Francis ponge

Francis ponge

L’ASSEMBLEE NATIONALE, Un roi langlois Avant-propos Ils sont nombreux les poètes qui à travers la poésie ont voulu offrir des productions et des œuvres marquées par le lyrisme et tous les sentiments de l’amour et de la Joie. En revanche, il ya d’autres qui ont cherché à casser cette règle et cette idée d’une poésie conventionnelle. Francis Ponge; poète de XXe siècle, nous présente un de ses œuvres remarquables « Le Parti Pris des Choses » 1942.

Dans ce recueil, Ponge réinvité la poésie à travers son jeu sur les mots Le Parti Pris des Choses est un témoignage de son refus pour les formes traditionnelles et sa valorisation pour des objets courants Il s’inspire des deux modèles littéraires; la leçon des choses et la Fable. Son œuvre est une réflexion de la fable traditionnelle: « L’œuvre de Francis Ponge est inspirée par le modèle de la Fable traditionnelle, mais une fable dont la leçon passe de l’ordre moral à l’ordre poétique. (1) Francis Ponge cherche toujours à dissocier les choses et à les rendre singulières et d’une qualité différentielle: La poésie de Ponge, c’est l’essence de ce qu’on avait »oublié: un cageot, une huître, ou une bougie. L’auteur avoue un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
objectif ;faire du Parti Pris des Choses un osmogonie construit sur la nature divisée en trois règnes: minéral- végétal-et animal dont les IS construit sur la nature divisée en trois règnes: minéral- végétal-et animal dont les choses seraient les réalités (2) La poésie de Ponge n’est ni dans les mots ni dans les choses, elle se trouve entre les mots et les choses.

Chez mais deviennent un prétexte et un sujet Ponge, les choses s’exprimer. Ponge choisit les objets qui appartiennent au quotidien le plus ordinaire: le pain (l’exemple qu’on va étudier dans notre recherche)- l’orange-un morceau de viande-le savon-le ageot. … etc. Dans ce cadre, Ponge ancre les poèmes dans un concert charnel où le plaisir de l’odorat du goût de toucher est convoque. Le Pain est un poème en prose publié pour la première fois dans Le parti Pris des Choses en 1942, manifeste mieux que tout autre texte peut-être.

Mais, Ponge a cherché dans son recueil de plusieurs objets qui deviennent la matière de son poétique. On est dans un monde des mots. Le projet du Parti Pris des Choses reflète la démarche poétique de Francis Ponge et il devient le poète des réalités familières. Il donne voie aux choses muettes . Nous le voyons dans Le Savon représente Le Savon à la fois objet esthétique et pratique. C’est un objet de contemplation et qu’on manipule. Un objet qui mène le poète à explorer le langage. contemplation et qu’on manipule.

Dans l’Orange, on trouve des vers cachés dans son poème en prose. II décrit les cellules éclatées de l’orange et il parle de ses tissus qui se sont déchirés. ‘éponge a sa place dans son recueil. L’éponge n’est que muscle remplit de vent ou d’eau sale ou propre. L’huître de la grosseur d’un galet moyen. Ponge le considère un monde opiniâtrement clos.. Ponge veut nous dire que le poème est comme contient une « perle » ‘huitre ,dlfficile à ouvrir, mais elle Le cageot ; qui est une simple caissette à claire 4’0ie vouée au transport de ces fruits.

Le poète personnifie le cageot et souffre ses souffrances: all ya une personnification symbolique, le cageot est personnifié et le poète souffre avec lui . »(3) Le mimosa, sur fond d’azur: comme un personnage de la comédie italienne. Ponge lui donne un caractère d’une naiVe gloriole vite découragé. Le poète utilise l’idée du comédien . Ainsi, la poésie de Ponge est considérée comme la plus loignée de toute subjectivité et l’objet devient vraiment un » ob- 4 OF IS subjectivité et l’objet devient vraiment un » ob-jeu ».

Le pain « La surface du pain est merveilleuse d’abord à cause de cette impression quasi panoramique qu’elle donne : comme si l’on avait à sa disposition sous la main les Alpes Taurus ou la Cordillère des Andes . Ainsi donc une masse amorphe en train d’éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s’est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la umière avec application couche ses feux,-sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente.

Ce lâche et froid sous-sol que l’on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la foi. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation. Francis Ponge, Le parti —pris des choses, 1942,Gallimard,1942,p. 39 Introduction 1-1 La nouveauté dans la littérature se produit de grands événements olitiques ou économiques. Faisant parti de ces événements, la guerre incite les écrivains à trouver de nouveaux moyens d’expression.

Ils éprouvent la nécessité de changement comme une réaction cont ‘œuvre de Francis «Ponge, en revanche, qui se voulait moins poète que savant, et désirait s’il était possible fonder «une science» dont la matière serait les impressions esthétiques», visera ce qu’il y a de singulier dans la chose, tout en adaptant une attitude scientifique: « Je suis de plus en plus convaincu que mon affaire est plus scientifique que poétique » » (4) Ils sont beaucoup les philosophes et les poètes qui classifient Ponge comme un homme entre les choses et les mots.

Henri Maldiney, un philosophe, le situe dans ce cadre «Le mutisme des objets de la nature -chose ou être silencieux – constitue pour le poète une supplication et un défi. » (5) Francis Ponge avec son entreprise invente de nouvelles formes de penser. Il travaille sur le pourquoi et le secret des choses il consacre son activité poétique pour la réalité des choses. Ce serait le sujet de ses écrits dans la vie. Il nous invite à jouer les choses simples de la vie sans attendre. Le pain, est un regard particulier et nouveau sur le monde qui nous entoure.

C’est un poème en prose qui met le pain en pleine lumière. Cest une vision pour des choses et de ses propres états. On voit souvent en lui le collectionneur des objets et l’amateur des vocables dans ses descriptions les plus objectives et ses jeux de mots les plus gratuits: «l_’on ne me connaîtra que par mes panoplies» notait Ponge en 1928» (6) 6 OF IS Le Pain reflète le point de vue de son art et la connexion poétique selon lui entre l’objet et l’art poétique: «Oui, seul l’artiste alors sait s’y prendre . II cesse de regarder, tire au but.

L’objet, certes, accuse le coup. La vérité se renvoie, indemne . La métamorphose a eu lieu. » (7) Nous allons voir, dans Le Pain, que Ponge nous montre que le rapport de l’homme à l’objet n’est du tout seulement de possession ou d’usage . ll va plus loin que cette explication: «Les objets sont en dehors de l’âme, bien sûr, pourtant, ils sont aussi notre plomb dans la tête. Il s’agit d’un rapport à l’accusatif. Notre âme est transitive.  » (8) Donc, Ponge voit qu’il faut choisir des objets véritables, objectant indéfiniment à nos désirs.