Fiche révision

Fiche révision

LA. 5 La scène d’exposition du Misanthrope, Le Misanthrope de Molière, 1666 Molière : avant de connaître le succès, a longuement écumé les routes de provinces avec sa troupe avant de revenir s’installer à Paris et de connaître enfin le succès. Jabord protégé du frère du Roi, Molière devient ensuite l’organisateur officiel des divertissements de Louis XIV pour lequel il imagine des journées entières de divertissements mêlant le théâtre et la musique.

Il collabore avec Lully, le musicien du Roi pour imaginer des comédiesballets comme Le Bourgeoisgentilhomme. Dans ces pièces, Molière met es stigmatisant ce org personnages ridicule et Sni* to View Misanthrope, Molièr d’Alceste, un gentilh de prôner la franchise dans toutes les des hommes en ans Le vérité au point situations, au point qu’il déclare préférer s’exiler dans un désert que de continuer à côtoyer l’être humain. Notre extrait est une partie de la scène d’exposition qui oppose Alceste à Philinte.

Alceste reproche ici à son ami d’accorder trop facilement son amitié. Nou s verrons comment est mis en scène le conflit entre les deux hommes. Tou Swipe to View next page Tout d’abord nous analyserons la thèse d’Alceste avant de ous intéresser à celle de Philinte pour finir par montrer

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’opposition de caractère entre les deux personnages. l. La thèse d’Alceste Axes : Il. La thèse de Philinte a) L’idéal moral d’Alceste Thèse d’Alceste : être honnête en toutes circonstances, toute vérit é est bonne à dire {L. , 2} On a le champ lexical de la « franchise » présent assez souvent da ns le texte {L 1, 2, 33 à 46} ‘idéal d’Alceste est résumé par plusieurs expressions tel que : « honnête homme » et « homme d’honneur {L 1, 14} à L’idéal de l’honnête homme du XVIIème siècle ici repré enté par Philinte est en contradiction avec celui d’Alceste, dont ses périphrases le critique {L 8 à 1 1} b) La critique des « gens à la mode » . Exemples : Vos gens à la mode {L. 8} Tous ces gens faiseurs de protestation (LIO} Ces affables donneurs d’embrassades frivoles {L. 1} Ces obligeants diseurs d’inutiles paroles {L. 12} péjoratif Mots soulignés = Déterminants démonstratifs péjoratifs = signe de mépris Alceste a une haine profonde avec « Je ne puis souffrir » {L. 7} Il dénonce donc les attitudes non naturelles et hypocrites de ces personnes c) L’argument d’Alceste I faut faire des distinctio PAG » rif q ommes en fonction de leu . I faut faire des distinctions entre les hommes en fonction de leu r mérite {L. 20 à 30} . Répétition du mit « estime » : pour lui c’est une valeur important . Dénonce l’égalité fait entre les hommes .

Il reformule son idée {L 18} et en conséquence, il son amitié à Philinte {L. 26} et confirme donc sa misanthropie Il. La thèse de philinte retire a) L’impératif social : il faut rendre l’amitié qu’on nous donne à t hèse Philinte n’a pas d’opinion personnelle comme Alceste : « il faut » et « il faut bien que » de Philinte ? mpératif qu’on nous impose (L 4, 32} . La relation humaine est pour lui basée sur la réciprocité {L. 5, 6} . On retrouve donc ici l’idée d’égal’té que refuse Alceste dans la tir ade précédente b) L’argument . Son argument : Toute vérité n’est pas bonne à dire {L. 9 à 46} c) Les exemples . On retrouve le champ lexical de « franchise » pour montrer sa fra nchise Conclusion : Dans cette scène, Molière oppose deux thèses sur le thème de l’amitié et des relations sociales en général. Alceste est artisan de la franchise à tout prix tandis que Philinte nuance n idéal moral : il trouve que l’amitié est galvaudée par les conventions et il pense que tous les hommes doivent être jugés en fonction de leur mérite. Il fait un portrait méprisant des hommes de son temps qu’il présente comme des personnes hypocrites.

A travers le conflit d’opinion se dessinent deux personnalités opposées : Alceste apparaît comme un personnage de monomaniaque que l’on trouve dans de nombreuses pièces de Molière, son défaut étant son amour absolu de la vérité tandis que Philinte apparaît comme le sage, l’honnête homme, celui qui prône le uste milieu. Le spectateur voit le personnage d’Alceste comme un être Intransigeant, égocentrique qui commence déjà à aisser voir a misanthropie qui se déclara pour le bon tout long de la pièce. L. A. : Scène d’exposition de l’Île des Esclaves de Marivaux 1725 Marivaux (écrivain français du 18ème / écrit comédies et romans ), dans sa pièce lîle des Esclaves, publiée en 1725, met en place une utopie. Sur cette ile, I es esclaves deviennent les maîtres et les maîtres deviennent les esclaves. Ainsi, la pièce s’ouvre sur l’arrivée sur lîle de deux personnages, l’ sclave Arlquin, et le maître Iphicrate suite à un naufrage. Nous verrons que cette scène d’exp osition permet de poser le problème de la relation entre le maitre et son serviteur.

Tout d’abord nous étudierons la présentation du contexte et des personnages avant de nous intéresser à la construction d intéresser à la construction du conflit dramatique qui aboutit au r enversement de statut des deux personnage. Oeuvres : La Vie de Marianne, La Colonie Axes : l. La présentation du contexte & des persoa Il. Les conflit entre le maître et l’esclave l. a) La mise en place du contexte ) Le lieu . l’île des esclaves : utopie eux viennent d’Athène lieu qui est réglé par des 1015 particulières : elle appartient aux es claves inversement des rôles 2) Les circonstances : un naufrage seuls sun’ivants ? ‘utopie prend place dans un lieu & un temps indéterminé b) Les pers00 : resclave = un pers00 type le nom arlequin renvoi au valet de la Comedia Del Arte l’habit identifie aussi le perso• A est un esclave GN (12) « son patron » montre une hiérarchie entre les 2 persos personnage de bon vivant qui aime boire un coup (12: bouteille ; I 13: eau de vie) nsouciant et joyeux ne pense qu’à boire se moque du sort des auttres ne s’inquiète pas de leurs suNie, avec ironie (14) bcp d’interjections et didascalies traduisent sa gaieté (ah, eh, ho ! ifflement) irrévérencieux (insolent) avant même de savoir qu’il est sur l’île d es esclaves (ex : ironie (rie et chante au nez de son patron 8) 48) pragmatique (125) perso type du valet, qul va apporter le comque de la pièce c) es perso’ : le maître (Iphicrate) possède une épée identifié cô « patron » (12) donne des ordres « ne négligeons rien ; dis moi ; suis moi donc ; fa isons » l insulte son esclave « insolent ; coquin » (139) dépendant de ses esclaves : lui pose la Q « mais j’ai besoins d’eux » (160,29) il a besoins d’être plant inquiet de la situation car peut être tué (123) égoïste (12830) avec importance du jeu maltraite son esclave, verbalement (14364) puis physiquement : c oups de gourdins (1555769) répétition du verbe « souffrie (17273) et lui cours après avec l’épée Il. (l’intrigue, le noeud de la pièce) a) Le pouvoir du maître commence à vaclller dès le départ A prend des liberté avec son maître I donne des ordres mais n’est pas obéi (11333)

A se moque de lui et I pose des Q (132) I se rend compte de son erreur dans l’aparté (139) II essaye de le manipuler, d’abord de manière douce . * politesse (14353) * essaye de dialoguer (153) * chantage affectif (156) Concluslon : Dans cet extrait, Marivaux respecte les codes de la scène d’exposition en précisant le contexte de la pièce, en présentant les personnages et en donnant le noeud de l’action. Les spectateur est ainsi face à deux naufragés, le maître et l’esclave. Nous *AGF 6 rif q est ainsi face à deux naufragés, le maître et Pesclave. Nous etrouvons des personnages typés de comédie mais l’action va justement renverser les stéréotypes puisque le maitre va prendre la place de l’esclave.

En effet Arlquin s’émancipe progressivement de Vautorité de son maître qu’il finit par ne plus reconnaître du tout à la fin de la scène, faisant jeu égal avec lui, voire même en affirmant sa supériorité puisque c’est Arlequin qui maitrise le langage dans cette scène. Arlequin voit donc dans le naufrage une opportunité pour son maître d’apprendre l’humilité et de se rendre compte de la difficulté d’être un esclave, soumis ? n maître qui peut être violent. LA. 7 : Le conflit entre Antigone et Créon d’Anouilh 1942 Introduction : Anouilh est un dramaturge français du XXe siècle qui a écrit différentes pièces de théâtre qu’il a organisées de façon thématique comme les pièces roses et les pièces noires auxquelles appartient la pièces Antigone, écrite en 1942. st jouée pour la première fois en 1944 à paris, durant l’occupation de la France par les Nazies. Anouilh revisite le mythe d’Antigone en s’inspirant de la pièce du même nom de Sophocle. Le contexte de création est rès important pour comprendre les enjeux de la pièce puisqu’Antigone est une métaphore de la Résistance pendant la 2ème GM tandis que Créon symbolise Elle symbolise le régime de Vichy. Ainsi, dans la pièce d’Anouilh, comme dans celle de Sophocle, Antigone est amenée devant Créon pour avoir désobéi à fédit royal qui interdisait densevelir le corps de Polynice, frère d’Antigone, déclaré traitre à la patrie. Dans la scène que nous allons étudier, les deux personnages s’op posent.

Problématique : Comment est mis en scène la conflit et quel sont ses enjeux ? Nous étudierons d’abord le personnage d’Antigone avant de nous intéresser à celui de Créon en montrant quelles sont les valeu s qui s’affrontent à travers leurs p ersonnalités. Axes : l. Comment apparait le personnage d’Antigone Il. Le perso de Créon l. Référence au gouv0 français qui a courbé pendant la guerre Attitude de reine, vas mourir par choix Il. a) un personnage qul obéit à des contraintes N’aime pas le pouvoir > Antigone le trouve trop sensible Perso pathétique répétition « payer » Sens des responsabilités cause position de roi Possibilité de respect pour lui

Non libre N’assume pas les contrainte, essaye de les contourner Choisie la facilité b) La tirade de Créon : la métaphore filée Créon veut persuader > appel à des sentiments 1) Métaphore te 1) Métaphore tempête pour désigner guerre Champ lexical de la tempête Enumération (1_37/38) 2) Le portrait péjoratif du l’équipage > Peuple Énumération péjorative (1_34)> insiste sur comporte ment humain qui est mauvais peuple (équipage) ne veut 2 types de personne plus rien faire sauf piller officier du gouv : CL du confort > colabo + enric pendant guerre Cl de l’égoïsme > humanité Créon maiprise toute ces personnes 3) La lourde charge d’être roi, de gouverner un pays Créon souligne nécessité d’avoir capitaine Tâche ingrate et difficile > prendre décision dans l’urgence ( L38/41) Collectif passe avant l’individu Le capitaine doit oublier son Individualité Utilisation de nombreux procédés d’éloquence pour convain cre Antigone Antigone = symbole de liberté, rébellion jeunesse — incarne un idéale, un désir absolu, est prête à mourir Résistance Créon – représente l’adulte, celui qui réfléchit, guidé par un id éal, pragmatique, essaye de faire au mieux