finance

finance

FRS : Les normes internationales d’information financière, plus connues au sein de la profession comptable et financière sous leur nom anglais de International Financial Reporting Standards ou IFRS sont des normes comptables, élaborées par le Bureau des standards comptables internationaux (International Accounting Standards Baard ou IASB en anglais) destinées aux entreprlses cotées ou faisant appel à des investisseurs afin d’harmoniser la présentation et la clarté de leurs états financiers.

L’un des principes de ces normes reste : L’évaluation à la juste valeur des actifs et passifs. La primauté de la substance sur la forme L’approche prioritairement bilancielle La prise en compte p Le principe de prude pertinence L’absence de textes s La moindre reconnai or 17 Sni* to View l’investisseur, e neutralité et de d’activité, d’intention, La place plus importante qu’occupe l’interpr tation dans l’application des normes. L’information comptable doit être : Intelligible, Pertinente, d’une importance relative et très fiable.

Levée de fonds (capital investissement) : Le capital investissement consiste en une prise de participation en capital dans des entreprises généralement non cotées afin de eur procurer des financements que les fondateurs, actionnaires, porteurs de parts ne peuvent fournir. Types de capital investissement : 1 . Capital d’amorçage : les investisseurs, le plus

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
souvent des personnes physiques, apportent du capital, ainsi que leurs réseaux et expériences à des projets entr entrepreneuriaux qui n’en sont encore qu’au stade de la Recherche et Développement.

L’objectif de cette phase, très risquée sur le plan financier, est de finaliser le développement d’une technologie sous la forme de prototype permettant de valider la réussite du pari technologique, et de commencer ? ester l’existence d’un marché. La signature d’un premier client assure la transition au stade du capital risque. 2. Capital-risque : les investisseurs en capital-risque apportent du capital, ainsi que leurs réseaux et expériences à la création et aux premiers stades de développement d’entreprises innovantes ? fort potentiel. . Capital-développement : le capital-développement concerne des entreprlses qui ont franchi le stade du capital risque, et donc validé le potentiel de leur marché, et qui ont besoin de financements additionnels pour supporter et accélérer leur roissance; soit leur croissance interne (financement de leur besoin en fonds de roulement), soit leur croissance externe (acquisitions). 4.

Capital-transmission (LBO): c’est des opérations d’acquisition par emprunt consistent à acquérir la totalité du capital d’une société rentable, évoluant généralement sur un marche mûr, par une combinaison de capitaux et de financements bancaires (dette structurée). 5. Capital-retournement : les investisseurs en capital- retournement acquièrent généralement la totalité (voire une part majoritaire) du capital d’une société en difficulté, puis y injectent es ressources financières permettant la mise en œuvre d’un plan de redressement.

Private equiry’ : Le terme anglais private equity désigne les titres financiers de sociétés (notamment les actions pour les sociétés de PAG » 7 equity désigne les titres financiers de sociétés (notamment les actions pour les sociétés de capitaux, ou les parts sociales pour les sociétés de personnes) qui ne sont pas cotées sur un marché, par opposition à public equity, qui désigne des titres qui ont fait l’objet de procédures de cotation publique sur un marché.

Actif économique : L’actif économique de l’entreprise est la omme de ses actifs immobilisés et de son besoin en fonds de roulement (d’exploitation et hors exploitation) c’est ce dont elle a besoin pour tourner. II est donc égal à la somme des encours nets engagés par l’entreprise dans les cycles d’exploitation et d’investissement. II est également désigné sous les noms de capitaux investis ou fonds opérationnels engagés. Il est financé par les capitaux propres et l’endettement net.

Actif net comptable corrigé : L ‘actif net comptable corrigé correspond aux capitaux propres comptables de la société desquels sont retranchés un certain nombre de non valeurs : frais ‘établissement, , etc majorés des éventuelles plus values sur les actifs de l’entreprise. Actif net : L’actif net est une notion comptable, obtenue en soustrayant de l’ensemble des actifs de l’entreprise l’ensemble de ses dettes actuelles ou potentielles. L’actif net est synonyme de capitaux propres comptables. Actif net réévalué ANR, tout comme l’actif net, donne la valeur des capitaux propres de l’entreprise.

Cependant, ces capitaux propres sont estimés à leur valeur de marché et non à leur valeur comptable qui a peu d’intérêt. Cette valeur de marché s’obtient ar la différence entre les actifs et les dettes de l’entreprise. Actif sans risque : Par définition, l’actif sans risque a actifs et les dettes de l’entreprise. Actif sans risque : Par définition, l’actif sans risque a des flux certains car son émetteur ne peut pas faire faillite (un Etat solvable). Il se caractérise donc par une rentabilité certaine : le taux de l’argent sans risque (rn, dont l’écart-type est nul.

Ce taux est fondamental car il sert de base à la détermination de la rentabilité exigée de tout titre financier. Action à bons de souscription d’actions (ABSA) : L’action à bons de ouscription d’actions est un titre hybride composé d’une action classique et d’une ou plusieurs options de souscription d’actions nouvelles (le bon de souscription) ou d’achat d’actions (le bon d’acquisition). Dès l’émission, les deux titres sont scindés et cotés séparément. La durée de validité et les conditions d’achat de l’option sont fixées à l’avance.

Action à dividende prioritaire : Une action à dividende prioritaire fait partie de la catégorie des actions dites de préférence (titre hybride) et offre au détenteur de ce type d’action l’assurance que e dividende lui sera versé de manière prioritaire, si l’entreprise dégage suffisamment de résultat ou dispose de suffisamment de réserves pour cela. Cet avantage est parfois donné en échange de la suppression du droit de vote. Actualisation : L’actualisation consiste à déterminer la valeur d’aujourd’hui de flux qui se produiront dans le futur : elle est donc l’inverse de la capitalisation.

Elle permet de comparer des sommes reçues ou versées à des dates différentes. calculer la valeur des flux à une date donnée à l’aide d’un taux d’actualisation Capitalisation : pour calculer la valeur future dune somme ctuelle Ces deux méthode 13 Capitalisation . Pour calculer la valeur future d’une somme Ces deux méthodes calculent en réalité la même chose – la valeur ajoutée d’un projet d’investissement – à une période différente : Au début du projet pour l’actualisation, à la fin du projet pour la capitalisation. ?valuation par le DDM (Dividend Discounted Model) Son approche est très simple : il prend comme principe que la valeur d’une action aujourd’hui est égale à ce qu’elle va rapporter dans le futur (la somme des dividendes actualisés). Administrateur : Les administrateurs sont élus par l’assemblée énérale des actionnaires et forment au sein de l’entreprise le conseil d’administration. Celui-ci est en charge de définir et de mettre en place la gouvernance de l’entreprise.

La fonction d’administrateur est encadrée par un ensemble de règles strictes (rémunérations, cumul des mandats… ). L’amortissement comptable d’un investissement est Pétalement de son coût sur sa durée d’utilisation. Cpne : L’actif économique correspond souvent à factif net comptable corrigé d’exploitation (ANCCE) ou à la valeur substantielle brute (VSB) ou aux capitaux permanents nécessaires à l’exploitation (CPNE).

Actif économique Asymétrie d’information : L’asymétrie de l’information, qui est entre autres à la base de la théorie des signaux, correspond ? l’idée que la même information n’est pas partagée par tous (ainsi, les dirigeants d’une société peuvent disposer de renseignements que n’ont pas les investisseurs) et que même si c’était le cas, la même information ne serait pas perçue de la même manière. Il n’est donc pas raisonnable de croire ue l’information est à tout instant équitablement pa Il n’est donc pas raisonnable de croire que l’information est à tout instant équitablement partagée.

Appel public à l’épargne : Ily a appel public à l’épargne en cas de négociation d’un titre (action, obligation, … ) sur un marché réglementé (Eurolist) ou en cas d’émission ou de cession de titres dans le public en ayant recours à la publicité, au démarchage, ? des établissements de crédit ou à des prestataires de services d’investissement. Les amortissements sont la constatation d’un amoindrissement de la valeur d’un élément d’actif résultant de l’usage, du temps ou de l’évolution des techniques, ou de toutes autre cause. Amortissements linéaires .

L’amortissement linéaire suppose ue les charges d’amortissement sont réparties par fractions annuelles égales sur toute la durée de vie théorique du bien. Amortissement dérogatoire : on appelle amortissement dérogatoire la fraction de l’amortissement qui ne correspond pas à la constatation d’une perte de valeur normale d’un actif due à son utilisation, mais qui est constatée comptablement pour bénéficier d’un avantage fiscal. Cela peut ainsi être l’écart entre l’amortissement dégressif et l’amortissement linéaire. Amortissement d’un emprunt : On appelle amortissement d’un emprunt son remboursement.

Les principales modalités ‘amortissement d’un emprunt sont : le remboursement in fine ( tout le capital est remboursé en bloc à l’échéance), le remboursement par tranches (ou séries) égales, appelé aussi amortissement constant, et le remboursement par annuités constantes ( en intérêts et capital). Amortissements dégressifs : L’amortissement dégressif est un système permettant un amortissement annuel calculé de manière L’amortissement dégressif est un système permettant un amortissement annuel calculé de manière dégressive ou décroissante, en appliquant un taux fixe à la valeur restant ? amortlr ou valeur résiduelle

Camortissement dégressif repose sur l’utilisation d’une progression géométrique décroissante qui revient à amortir plus les premières années et moins les années suivantes. Bon du Trésor : Emprunt émis par l’Etat par l’intermédiaire de son bras (le Trésor public). La plupart de temps ces Bons du résor sont négociables et on parle alors de Bons du Trésor Négociables (BTN). Business Angels : Souvent anciens dirigeants et actionnaires d’entreprises, les Business Angels investissent quelques dizaines ou centaines de milliers d’euros, apportent leurs conseils et aident par leurs relations des entreprises en phase de émarrage.

Bâle 2 ou Bâle Il ou Basel Il : Les accords de Bâle Il ont été signés en 2004 par les gouverneurs des banques centrales du comité de Bâle pour fixer la réglementation bancaire. Ils proposent un certain nombre de normes prudentielles pour limiter les risques bancaires comme le risque de crédit ou de contrepartie, en jouant sur les exigences de capitaux propres. En particulier, ils proposent la mise en place du ratio McDonough, qui limite le montant des prêts accordés en fonction du niveau des capitaux propres et du risque des prêts. Elles sont entrées pleinement en vigueur au 1 er janvier 2008. risq de marché 5%, crédit 85% ; opérationnel Modèle de Bates : Le modèle de Bates met en relation le PER actuel d’un titre avec son PER futur dans n années compte tenu d’un taux de croissance des BPA, du taux de distribution pendant cette période PAGF70F17 années compte tenu d’un taux de croissance des BPA, du taux de distribution pendant cette période et du taux de rentabilité exigé par l’actionnaire. Bénéfice par action (BPA) : Le bénéfice par action traduit l’enrichissement théorique, d’un actionnaire détenant une action, au cours d’un exercice.

Le bénéfice net est en effet la part evenant aux actionnaires de la richesse créée par l’entreprise pendant ce même exercice. Bêta : risque du titre par rapport au marché. Besoin en fonds de roulement : excédent de l’ac par rapport au PC. permet de connaitre les besoins financiers pr assurer le fonctionnement normal de lese en finançant son cycle d’exploitation. Le BFR d’exploitation représente le solde des emplois et des ressources d’exploitation (soit en simplifiant : stocks + clients fournisseurs).

Il correspond à l’argent gelé par l’entreprise pour financer son cycle d’exploitation (ou sécrété par celui-ci lorsque ce BFR est égatif). BFRHE correspond à la différence entre le Besoins hors exploitation et les Ressources financières hors exploitation Les besoins hors exploitation comprennent les actifs circulant n’ayant pas de lien direct avec l’exploitation et qui ne peuvent pas être considérés comme de la trésorerie (prêts au personnel ou aux filiales, avances consenties à des fournisseurs d’immobilisations).

On lui ajoute les charges constatées d’avance et qui ne sont pas affectées à l’exploitation. Les ressources hors exploitation prennent en compte les moyens mis à la disposition de l’entreprise sans lien direct avec ‘exploitation normale (dettes non financières telles que les dettes sur immobilisations, le solde de l’impôt sur les sociétés, le mon PAGF financières telles que les dettes sur immobilisations, le solde de l’impôt sur les sociétés, le montant des dividendes à distribuer… ). On lui ajoute les produits constatés davance qui ne sont pas affectés à l’exploitation.

Capital souscrit non appelé : Le capital souscrit non appelé (ou le capital non libéré) correspond à une partie du capital qui si elle a bien été souscrite par des actionnaires n’a pas encore été versée. En termes de solvabilité, ce capital est une non-valeur pour l’entreprise qui doit donc être retranché des capitaux propres lors de l’analyse financière de la societé. Cash flow : Un flux de trésorerie est la différence des encaissements (recettes) et des décaissements (dépenses) engendrés par l’activité d’une organisatlon.

Contrairement à la capacité d’autofinancement (CAF, cash-earnings) qui est constituée à partir de flux de fonds ne tenant pas compte des décalages de trésorerie. Change à terme : Le change à terme permet de vendre ou d’acheter aujourd’hui des devises disponibles ultérieurement. Le cours à terme, utilisé pour ces transactions est issu du cours comptant et d’un différentiel entre le taux d’intérêt de la devise étrangère et le taux d’intérêt de la devise de référence sur la durée de l’opération.

Choix d’investissement : Les principaux critères de choix d’investissement la valeur actuelle nette (VAN) qui mesure la création de valeur engendrée par l’investissement et le taux de rentabilité interne (TRI) qui donne le taux de rentabilité actuariel de l’invstissement. Coefficient d’actualisation : Le coefficient d’actualisation permet e transformer la valeur d’un flux futur en sa valeur d’auourd’hui. Soit t le taux d’actualisati transformer la valeur d’un flux futur en sa valeur d’aujourd’hui.

Soit t le taux d’actualisation et n le nombre de périodes, le coefficient d’actualisation vaut 1/(1 + t)An. Il est toujours inférieur à 1 car les taux d’actualisatlon sont toujours positifs. Commanditaire : Les commanditaires sont les associés d’une société en commandite par actions dont la responsabilité est limitée au montant des apports. Commandité(s) : seuls habilités à devenir gérants de la société. Responsables indéfiniment et solidairement.

Cotation au pied de coupon Commandite par actions : La société en commandite par actions permet une dissoclation complète de la gestion et de la détention du capital dans l’entreprise. En effet, la SCA est une société dont le capital est divisé en actions, mais qui comprend deux catégories d’associés : Plusieurs commanditaires qui ont la qualité d’actionnaires et dont la responsabilité est limitée au montant de leurs apports (la SCA est comparable à une SA de ce point de vue); Un ou plusieurs commandité(s) qui répondent solidairement et indéfiniment des dettes sociales.

C’est parmi eux que sont choisis généralement le ou les gérants de la société, les actionnalres simplement commanditaires ne pouvant devenir gérants. Conglomérats : Les conglomérats sont des groupes industriels fortement diversifiés comme General Electric, Bouygues, Corridor : On appelle corridor la combinaison de l’achat d’un cap (Le cap (qui signifie plafond) est une option sur taux d’intérêt qui permet à un emprunteur de se fixer un taux d’intérêt plafond au- delà duquel il juge le coût d un emprunt prohibitif et recevra le différentiel entre le taux du marché et le tau 17