécificité réside dans des tarifs ultra compétitifs qui s’expliquent par la maîtrise du réseau. Cette stratégie permet un contrôle complet des coûts et un positionnement très intéressant par rapport à la concurrence. Sur le plan marketing, les points forts de foffre de Free sont sa simplicité et sa lisibilité : une offre, un prix, une technologie et non une multitude de packages. La communication est ainsi beaucoup plus claire que la concurrence.

De plus, l’entreprise pour conserver une compétitivité constante malgré un prix stable propose sans cesse des innovations prometteuses et se place omme leader dans le domaine des nouvelles applications. La course aux innovations Elle en dresse même la liste sur www. free. fr le portail de l’entreprise

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
. 10/2002 Free, 1er opérat PAGF 43 ir lancé : Un forfait 07/2004 Les fonctions routeur et Wifi intégrés à son modem Freebox 10/2004 1’ADSL2+ 01 /2005 Un accès haut débit jusqu’à 20 Mbit/s 04/2005 un accès ADSL sans devoir disposer d’un abonnement téléphonique 06/2005 Une solution médiacenter : le Freeplayer Le son Dolby 5. sur la télévislon par ADSL une offre de READSL à ceux jusqu’à présent non éligible à l’ADSL Une offre bas débit gratuite en attendant l’ADSL 09/2005 Une mesure d’audience en instantané 11/2005 Un accès haut débit jusqu’à 24 Mbit/s 12/2005 Les communications gratuites vers 14 destinations internationales Si les premières innovations étaient tournées vers la simple connexion à Internet et la course aux débits, on constate que depuis plus de deux ans ce n’est plus le cas. En effet obtenir un haut débit n’est pas une fin en soit, mais un moyen. II permet de faire arriver chez l’abonné du contenu et des services.

Free l’avait compris dès le début et cela lui a donné une avance considérable. Dans la pratique c’est la Freebox qui représente le mieux ce condensé d’innovations. En effet, alors que tous les FAI se contentaient de fournir un simple modem à leurs nouveaux abonnés, Free a mis au point un véritable condensé de technologies qui est relié non seulement à l’ordinateur mais aussi au téléphone et à la télévision ce qui en fait une plateforme out fournit aux abonnés communicante presque u PAGF OF Free toujours aussi attractive sans baisse de tarifs, mais il est aussi composé de services payants.

Le meilleur exemple de cette évolution est la télévision. Un abonné Free qui bénéficie ‘un suffisamment bon débit peut en branchant sa Freebox à sa télévision obtenir plus de 100 chaînes gratuitement. Il peut aussi commander des films à la séance (VOD, Video on demand) ou s’abonner à des chaînes payantes, ce qui constituent des services à forte marge pour Free.

Problématique Comment la société Free s’est-elle imposée en 7 ans comme le deuxième fournisseur d’accès à Internet français ? l. Un marché en pleine évolution Une course à Pinnovation Les aspects technologiques une bonne maîtrise de la technologie mais aussi de la capacité ? innover sont des facteurs clés de succès sur le marché des FAI.

En effet il ne suffit plus de pouvoir proposer un accès Internet haut débit, l’enjeu de demain est, telle que Free la désigne elle-même comme « La convergence Multimédia La principale technologie sur laquelle les FAI tels que Free s’appuient pour le transfert de données est avant tout l’ADSL (Asymmetric Digital Suscriber Line), technologie qui a révolutionné le monde des télécommunications car il permet avec des lignes téléphoniques standards d’augmenter le débit de données transitant sur ces dernières.

Cette technologie a aussi permis l’explosion de la téléphoni r IP et ce souvent sans PAGF 3 t de 2Mhz pour l’ADSL 2+. Bien évidemment le WiFi (Wireless Fidelity) est aussi la technologie qui a révolutionné le marché jusqu’à devenir un must have et explique en grande partie le succès des « Box » des multiples opérateurs. D’une portée pratique dans les 30 mètres, une borne Wifi ou les « Box » des FAI qui ont entre autre la caractéristique de servir de bornes, permet à des ordinateurs ou autres matériels disposant d’un récepteur idoine d’accéder au réseau sans utiliser de câblage.

Ainsi il est possible de relier son ordinateur à Internet via ce biais, mais aussi de connecter tout le atériel multimédia sans fil avec pour seul contrainte d’être dans la zone couverte par la borne. Ainsi il est possible de relier une imprimante, un téléviseur, un PDA et même certaines consoles de Les nouvelles technologies concernant le sans fil sont aujourd’hui le Wimax (Worldwide Interoperability for Microwave Access), sorte de Wifi amélioré pouvant couvrir plusieurs kilomètres et le MiMo (Multiple Input Multiple Output) procédé permettant d’améliorer le Wifi standard.

Alors que le Wifi voyait son rayon d’action diminué par les obstacles tels que les murs, le Mimo les utilise pour augmenter sa portée et son débit. Les aspects économiques Sur un marché en forte croissance, les aspects économiques ne peuvent être que favorables aux FAI sachant surfer sur la vague. L’informatique et le Web Haut Débit se démocratise, de plus en plus de foyers en sont équipés, d’autant plus que les prestations offertes par les FAI se limitent de mons en moins à l’accès ? Internet.

De cette façon, acquérir un ordinateur et un abonnement haut débit permet de satisfaire une luralité de dem PAGF S façon, acquérir un ordinateur et un abonnement haut débit permet de satisfaire une pluralité de demandes : par exemple au ein d’un foyer type de la classe moyenne, on imagine facilement monsieur les chaines sports, les enfants jouer sur Internet et madame regarder des films à la demande ou appeler sans compter sa mère ou ses amies.

Tout comme la télévision le fût en son temps, l’ordinateur est devenu un élément central du foyer familial mais le potentiel de client reste énorme. L’ensemble du marché compte près de g millions d’abonnés au Net, dont sont encore chez l’opérateur historique. Il reste donc des parts à prendre tant du fait de la croissance du marché en lui-même que des clients encore acquis ? l’opérateur historique et aux autres concurrents.

De plus la plupart des FAI font partie de grands groupes orientés sur la téléphonie fixe, mobile mais aussi sur les renseignements téléphoniques (les numéros en 118 XXX) Les aspects politiques Le marché des télécommunications, autrefois assuré par France Télécom, alors entreprise appartenant en totalité à l’Etat, n’aurait pu s’ouvrir à la concurrence sans l’intervention de l’Etat et de son autorité de régulation des télécommunications, FART, aujourd’hui connue sous le nom de ARCEP (Autorité de Régulation des

Communications Electroniques et des Postes). Apparue en 1997 et ayant subit un changement de nom depuis 2005, cet organisme dispose d’un pouvoir de contrôle, d’octroi de licence et de sanctlon à l’égard des différents opérateurs. Les aspects sociaux 6 3 à rapprocher des aspects économiques dans la mesure ou les marchés de Finformatique, du multimédia, de la téléphonie et de l’Internet suivent une même courbe de croissance et de plus en plus se confondent. L’informatique est aujourd’hui rentrée dans les mœurs et les habitudes de travail.

La consultation de contenu média en ligne, a téléphonie sur IP, le téléchargement, le chat via Messenger, la création de sites Internet et de blogs sont autant de nouvelles façons de communiquer qui touchent tout un chacun et non plus les seuls utilisateurs chevronnés de technologie dernier cri. Les aspects égaux Les aspects légaux sont assez liés aux aspects politiques dans la mesure où le marché était encore, avant 1997, un service public d’Etat et non pas un marché, dans la mesure ou aucun concurrent n’existait à cette époque.

Organisé autour de 7 membres dirigeant 7 pôles traitant des aspects différents de ce marché, ‘ARCEP compte aujourd’hui prêt de 150 personnes et fait partle de l’IRGlS, qui est un regroupement des autorités équivalentes des opérateurs des autres pays membres de l’Union. Comme nous l’avons dit, l’ART et les différentes décisions qu’elle a prises ont changé cet état de faits.

Elle a permis aux concurrents de l’opérateur historiques de s’implanter avec une série de mesures assez simples consistant à obliger France Télécom ? autoriser l’exploitation contre rémunération de son réseau par ses concurrents, ou encore finterdiction pour France Télécom de baisser ces prix en dessous de celui des nouveaux entrants e l’époque, sous risque d’être qualifier d’abus de situation dominante. Les 5+1 7 3 nouveaux entrants de l’époque, sous risque d’être qualifier d’abus de situation dominante. Les 5+1 forces de porter Les fournisseurs Les fournisseurs sont de deux types pour un FAI non historique tel que Free.

Tout d’abord, Free ne dispose d’un réseau en propre que sur une partie du territoire français. Cette partie ne recouvre bien évidemment pas Fensemble de ses abonnés. Free tout comme les autres FAI doit donc payer et acheter de la bande passante ? France Télécom pour le fait d’utiliser son réseau. Etant donné a épartition de la clientèle actuelle mais surtout de la clientèle ? venir (de nombreux territoires ruraux ayant chaque jour accès ? Internet), il y a fort à parier que développer un réseau en propre sur ses zones où la densité est assez faible ne sera pas possible et surtout pas rentable.

Pour autant, il n’est question pour aucun FAI de délaisser ces clients, c’est pourquoi France Télécom restera un fournisseur inévitable. Le second type de fournisseur se compose des fournisseurs de matériels informatiques nécessaires aux FAI : fabricants de fibre optique pour déployer son réseau, divers prestataire du milieu es télécoms, constructeurs de hardware pour les senreurs et autres matériels informatiques. Ces fournisseurs n’ont jusqu’ici pas été un obstacle à l’expansion de Free.

Les clients Les clients son évidemment les arbitres finaux de qui se développe ou non sur ce ients exercent sans sont de plus en plus critiques et de plus en plus avides de partager leur avis, en bien ou en mal sur les FAI. Bien que peu volatiles, car les clients sont souvent engagés sur des durées de 12 à 24 mois ou moins mais avec des frais de désabonnement, l’acquisition de nouveaux clients est au moins aussi dur que de les garder. Il s’agit donc de savoir approcher le client par tous les mayens possibles, publicité, forums, publicité, buzz, etc…

Les clients de plus en plus organisés et guidés par les associations de consommateurs n’hésitent pas à porter plainte si le service rendus ne les satlsfaits pas. pour autant on remarque que les clients, avec la baisse des prix sont devenus plus ouverts et patients envers les petites pannes. Il semble donc que les clients les plus ouverts sur les nouvelles technologies sont prêts à payer le prix de Pinnovation, mais sont aussi très offensif en cas de panne sévère. Les nouveaux entrants Les nouveaux entrants à l’heure actuelle ne présente pas encore de menace sérieuse.

Bien que TF1 et Darty semblent vouloir tenter l’aventure, les FAI présents au jour d’aujourd’hui sont les mêmes depuis quelques années, à la disparition et la fusion de certains prêts. De plus, l’ARCEP constitue une barrière à l’entrée légale de part l’octroi de licence dont elle reste la seule compétente. Les produits de substitution plutôt rares. On pourrait considérer le câble comme une alternative, mais cette technologie est en baisse de régime et le marché est presque entièrement accaparé à OPC Noos, qui appartient à Ypso

Holding qui a déjà racheté les autres cablô-opérateurs français tels que France Télécom Câble et NC Numéricable. Cependant la non présence des FAI sur cette technologie ne plaide pas pour l’avenir des plus incertains de ce support. Les concurrents (du même groupe stratégique) Les concurrents, à l’instar des clients, exercent une pression au moins autant importante sur Free. Les concurrents de Free sont essentiellement : 1 . France Télécom, opérateur historique détenant encore la moitie du marché 2. Neuf Cegetel, concurrent venant d’être dépassé en nombre abonné et représentant du marché contre pour Free 3.

AOL reconnu pour sa qualité mais en perte de vitesse 4. Alice, de Telecom Italia (regroupe les ex Liberty Surf et Tiscali) 5. Club Internet Ces concurrents exercent à la fois une guerre sur les prix mais aussi sur la qualité qui sont les domaines d’excellence de AO et France Télécom, Free étant plus volontiers comparés à Neuf Cegetel tant en terme de taille que de services. La concurrence s’exerce bien évidemment sur les prix, mais aussi sur la palette de services offerts et accessibles depuis la « Box » de chaque opérateur. Les Free le premier n’hésitent