FrA

Familiale La banalité de la guerre Parmi les éléments habituels (tricot, affaires), se glisse une activité différente, la guerre. La manière dont elle est intégrée au contexte fait qu’elle est représentée comme aussi banale que le reste. Le mot «guerre» est complément du verbe «faire» ( comme tricot & affaires) La mère est associée au tricot, le père aux affaires et le fils à la guerre — Dans la répartition des occupations, la guerre occupe la même place que les 2 autres occupations anodines. La banalisation de la rs le jugement qui est porté sur elle par milaire le verbe « rouver » suivi du co but.

Attribut « naturel La répétition de « tra c une variation du sujet, insiste sur l’aspet normal d’une activité qui ne choque personne. La mort L’apparition du mot « vie » comme sujet du verbe « conti Swipe Lo nexL page continuer » atténue l’image de la mort, au vers 18. Expression « la vie continue » = La vie suit son cours, elle évolue comme prévue. Absence de sentiments Le poème ne contient absolument aucun terme faisant référence à un quelconque sentiment. Les parents portent des jugements ( répétition du verbe trouver) mais n’éprouvent rien. Aucune

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sensibilité.

Les 4 derniers vers Effet d’accumulation — se concentre sur les termes qui définissent la vie banale et monotome : les termes se suivent pour former le contenu désespérant de la vie. Le poème se terme du le mot « cimetière qui est associé à la vie souligne l’acceptation passive et résignée d’une situation dont personne ne s’indigne. La monotomie du poème La pauvreté voulue du vocabulaire, ajoutée aux familiarités d’expression « ça » ) et au manque d’originalité des actions, attire l’attention du lecteur sur un processus de banalisation de la guerre